Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 10:09

Solabios

Mnémo : ALSOA

Dernier cours : 1,31 € (suspendu)

Introduction en bourse le 19 mai 2009 à 9,31 €

Capitalisation boursière : 0,79 M €

http://www.solabios.com

Ayant été nommé "administrateur INDEPENDANT" de la société fin février 2013 et sans savoir si je le suis encore après cet imbroglio dramatique depuis le 23 septembre 2013, je ne peux pas commenter cet article de Boursier.com.

Voici un lien intéressant pour ceux qui ne savent pas ce qu'est une procédure de sauvegarde (plusieurs de nos sociétés sont actuellement concernées : STS Group, RISC Group, Body One) :

http://www.senat.fr/rap/a04-337/a04-3376.html

Solabios : ouverture d'une procédure de sauvegarde

Le 18/10/2013 à 15h46

(Boursier.com) -- Le Solabios dirigé par Frédéric Errera communique ce vendredi pour annoncer que l'audit lancé récemment a abouti à l'ouverture d'une procédure de sauvegarde de la société par le Tribunal de Commerce de Nice.

L'objectif de l'audit était de "dresser un état de la situation financière, telle qu'elle a été laissée par l'ancienne direction générale". Le DG de la période étant Avy Partouche, qui revendique aussi le titre de PDG.

On lit dans le communiqué diffusé ce jour que "contrairement aux informations qui ont été communiquées par l'ancienne direction générale, l'activité de la société n'est pas alignée avec les prévisions sur lesquelles se fonde la restructuration élaborée dans le cadre du mandat ad hoc achevée avec succès en janvier 2013".

Frédéric Errera reproche notamment à l'ancien DG "de nombreux projets qui auraient dû être commercialisés et qui ne l'ont finalement pas été. De ce fait, la trésorerie positive de plus de 1,5 Million d'euros existant à la sortie du mandat ad hoc a été très largement consommée". Toutefois, en l'état, la société n'est pas en état de cessation des paiements.

L'audit conclut qu'au 30 septembre, le chiffre d'affaires s'élève à 1,54 ME, les charges d'exploitation à 2,93 ME. Le résultat de l'exercice s'établit en perte de -5.53 ME (dont 2,48 ME de dotations aux amortissements, dépréciations et provisions).

L'audit explique aussi que les échéances obligataires de janvier 2014 ne peuvent être honorées.

Face à cette situation, Monsieur Frédéric Errera, a requis l'ouverture d'une procédure de sauvegarde, afin de préserver les intérêts de la société et de ses parties prenantes. "Par un jugement du 17 octobre 2013, le Tribunal de commerce de Nice a fait droit à cette demande et ouvert une procédure de sauvegarde, avec une période d'observation d'une durée initiale de 6 mois, jusqu'au 17 avril 2014", est-il donc annoncé dans le communiqué de presse daté de ce jour.

Selon les prévisions non auditées du cabinet Deloitte In Extenso, Solabios devrait disposer de la trésorerie nécessaire pour financer son exploitation courante pendant cette période.

"Le jugement du Tribunal de commerce de Nice du 17 octobre 2013 confirme que Monsieur Frédéric Errera est le Président Directeur Général de Solabios", ajoute Frédéric Errera, qui indique encore que l'ancienne direction aurait dû "envisager de mettre la société sous la protection du Tribunal de commerce dès le début de l'été".

"A ce jour, la reprise du contrôle de la direction opérationnelle le 23 septembre 2013 a permis d'éviter une faillite qui, sinon, aurait été très probablement inéluctable. Elle permet, au travers de la sauvegarde, d'offrir à Solabios SA la possibilité d'examiner sous le contrôle du Tribunal les différentes solutions permettant de restaurer les conditions de sa rentabilité".

Du côté d'Avy Partouche, la logique fondée sur l'ajournement de l'Assemblée Générale du 23 septembre se poursuit et on a fait convoquer une nouvelle Assemblée Générale...

 

B.A. - ©2013 www.boursier.com

Repost 0
Published by Bernard - dans SOLABIOS
commenter cet article
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 10:00

Solabios

Mnémo : ALSOA

Dernier cours : 1,31 € (suspendu)

Introduction en bourse le 19 mai 2009 à 9,31 €

Capitalisation boursière : 0,79 M €

http://www.solabios.com

Ayant été nommé "administrateur INDEPENDANT" de la société fin février 2013 et sans savoir si je le suis encore après cet imbroglio dramatique depuis le 23 septembre 2013, je ne peux pas commenter cet article de Boursier.com.

 

Solabios :

augmentation du nombre d'actions par conversion d'obligations

(Boursier.com) -- NYSE Euronext fait connaître que 1.078.008 actions nouvelles émises par Solabios, immédiatement assimilables aux actions existantes, sont admises sur Alternext Paris à partir de ce 14 octobre 2013.

 

- Ancien nombre de titres en circulation : 603.564
- Nombre de titres à admettre : 1.078.008
- Nouveau nombre de titres en circulation : 1.681.572
- Origine : Conversion d'obligations convertibles non cotées
- Libellé : Solabios
- Code Euronext : FR0010757377
- Mnémonique : ALSOA.

Repost 0
Published by Bernard - dans SOLABIOS
commenter cet article
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 16:56

Solabios

Mnémo : ALSOA

Dernier cours : 1,31 € (suspendu)

Introduction en bourse le 19 mai 2009 à 9,31 €

Capitalisation boursière : 0,79 M €

http://www.solabios.com

Ayant été nommé "administrateur INDEPENDANT" de la société fin février 2013 et sans savoir si je le suis encore après cet imbroglio dramatique depuis le 23 septembre 2013, je ne peux pas commenter cet article de Boursier.com.

 

Solabios : une AG convoquée...

(Boursier.com) -- Nouvel épisode dans la guerre des chefs pour la direction deSolabios : on découvre dans le Bulletin des Annonces Légales Obligatoires (BALO) daté de ce jour, une convocation pour une Assemblée Générale mixte, le 25 novembre prochain à Nice.

"Cette seconde convocation fait suite à l'ajournement de l'assemblée générale mixte du 23 septembre 2013 en raison d'une ordonnance rendue le jour même par le Président du Tribunal de commerce de Nice, statuant en la forme des référés, qui faisait peser une incertitude sur le nombre d'actions, et donc de droits de vote, dont pouvaient se prévaloir les actionnaires", lit-on encore sur le BALO.

Cet avis, comme le précédent du 30 septembre qui annonçait le report de l'AG, émane évidemment du Solabios dont Avy Partouche revendique la présidence. Du côté du Solabios de Frédéric Errera, qui revendique, lui aussi, le titre de PDG, il n'est pas question d'Assemblée Générale, puisqu'elle a déjà eu lieu, le 23 septembre dernier...

Le site Internet de la société, qui ne mentionne pas cette convocation, relate la tenue l'AG du 23 septembre et le nouveau conseil d'administration qui en résulte... Un communiqué concernant le nombre de titres et de droits de vote, explique aussi que 531.033 droits de vote sont "paralysés". Ils correspondent aux porteurs obligataires qui ont exercé la conversion en actions au mois d'août. Conversion au coeur de l'imbroglio actuel, puisqu'elle met de facto M Errera en minorité. Il la conteste, en raison de la non-déclaration de franchissement de seuil et d'une action de concert qu'il dénonce...

 

B.A. - ©2013 www.boursier.com

Repost 0
Published by Bernard - dans SOLABIOS
commenter cet article
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 10:20

Solabios

Mnémo : ALSOA

Dernier cours : 1,31 € (suspendu)

Introduction en bourse le 19 mai 2009 à 9,31 €

Capitalisation boursière : 0,79 M €

http://www.solabios.com

Ayant été nommé "administrateur INDEPENDANT" de la société le 22 mars 2013 et sans savoir si je le suis encore après cet imbroglio dramatique depuis le 23 septembre 2013, je ne peux pas commenter cet article des Echos.

 

Casse-tête juridique pour le contrôle de Solabios

Par Laurence Boisseau | 07/10 | 06:00

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0203047653589-casse-tete-juridique-pour-le-controle-de-solabios-614234.php

Depuis la mi-septembre, deux conseils d'administration revendiquent la direction de Solabios.

L'histoire n'est pas banale. Depuis plus d'une quinzaine de jours, Solabios, une société cotée sur Alternext spécialisée dans les énergies renouvelables, est au coeur d'un imbroglio juridique. «  On n'avait pas vu une affaire de contentieux boursier aussi intéressante depuis Eiffage Sacyr », note un avocat en droit boursier. Deux conseils d'administration revendiquent la direction : l'un présidé par Frédéric Errera, fondateur et actionnaire, et l'autre par Avy Partouche, ex ou actuel - selon les points de vue - directeur général. Le premier agite le spectre de la violation de la réglementation boursière, avec des franchissements de seuil non déclarés (les seuils de 5, 10, 15, 20, 25, 30, 50 % et deux tiers doivent être déclarés à la société et au gendarme boursier) et des accusations d'actions de concert. Dans l'entourage du second, on parle de « hold-up », «  d'abus de pouvoir ». L'assemblée générale qui aurait démis Avy Partouche de ses fonctions et tous les membres du conseil d'administration se serait tenue de manière illicite.

L'affaire remonte à cet été. Des porteurs d'obligations convertibles en actions Solabios ont converti leurs titres. Ils détiennent alors les deux tiers du capital. Frédéric Errera - qui a abandonné, début 2013, ses fonctions de directeur général au profit d'Avy Partouche, son directeur commercial, mais qui reste toujours président du conseil d'administration - voit sa part au capital diluée autour de 20 %.

Il saisit, mi-octobre, le juge des référés de Nice - nouveau siège social de Solabios. Il lui demande de constater les franchissements de seuil et de priver de droit de vote les actions émises excédant le seuil des 5 % du capital (selon l'application du Code de commerce). Le 23 septembre, le juge a estimé que les «  actions créées par transformation des obligations convertibles ne sont pas opposables aux actionnaires actuels ». Le matin même, le conseil d'administration a démis Frédéric Errera de ses fonctions de président et a nommé Avy Partouche à sa place. Un autre conseil a ajourné l'assemblée générale (AG) des actionnaires prévue pour l'après-midi (« Balo » du 30 septembre). Pour sa part, Frédéric Errera dit avoir tenu cette AG, révoquant tous les administrateurs et en nommant de nouveaux. Il a ensuite réuni un conseil qui l'a nommé PDG.

Berger allemand

Depuis, ce n'est qu'une lutte de pouvoir incessante entre les deux camps. Avy Partouche a fait constater que les serrures des locaux parisiens avaient été changées, le matériel et les dossiers vidés et que l'accès lui en était interdit par la présence d'un berger allemand. Le camp de Frédéric Errera sort un Kbis, carte d'identité de la société, le reconnaissant PDG. Il parle aussi de «  changement de contrôle clandestin mis en échec ».

«  Dans le doute, les banques ont naturellement bloqué les comptes. Elles attendent de savoir qui est le véritable représentant légal, au-delà des apparences et du Kbis. Si la situation n'est pas réglée rapidement, cela aura de lourdes incidences sur la société qui risque la cessation de paiements », indique Frank Martin Laprade, associé chez Jeantet et avocat de Solabios. Cette guerre n'est pas de nature à arranger les affaires de la société, qui a frôlé la faillite en 2012 et qui fut placée sous mandat ad hoc. Ni celles de ses actionnaires. Le cours, qui a valu jusqu'à 18,50 euros en 2011, a été suspendu, fin septembre, autour de 1,30 euro. Le parquet et l'Autorité des marchés financiers ont été saisis.

 

Laurence Boisseau

Repost 0
Published by Bernard - dans SOLABIOS
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 14:24

Solabios

Mnémo : ALSOA

Dernier cours : 1,31 € (suspendu)

Introduction en bourse le 19 mai 2009 à 9,31 €

Capitalisation boursière : 0,79 M €

http://www.solabios.com

Ayant été nommé "administrateur INDEPENDANT" de la société fin février 2013 et sans savoir si je le suis encore après cet imbroglio dramatique depuis le 23 septembre 2013, je ne peux pas commenter cet article de Boursier.com.

 

Solabios : Frédéric Errera accuse Avy Partouche d'avoir mené une "action de concert"

(Boursier.com) -- Alors que Frédéric Errera et Avy Partouche revendiquent tous les deux le titre de PDG de Solabios, le premier lance de violentes accusations dans le dernier communiqué de presse publié hier sur le site de la société. Il accuse Avy Partouche d'avoir mené une "action de concert" pour le mettre sur la touche. Ce dernier se défend fermement d'une telle accusation.

Ces conversions d'obligations en actions, Solabios intervenues cet été, mettent en minorité Frédéric Errera. Le dernier communiqué émanant de ce dernier explique qu'elles "violent la réglementation boursière. (...) Les seuils auraient donc dû être déclarés au plus tard le 3 septembre 2013. A ce jour, les franchissements de seuil n'ont toujours pas été déclarés à la société". Et Frédéric Errera d'expliquer que c'est la raison pour laquelle elles ont été privées de droit de vote par l'ordonnance rendue par le Tribunal de commerce de Nice le 23 septembre. Ce qui lui permet de rester l'actionnaire majoritaire de la société.

En outre, il accuse donc ses opposants d'"action de concert" : "L'absence de déclaration des franchissements de seuil est volontaire". Et d'aller encore plus loin dans les griefs : selon le fondateur de Solabios, au cours du mois d'août, Monsieur Avy Partouche, "s'est déplacé auprès de chacun des obligataires concernés ainsi qu'en attestent les prises de rendez-vous par emails et les billets d'avion et de train pris, retrouvés dans les archives de la société." (...) "Les conversions sont intervenues après ces visites", accuse Frédéric Errera.

Et de préciser : "Un des fichiers rédigés par la société et portant projet de notification de franchissement de seuil s'intitule : 'Bussinger de concert'. Il mentionne expressément 'au nom du concert que je forme avec mes soeurs' (plus de 30 % du capital). De nombreux emails attestent d'une communication et concertation permanentes entre Monsieur Partouche et l'ensemble des obligataires (représentant plus de 50 % du capital) ayant converti au mois d'août".

Et Frédéric Errera rappelle que le franchissement individuel ou de concert du seuil de 50 % du capital ou des droits de vote entraine l'obligation pour les actionnaires franchissant le seuil d'initier une Offre Publique d'Achat obligatoire.

Le communiqué de presse pointe aussi du doigt l'association d'investisseurs de Solabios (AIS) expliquant craindre que "les investisseurs ayant adhéré de bonne foi à cette association soient manipulés".

Dans le "camp" Partouche, on souligne que la société était, de fait, dans l'impossibilité de connaitre et donc de faire savoir les franchissements de seuil durant le mois d'août. Et de rappeler que la société, ainsi que les porteurs obligataires ont tout intérêt à ces conversions qui transforment de la dette en fonds propres.

Le conflit porte aussi sur le 'Business Plan' mis en oeuvre par Avy Partouche, suite à son arrivée à la tête de la société en début d'année. Sa réalisation aurait pris du retard, "ce dont les commissaires aux comptes se sont officiellement inquiétés", lit-on dans le communiqué de presse. "Faux. Y a t-il eu une alerte de la part des commissaires aux comptes?", rétorque t-on chez Partouche où, on souligne que ce plan et son avancement ont été validés en Conseil d'administration et en Assemblée Générale.

B.A. - ©2013 www.boursier.com

 

Solabios : la guerre des chefs continue !

(Boursier.com) -- "Monsieur Partouche n'est pas le directeur général de Solabios. Monsieur Frédéric Errera est le seul représentant légal de Solabios", lit-on dans un nouveau communiqué à en-tête Solabios, le troisième en une semaine, alors que la guerre des chefs semble redoubler d'intensité entre Frédéric Errera et Avy Partouche qui revendiquent chacun le titre de PDG de la société

"Nous sommes les légitimes", conteste Maître Martin Laprade du cabinet Jeantet Associés, qui explique être l'avocat de la société pour laquelle il continue de plaider. "Tout un chacun peut consulter, au greffe du tribunal, le PV, signé par 5 administrateurs sur 6, dans lequel il est mentionné que le conseil d'administration du 23 septembre a pris la décision de révoquer Monsieur Errera et d'ajourner l'AG", ajoute t-il.

Le greffe du tribunal, lui aussi évoqué par Frédéric Errera, dans le communiqué de presse : "Compte tenu des contestations formées auprès du greffe du Tribunal de commerce de Nice par l'ancienne direction quant à la régularité de l'assemblée générale du 23 septembre 2013, le greffe du Tribunal de commerce de Nice a, conformément à ses obligations légales, pris le temps de vérifier la régularité de l'assemblée générale et du conseil d'administration du 23 septembre 2013. C'est vérification faite, que le greffe du Tribunal de commerce de Nice a procédé à la modification du KBIS qui désigne désormais Monsieur Errera en qualité de Président Directeur Général".

Double conclusion pour lui : "Monsieur Frédéric Errera est donc le seul habilité à représenter la société aujourd'hui" et "Le conseil d'administration figurant au KBIS a seul qualité pour convoquer l'assemblée générale des actionnaires". Pourtant, Bernard Auger, un autre membre du conseil destitué lors de l'AG revendiquée par Frédéric Errera, mais ajournée selon le BALO, explique à Boursier.com être toujours administrateur indépendant de Solabios...

"L'assemblée générale s'est tenue devant un huissier mandaté par ordonnance du Tribunal de commerce de Nice et ayant pour mission de vérifier le quorum et les droits de vote. Le quorum ayant été ainsi constaté, l'assemblée générale s'est tenue, a voté la révocation des administrateurs de SOLABIOS et a nommé de nouveaux administrateurs", lit-on pourtant dans le dernier communiqué de presse.

Par ailleurs, Avy Partouche, qui a fait constater par huissier que l'accès aux locaux lui était refusé, indique avoir reçu une lettre de licenciement de la part de la société qu'il estime diriger. "C'est ubuesque et du jamais vu : un PDG qui reçoit une lettre de licenciement de la société qu'il dirige!", raille Maître Martin Laprade, qui se demande aussi comment Frédéric Errera peut expliquer que la société "est gérée et opérationnelle"(NDLR : 8ème "rectificatif" du dernier communiqué de presse) et "dire en même temps que les salariés sont dispensés de se rendre à leur poste de travail".

"La direction générale dispose des pouvoirs bancaires et, plus généralement, de tous les moyens et ressources nécessaires au fonctionnement normal de la société. L'ensemble de ces moyens a été regroupé dans le sud de la France", répond Frédéric Errera.

Devant une telle situation, on imagine aisément le désarroi des petits porteurs, notamment obligataires, qui, non contents d'avoir vu fondre leurs économies avec la chute du titre, assistent à cette guerre des chefs... A suivre !

 

B.A. - ©2013 www.boursier.com

Repost 0
Published by Bernard - dans SOLABIOS
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 20:17

Solabios

Mnémo : ALSOA

Dernier cours : 1,31 € (suspendu)

Introduction en bourse le 19 mai 2009 à 9,31 €

Capitalisation boursière : 0,79 M €

http://www.solabios.com

Etant "administrateur INDEPENDANT" de la société depuis fin février 2013, je ne peux pas commenter cet article de Boursier.com.

 

Solabios : plainte déposée par le "camp" Partouche pour vol de matériel; le "camp" Errera fait appel à un cabinet d'audit

(Boursier.com) -- Nouvel élément dans l'incroyable imbroglio opposant les dirigeants de Solabios : une plainte a été déposée, au nom de la société, pour "vol simple" et "dégradation ou détérioration d'un bien appartenant à autrui", ses locaux parisiens ayant été intégralement vidés, à la fois de leur matériel informatique, des moyens de paiement et de tous leurs dossiers, explique Avy Partouche, Directeur Général de la société, nommé PDG par un Conseil d'administration du 23 septembre, nomination que conteste le fondateur de la société Frédéric Errera, qui l'a révoqué, ce jour-même, lors d'une Assemblée Générale, elle-même sans légitimité pour Avy Partouche...

Avy Partouche a fait constater par huissier que l'accès aux locaux lui était refusé. Et explique avoir toutefois pu pénétrer à l'intérieur, sur injonction de la Police auprès des vigiles et a alors fait constater la disparition de matériel. A ce stade, Avy Partouche se considère donc comme le patron d'une société dont les locaux ont été vidés et au sein desquels ils n'a plus accès...

Sur le front financier, l'avocat de Solabios, Frank Martin Laprade, explique aussi que les banques refusent l'accès aux comptes de la société tant que la situation n'est pas clarifiée. Avy Partouche ajoute que la société pourrait faire faillite à court terme, en raison de ces derniers éléments...

Du côté de Frédéric Errera, on nie tout problème bancaire et toute crise de liquidité à court terme. Le fondateur se dit même surpris de l'intérêt nouveau des investisseurs pour la société, alors que l'imbroglio actuel devrait au contraire nuire à son image! Il indique à Boursier.com : "Les anciens dirigeants continuent à refuser un état de fait : ils ont été mis à pied. La situation est ubuesque! Ils n'arrivent pas à accepter qu'ils ne font plus partie de la société."

Concernant les salariés, il a été décidé de les "dispenser de l'exercice de leur droit de travail", explique t-on dans le "camp" Errera. Mais les contrats de travail ne sont pas rompus. En résumé, les salariés sont payés, mais restent chez eux. Par ailleurs, le "camp" Errera reconnait bien que les ordinateurs ne sont plus dans les locaux : ils ont été remis, ainsi que la documentation comptable au cabinet In Extenso.

En effet, dans un communiqué de presse daté de ce jour, la société (version Errera) explique avoir "demandé à un conseil financier et opérationnel indépendant de référence, le cabinet In Extenso, de dresser un état objectif de la situation".

On lit encore dans ce communiqué : "Contrairement aux informations qui ont été communiquées à certains actionnaires et Conseillers en Gestion de Patrimoines par l'ancienne direction générale, il ne semble pas que l'activité de la société soit alignée avec les prévisions. Les Commissaires aux comptes ont posé un certain nombre de questions à cet égard au Directeur Général".

 

B.A. - ©2013 www.boursier.com

Repost 0
Published by Bernard - dans SOLABIOS
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 10:06

Solabios

Mnémo : ALSOA

Dernier cours : 1,31 € (suspendu)

Introduction en bourse le 19 mai 2009 à 9,31 €

Capitalisation boursière : 0,79 M €

http://www.solabios.com

Etant "administrateur INDEPENDANT" de la société depuis fin février 2013, je ne peux pas commenter cet article de l'AGEFI.

 

Deux conseils d'administration revendiquent la direction de Solabios

L'AGEFI Quotidien – 01/10/2013

Le spécialiste du photovoltaïque est au cœur d’un incroyable imbroglio juridique. Sans action rapide, le groupe pourrait faire faillite

Du jamais vu ! Deux conseils d'administration différents revendiquent la direction de Solabios, spécialiste du photovoltaïque. Face à la crise du solaire, la société a proposé l'an dernier aux investisseurs propriétaires des centrales photovoltaïques de transformer leurs parts de sociétés en participations (SEP) en obligations convertibles (OC) en actions Solabios. A cette époque, début 2013, le PDG, Frédéric Errera, qui détenait alors 58% du capital, abandonne ses fonctions de directeur général à son directeur commercial Avy Partouche.

Le 9 septembre, Solabios annonce le triplement du capital social, par la conversion de 10% des OC. Les ex-obligataires détiennent ainsi les deux tiers du capital, tandis que Frédéric Errera se voit dilué autour de 20% du capital.

Frédéric Errera assigne alors Solabios en référé pour la forcer à constater la privation d'une partie des droits de vote des ex-obligataires pour non-déclaration des franchissements de seuils dans la perspective de l'AG du 23 septembre. Ce que ne fait pas le tribunal de commerce de Nice, préférant botter en touche en renvoyant au fond et en constatant que ces actions issues des OC « ne sont pas opposables aux actionnaires actuels et à la SA Solabios». La société a immédiatement interjeté appel.

Le matin même, le conseil d'administration a démis Frédéric Errera de ses fonctions de président et nommé à sa place Avy Partouche. Un autre conseil a ajourné l'AG (Balo du 30 septembre). Pour sa part, Frédéric Errera dit avoir tenu cette AG, révoquant tous les autres administrateurs et en nommant d'autres, avant de réunir un nouveau conseil qui l'a nommé PDG. Le greffe du tribunal de Nice ayant enregistré ces différents procès verbaux dans l'ordre chronologique, Frédéric Errera a ainsi obtenu un Kbis le reconnaissant PDG de Solabios. Il parle alors de «changement de contrôle clandestin mis en échec» et demande la suspension de l'action, cotée sur Alternext.

Dans ce contexte, «la situation est grave, confie Frank Martin Laprade, associé chez Jeantet, avocat de Solabios. D'une part, les locaux parisiens de Solabios ont été intégralement vidés de leurs dossiers et de tout le matériel informatique, ce pour quoi nous avons porté plainte contre X. D'autre part, les banques de Solabios refusent l'accès aux comptes tant que la situation n'est pas clarifiée. Il faudrait reconvoquer au plus vite l'AG qui aurait dû se tenir le 23 septembre».

 

Par Bruno de Roulhac

Repost 0
Published by Bernard - dans SOLABIOS
commenter cet article
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 15:18

Solabios

Mnémo : ALSOA

Dernier cours : 1,31 € (suspendu)

Introduction en bourse le 19 mai 2009 à 9,31 €

Capitalisation boursière : 0,79 M €

http://www.solabios.com

Etant "administrateur INDEPENDANT" de la société depuis fin février 2013, je ne peux pas commenter cet article de Boursier.com.

 

Solabios : selon le 'BALO', l'AG a été ajournée, selon le 'Kbis', Monsieur Errera est le Président... On s'y perd !

(Boursier.com) -- Après l'affaire des deux communiqués de presse, les choses évoluent sur le dossier Solabios, en proie à une guerre des chefs, dont le noeud du problème réside dans la conversion d'obligations en actions. Opération qui aurait mis en minorité le fondateur Frédéric Errera ...

D'après le Bulletin des Annonces légales obligatoires (BALO) de ce jour, l'Assemblée Générale de Solabios, qui devait se tenir lundi dernier, a bien été ajournée par le Conseil d'administration réuni à 14 heures, ce qui va dans le sens d'Avy Partouche, qui présidait ce Conseil d'Administration. Cet avis, publié au BALO, organe officiel s'il en est, est signé du Conseil d'Administration de Solabios...

Les termes repris par le BALO font état d'un ajournement "en raison d'une ordonnance rendue ce même jour par le Président du Tribunal de Commerce de Nice, statuant en la forme des référés, qui faisait peser une incertitude sur le nombre d'actions, et donc de droits de vote, dont peuvent se prévaloir les actionnaires, qu'il s'agisse des anciens obligataires ayant converti leurs titres en actions ou des autres".

Voilà qui ne va pas aider à éclaircir le dossier, puisque rappelons que le fondateur, Frédéric Errera, fort de la décision du Tribunal en sa faveur, a expliqué que cette Assemblée Générale avait bien eu lieu. Et dans les faits, aurait destitué Avy Partouche et son Conseil d'Administration, avant que le nouveau Conseil d'Administration ne le nomme Président...

Sur le site Internet de la société, les choses ont évolué. Le fondateur semble avoir repris la main, puisque le communiqué signé "Avy Partouche, Président Directeur Général", qui figurait vendredi, a été supprimé et on retrouve, à la place, celui de Frédéric Errera, sous le titre, "Communiqué rectifiant le communiqué non autorisé du 25 septembre 2013".

On ne trouve plus aucune trace, non plus, de la composition de l'ancien Conseil d'Administration, le PDG mentionné est désormais Frédéric Errera, accompagné de trois administrateurs : Pierrette Doezelaar, Alexandra Holguin Gomez et Cécile Errera.

A l'appui de ces modifications, un extrait Kbis du Tribunal de Commerce de Nice, daté du 25 septembre et reprenant ces éléments. D'après les actes enregistrés auprès du Tribunal de Commerce, on retrouve un "changement de Président" et une "Modification du Conseil d'Administration". Exit donc l'ancien conseil d'administration...

On constatera donc au passage que le Kbis du Tribunal de Commerce contredit le BALO... Le Kbis, ou l'extrait K-bis, est le seul document officiel "à jour" attestant de l'existence juridique d'une entreprise et de ses dirigeants... Le BALO, fondé en 1907, est la publication éditée par la Direction de l'information légale et administrative et recense "les informations légales des sociétés faisant publiquement appel à l'épargne"... Le tout "dans le cadre de sa mission de contribuer à garantir la transparence de la vie économique et financière"... Une telle contradiction entre BALO et Kbis n'aide pas à y voir plus clair sur la gouvernance de la société...

Tous les protagonistes attendent donc désormais la décision de la Cour d'Appel, que le "camp" Partouche indique avoir saisi, au nom de la société "Solabios"... "L'incertitude sera rapidement levée dans le cadre du recours que la société a immédiatement intenté devant la Cour d'Appel d'Aix-en-Provence à l'encontre de cette ordonnance", écrit le "camp" Partouche.

Une décision favorable remettrait en cause la nouvelle légitimité de Frédéric Errera... A suivre !

 

B.A. - ©2013 www.boursier.com

Repost 0
Published by Bernard - dans SOLABIOS
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 19:56

Solabios

Mnémo : ALSOA

Dernier cours : 1,31 € (suspendu)

Introduction en bourse le 19 mai 2009 à 9,31 €

Capitalisation boursière : 0,79 M €

http://www.solabios.com

Etant "administrateur INDEPENDANT" de la société depuis fin février 2013, je ne peux pas commenter cet article de Boursier.com.

Je dirai simplement qu'Arnaud Bivès est un journaliste compétent et toujours très bien documenté.

C'est une profession qui a pratiquement disparu dans les sites boursiers.

Bravo à Boursier.com d'en avoir conservé 1.


Solabios : qui envoie de faux communiqués? Qui dirige la société ?

http://www.boursier.com/actions/actualites/news/solabios-qui-envoie-de-faux-communiques-qui-dirige-la-societe-547766.html?nl=nlmiseance&datesd=2013-09-27

Ce matin à 10h35

(Boursier.com) -- La confusion la plus totale règne sur le dossier Solabios dont l'historique, déjà plus que difficile avec une faillite frôlée en 2012 (des pertes supérieures au chiffre d'affaires!), ne risque pas de séduire les petits porteurs...

Hier matin, un communiqué de presse daté du 23 septembre et à en-tête de la société, adressé aux journalistes, mais aussi diffusé par un acteur agréé pour cela par l'AMF, expliquait que l'Assemblée Générale à venir était ajournée, par décision du Conseil d'administration. Le communiqué est signé "Avy Partouche, Président Directeur Général" et mentionne aussi le nom d'un listing sponsor... Ce communiqué de presse figure bien sur le site Internet de la société.

Pourtant, ce vendredi matin, un deuxième communiqué de presse, titré "changement de contrôle clandestin mis en échec", toujours à en-tête de la société, est reçu par la presse... Il affirme qu'Avy Partouche est l'"ancien directeur général de la société". "Ce communiqué (NDLR : le premier...) l'a été sur la base d'une usurpation de qualité. Il est inexact", lit-on dans le deuxième... qui, lui... ne figurait pas sur le site Internet du groupe ce vendredi matin !

Mais ce n'est pas tout. Alors que le premier communiqué expliquait que l'AG était ajournée, le deuxième avance... qu'elle a bien eu lieu! Et que le nouveau PDG de la société s'appelle... Frédéric Errera, l'actionnaire fondateur.

"Le greffe du Tribunal de commerce de Nice, juridiction où SOLABIOS est immatriculée, a publié ce jeudi 26 septembre 2013 un K-bis précisant la nomination de Monsieur Frédéric Errera. Cette inscription est intervenue après les tentatives de Monsieur Avy Partouche de s'y opposer", lit-on dans le deuxième communiqué de presse.

Ainsi, selon les soutiens de Monsieur Errera, au cours du mois d'aout dernier, plusieurs titulaires d'obligations convertibles en actions, auraient procédé à la conversion d'obligations convertibles en actions leur permettant d'acquérir plus des 2/3 du capital et des droits de vote de SOLABIOS. Or, les franchissements de seuil de 5 %, 10 %, 15 %, 20 % en capital et/ou droit de vote n'auraient pas été déclarés dans les 4 jours de bourse suivant la création des titres, "et ce en violation de la réglementation boursière et en pleine connaissance de cause".

"Plusieurs emails retrouvés sur les serveurs de la société semblent confirmer que cette action était, à tout le moins, coordonnée par l'ancienne direction générale", ajoute le deuxième communiqué qui précise que le Président du Tribunal de commerce de Nice aurait constaté ce fait, qui aurait aussi été reconnus par Monsieur Avy Partouche à la barre.

"Ainsi, en application de l'article L 233-7 du Code de commerce, le Président du Tribunal de commerce de Nice a, le 23 septembre 2013, confirmé que les actions résultant des conversions litigieuses étaient privées de droit de vote", indique encore le deuxième communiqué, qui précise aussi qu'à la demande de Monsieur Avy Partouche, les actionnaires titulaires des actions privées de droit de vote auraient décidé de quitter l'assemblée générale : "Elle s'est tenue. Le quorum étant réuni, elle a décidé la révocation de l'ensemble des administrateurs et de la nomination de nouveaux administrateurs". Le conseil d'administration qui s'est tenu à sa suite, a nommé Monsieur Frédéric Errera en qualité de Président Directeur Général "ainsi qu'en atteste le KBis de la société".

En revanche pour Avy Partouche et le premier communiqué, l'ajournement de l'AG a été décidé... par le conseil d'administration ! Et ce "dans l'attente de la décision de la cour d'appel qui sera saisie d'un recours afin d'annuler cette décision préjudiciable à Solabios et ses actionnaires".

Bref, la confusion la plus totale règne pour le moment. "Le Parquet et l'AMF ont été saisis des faits qui précédent", écrivent encore les défenseurs de Monsieur Errera. En attendant, le titre est suspendu en Bourse...

Les petits porteurs du titre, introduit en mai 2009 à 9,04 Euros, qui s'était bien comporté jusqu'au printemps 2011, touchant un plus haut de plus de 18 Euros sur la période, mais dont le dernier cours côté était de 1,31 Euro, peuvent toutefois être rassurés : "Solabios tiendra informés ses actionnaires de la date à laquelle l'assemblée générale sera reconvoquée", conclut le "communiqué Partouche". "Le marché sera fidèlement informé des suites et de la situation de Solabios", conclut le "communiqué Errera"! On a hâte !

 

B.A. - ©2013 www.boursier.com

Repost 0
Published by Bernard - dans SOLABIOS
commenter cet article
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 17:12

Solabios

Mnémo : ALSOA

Dernier cours : 1,75 €

Introduction en bourse le 19 mai 2009 à 9,31 €

Capitalisation boursière : 1,05 M €

http://www.solabios.com

Les capitaux propres ou quasi fonds propres au 31 décembre 2012 s’élevaient à 15,12 M €. Le « price to book » (ratio capitalisation boursière / capitaux propres), notion très utilisée par les professionnels de la finance, est ainsi de 0,07 (mais dilution à venir). En dessous de 1, c’est considéré comme faible. Celui de Solutions 30 est de 4,74. Plus de 4 c’est le signe d’une société de croissance et en bonne santé.

Dans le modèle précédent, la société Solabios faisait construire des centrales photovoltaïques et les vendait à des investisseurs réunis en SEP (Société En Participation). Solabios touchait les revenus de l’électricité produite et versait un rendement défini aux investisseurs.

Mais il y a eu des retards de raccordements des centrales, des retards de paiement de la part de l’électricien national. Donc des retards d’entrée d’argent dans la société. Elle s’est donc vue dans l’impossibilité d’honorer ses promesses contractuelles vis-à-vis des investisseurs des SEP.

D’où l’appel à « un mandataire ad hoc », un administrateur judiciaire chargé de trouver une solution de compromis financiers avec les investisseurs des SEP.

75% des investisseurs ont accepté la solution consistant à échanger leurs créances contre des obligations convertibles (OCA) en actions Solabios. Ces obligations seront convertibles au gré du possesseur à partir d’août 2014. Il n’y a pas de remboursement « in fine ». Elles ne constituent donc pas une dette mais s’apparente aux ORA (Obligation Remboursables en Actions). C’est la raison pour laquelle elles peuvent être comptées comme des « quasi fonds propres ».

L’année 2012 est un exercice de transition entre l’ancien et le nouveau modèle de fonctionnement. Il a du prendre en compte le prix toutes les difficultés rencontrées :

èla baisse du nombre de centrales vendues à cause de la crise ayant suivi le moratoire de 2010

èles charges liées à la restructuration de l’entreprise (changement de locaux, baisse d’effectif)

èles dépréciations liées à l’incertitude de la valorisation des actifs (2 centrales en Corse non encore raccordées)

èles déficits de 38 SEP

Cela explique la perte de 5,5 M€ en 2012.

Aujourd’hui Solabios a tiré enseignement du passé.

Les raccordements réalisés par ERDF se font dans les temps.

Les paiements par EDF, de l’électricité produite, se font en temps et en heure.

Solabios est propriétaire à 75 % des centrales liées aux 38 SEP et touche des revenus réguliers depuis janvier 2013.

La nouvelle société « EL’IOS project » vend des centrales, à des investisseurs, issues du portefeuille composé de 2 100 conventions de réservation de toitures, portefeuille acquis auprès du tribunal de commerce lors de la faillite de la société Solaire Plus.

Une équipe est en cours de valorisation de cet énorme portefeuille qui pourrait devenir un très gros trésor de guerre. Les premiers contacts, avec les loueurs de toitures de l’époque, sont très encourageants !

Ces ventes de centrales se feront sans risque pour Solabios (leçons tirées du passé). Il n’y a plus de risque capitalistique. Une « fiducie » sera à chaque fois mise en place entre le client investisseur et Solabios.

La société Solabios a tout intérêt à produire de bons résultats afin que son cours de bourse en profite incitant ainsi les possesseurs d’obligations convertibles (OCA) à transformer leurs titres en actions Solabios car ces OCA procurent des intérêts bien entendu.

La contre partie sera, bien entendu, une dilution des actionnaires actuels.

Voilà le nouveau challenge que s’est lancé la société.

 

Résultats annuels 2012

Communiqué de presse du 12 juin 2013

SOLABIOS (Paris:ALSOA), société spécialisée dans la création de concepts d’investissement dans les énergies renouvelables, annonce ses résultats annuels 2012.

Données consolidées en KEUR

2011

2012

COMPTE DE RESULTAT

 

 

Chiffre d'affaires

8 852

4 990

EBITDA

-5 782

-2 483

Résultat financier

-196

-3 898

Résultat exceptionnel

-1 068

2 382

Résultat net

-7 998

-5 545

BILAN

 

 

Capitaux propres

-7 143

-12 713

Quasi fonds propres (1)

 

27 842

Endettement net

-869

-0,135

Les états financiers 2012 ont été arrêtés par le Conseil d’Administration du 29 mai 2013 et ont été certifiés en date du 11 juin 2013 par les commissaires aux comptes.

2012, année de transition pour SOLABIOS

Par communiqué en date du 31 octobre 2011, SOLABIOS informait les investisseurs que le Conseil d’Administration avait « entamé une profonde réflexion stratégique sur l'évolution de son business model, impliquant de possibles et importantes opérations juridiques et financières ». Ces dernières, rendues nécessaires par les difficultés rencontrées par la Société dans un secteur photovoltaïque en souffrance, ont été réalisées tout au long de l’année 2012 et ont permis à SOLABIOS d’enregistrer un chiffre d’affaires consolidé de 5,0 M€, tout en élaborant une stratégie permettant à la Société d’envisager les années 2013 et 2014 plus sereinement.

(1) Conformément au paragraphe 5.2 de l’Avis de l’Ordre des Experts Comptables du 28 juillet 1994, la société SOLABIOS a décidé de classer comptablement les obligations convertibles en actions (OCA) qu’elle a émises en décembre 2012 sous la rubrique intermédiaire intitulée « quasi fonds propres ».

Désignation d’un mandataire ad hoc

Au cours de l’année 2011, la société SOLABIOS a été confrontée à de nombreuses difficultés (évolutions législatives et règlementaires affectant le secteur photovoltaïque, délais de raccordement des centrales au réseau ERDF anormalement longs, versement des loyers trimestriels aux associés des SEP malgré le non-raccordement effectif de certaines centrales et baisse du tarif de rachat de l’électricité, contexte économique morose). Afin d’éviter le recours à une procédure collective, son dirigeant Monsieur Frédéric ERRERA a, dès le mois de mai 2012, sollicité du Président du Tribunal de Commerce de Paris la désignation d’un mandataire ad hoc afin qu’il assiste la société SOLABIOS et son dirigeant pour assurer la sauvegarde des intérêts de la Société et de ses filiales.

Au terme du mandat ad hoc, Monsieur Frédéric ERRERA a sollicité du Président du Tribunal de Commerce de PARIS la prorogation de la mission du mandataire pour une nouvelle durée de 4 mois, afin qu’il continue d’assister la société SOLABIOS.

La désignation d’un mandataire ad hoc a notamment permis le réaménagement des conditions initiales proposées aux investisseurs ayant fait l’acquisition de parts de SEP. En effet, une consultation des investisseurs, es-qualité d’associés des SEP, a été lancée par le mandataire ad hoc afin de leur exposer les mesures de restructuration envisagées et de recueillir, dans les formes légales requises, leur accord. Il a ainsi été proposé aux investisseurs :

èsoit le gel du versement des loyers sur 24 mois et la reprise des versements à terme le 5 janvier 2015 avec un taux annuel minimal de 3 %, taux devant évoluer chaque année en fonction des productions des centrales, les loyers non versés depuis le 1er avril 2012 étant eux capitalisés au taux de 3 % ;

èsoit la transformation de la créance détenue par les associés des SEP en Obligations Convertibles en Actions SOLABIOS.

Le résultat global de cette consultation, constaté par un huissier de justice en date du 15 novembre 2012 s’établit comme suit :

- 74,85 % des investisseurs ayant accepté l’une des deux propositions.

- 21,87 % des investisseurs ont refusé les deux propositions.

- 3,28 % des investisseurs restés injoignables, n’ont pu recevoir la consultation.

En résumé, 33 SEP sur 39 ont validé l’une des solutions de restructuration proposées. La restructuration envisagée a donc été validée à une large majorité.

La société SOLABIOS poursuit actuellement les négociations avec les 6 dernières SEP et entend parvenir à trouver, dans les meilleurs délais, une solution qui conviendrait tant à SOLABIOS qu’aux associés des SEP.

L’ordonnance constatant la fin de la mission confiée au mandataire ad hoc a été rendue par le Président du Tribunal de Commerce de Paris le 21 janvier 2013.

Emissions de valeurs mobilières

Sur la base des consultations réalisées auprès des porteurs de SEP, le Conseil d’Administration de SOLABIOS a procédé, aux mois de mars et juin 2012, à de nombreuses émissions d’obligations convertibles sur le fondement de l’autorisation donnée par l’assemblée générale des actionnaires du 2 décembre 2011, aux termes de sa septième résolution. Ces émissions, avec suppression du droit préférentiel de souscription et destinées aux associés des sociétés en participation (SEP) et aux investisseurs en attente de livraison de leur centrale, ont permis à SOLABIOS de convertir des créances détenues par ces associés SEP et investisseurs sur SOLABIOS en obligations convertibles pour un montant supérieur à 7,5 millions d’euros.

De même, le Conseil d’Administration a procédé en décembre 2012 à trente-six émissions d’obligations convertibles en actions SOLABIOS destinées aux associés des SEP, permettant à SOLABIOS de convertir des créances résultant de l’acquisition des parts sociales de SEP en obligations convertibles en actions, pour un montant total supérieur à 20 millions d’euros.

Parallèlement aux émissions d’obligations convertibles et obligations convertibles en actions, le Conseil d’Administration a également procédé en avril 2012 à deux émissions d’OCEANES destinées à un cercle restreint d’investisseurs, permettant à SOLABIOS de lever plus de 560 000 euros.

Réduction des charges fixes et de personnel

Les difficultés auxquelles la société SOLABIOS a dû faire face ont également contraint ses dirigeants à réduire les charges fixes. Pour ce faire, le siège social de SOLABIOS a été transféré en juin 2012 dans des locaux moins coûteux. De surcroît, les dirigeants de SOLABIOS ont réduit massivement les charges de personnel en diminuant les effectifs salariés de la Société. En effet, la société, dont l’effectif était de 11 salariés au 31 décembre 2011, ne complait plus que 7 salariés au 31 décembre 2012.

Modification de la Direction Générale

Après plus de quatre ans passés à la tête de la société en qualité de Directeur Général, Monsieur Frédéric ERRERA a fait le choix début janvier 2013, de démissionner de cette fonction, tout en continuant à présider le Conseil d’Administration de la société.

Le Conseil d’Administration a décidé de nommer en qualité de nouveau Directeur Général, Monsieur Avy PARTOUCHE.

Cette nomination marque une évolution dans le mode de direction de la SOLABIOS au sein de laquelle les fonctions de Président du Conseil d’administration exercées par Monsieur Frédéric ERRERA et de Directeur Général sont à présent dissociées.

Mise en place d’un nouveau Business Model

Au cours de l’exercice 2013, SOLABIOS entend se focaliser sur ses métiers historiques, à savoir le développement de parcs photovoltaïques, et ce en particulier au travers de l’exploitation du portefeuille composé de 2 100 conventions de réservation de toitures, portefeuille acquis auprès de la société Solaire Plus.

Après une étude approfondie de ce portefeuille, il en ressort que plus de la moitié des conventions est exploitable. Un audit approfondi est en cours, afin d’évaluer le nombre de MW et le chiffre d’affaires correspondant à la vente possible de ces projets.

Ce portefeuille de projets a permis à la société de lancer en avril 2013, son nouveau concept d’investissement dans les énergies renouvelables : EL’IOS PROJECT.

EL’IOS PROJECT permet aux particuliers, sociétés et institutionnels de devenir propriétaires d’une Centrale Photovoltaïque « clé en main ».

En mai 2013, SOLABIOS a finalisé la vente de sa première Centrale Photovoltaïque « clé en main » pour un montant de 375 200 € HT, et espère vendre quatre autres Centrales d’ici la fin de l’année 2013, compte tenu de l’intérêt manifesté par plusieurs particuliers et sociétés pour acquérir ces projets.

A l’avenir, SOLABIOS est susceptible, en fonction des opportunités, de conserver pour compte propre plusieurs de ces projets afin de construire de nouvelles centrales photovoltaïques qu’elle exploitera directement, et ainsi développer son activité de producteur d’électricité.

Litiges en cours

SOLABIOS souhaite au cours de l’année 2013 mettre en service l’ensemble de son parc photovoltaïque afin d’optimiser sa production d’électricité et ainsi accroître son niveau d’activité et sa rentabilité. Elle entend notamment trouver une issue au litige aujourd’hui existant au niveau de la construction de deux projets photovoltaïques significatifs en Corse. SOLABIOS reproche notamment au constructeur sa lenteur dans l’accomplissement des démarches administratives, faisant tomber les deux centrales photovoltaïques sous le coup du décret du 9 décembre 2010. Les conséquences financières en résultant sont fortement préjudiciables à la société SOLABIOS qui, soucieuse de respecter ses engagements contractuels à l’égard des associés en SEP, a versé les loyers aux SEP concernées, malgré des centrales à l’arrêt.

Le volet judiciaire qui oppose SOLABIOS à la société VOLTAICA SERVICES et son dirigeant Monsieur GIUDICELLI, ancien actionnaire et partenaire de SOLABIOS, est toujours en cours.

Perspectives pour 2013 et 2014

L’année 2013 est une année charnière pour SOLABIOS dans la mesure où elle correspond non seulement à la fin de la période de restructuration mais également au lancement de son nouveau concept d’investissement EL’IOS PROJECT.

Le nouveau Business Model de SOLABIOS s’articule désormais autour de deux pôles d’activités : la vente de la production d’électricité issue des centrales actuelles d’une part, et la commercialisation de centrales photovoltaïques issues d’ EL’ LIOS PROJECT d’autre part.

Compte tenu du regain d’intérêt actuel pour l’énergie photovoltaïque et des mesures de restructuration mises en place en 2012, SOLABIOS prévoit pour 2013 et 2014, un chiffre d’affaires en augmentation par rapport à celui de 2012, ce qui permettra à la société de faire face à ses engagements financiers.

A propos de SOLABIOS :

SOLABIOS est une société spécialisée dans la création de concepts d’investissement ayant pour supports des projets d’infrastructures dans les énergies renouvelables. SOLABIOS propose ainsi aux particuliers, sociétés et institutionnels d’acquérir des centrales photovoltaïques « clé en main » dont l’électricité produite et directement revendue à EDF par l’intermédiaire d’un contrat d’achat d’électricité conclu entre l’acquéreur et EDF pour une durée de vingt ans.

 

SOLABIOS est cotée sur NYSE ALTERNEXT depuis mars 2011.

Repost 0
Published by Bernard - dans SOLABIOS
commenter cet article

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche