Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 15:58

Mnémo : ALAUP

Dernier cours : 1,45

Mnémo : AUBS1

Dernier cours : 0,05

Mnémo : AUBS2

Dernier cours : 0,01

Capitalisation boursière : 54,32 M €

http://www.auplata.fr/

http://www.columbusgoldcorp.com/s/StockQuote.asp

(pour suivre le cours et les nouvelles de Columbus)

Les capitaux propres au 30 juin 2015 s’élevaient à 28,7 M €. Le « price to book » (ratio capitalisation boursière / capitaux propres), notion très utilisée par les professionnels de la finance, est ainsi de 1,89.

Les caractéristiques de ces BS sont étonnantes : en dehors de la période d'exercice assez courte, le prix d'exercice du BS2 est de 5 € soit 3,5 fois le cours de bourse actuel de l'action !! Cela signifie certainement que de très bonnes nouvelles seront annoncées d'ici 1 an ......

 

Auplata dispose d'un trésor de guerre constitué par des milliers de tonnes de minerai (les tailings) déjà exploité, lors des 10 années passées, par les procédés classiques de gravimétrie avec un rendement de 35%. Le retraitement de ces minerais par la cyanuration (rendement de 90%) va permettre d'extraire à nouveau plusieurs tonnes d'or à faible coût !

L’usine de cyanuration de Dieu Merci permettra de traiter en priorité les tailings (bassins de rejets), constitués par le minerai déjà traité, qui représentent un potentiel de ressource de l’ordre de 900 000 tonnes, dont 500 000 tonnes à une teneur de 4,0 g/t soit déjà 2 tonnes d'or.

Il y a là du travail pour plusieurs années.

 

Auplata: futur acteur majeur du marché de l’or?

http://www.leblogfinance.com/2015/12/auplata-futur-acteur-majeur-du-marche-de-lor.html#!prettyPhoto

Michel Delobel

La société française Auplata, premier producteur français d’or, a totalement reconstruit son business-model depuis son rachat en 2012 par Jean-François Fourt. Elle mène, sur le sol guyanais, une stratégie d’alliance avec des géants mondiaux et une profonde évolution technologique qui va lui permettre de tripler ses rendements.

C’est la jungle à perte de vue. Mais un trésor dort sous la terre. Nous sommes en Guyane, département et région d’Outre-Mer collé au Brésil. Là-bas, le sol est gorgé d’or, mais ses gisements attendent d’être exploités par une entreprise qui s’en donnerait les moyens. Auplata a décidé d’être celle-ci. Auplata est le premier exploitant du précieux minerai en Guyane. Fondée en 2004, rachetée en juin 2012 par le fonds d’investissement géré par Jean-François Fourt, Auplata produit plus de 500 kilos d’or par an. Ses activités s’étendent sur une surface égale à 870 kilomètres carré. C’est à peine moins qu’une énorme ville comme Berlin et ce n’est que le début.

Auplata vient de recevoir, par arrêté préfectoral, l’autorisation d’installer une usine de cyanuration à Dieu Merci. Avec cette nouvelle étape dans son développement, elle confirme qu’elle entend prendre une part décisive dans “le renouveau minier de la France” promu par le ministre de l’Economie Emmanuel Macron, lors d’un déplacement en Guyane en août 2015, sur le site de la Montagne d’Or exploité par Auplata et son partenaire Nordgold. Ce changement d’ère, Auplata l’articule autour de deux choix stratégiques majeurs : la généralisation d’une technologie de haut niveau qui va tripler ses rendements, et l’alliance avec les géants mondiaux du secteur, attirés par le potentiel exceptionnel de la région.

C’est un nom qu’on en voit dans les films : la Gold Room. Nous sommes à Cayenne, chef-lieu et capitale officieuse de la Guyane. C’est ici, le 15 mars 2015, que la direction de l’entreprise et les autorités de l’Etat ont inauguré l’usine de cyanuration qui modifie totalement le potentiel de l’entreprise. Avant, avec la technique de la gravimétrie, Auplata ne récupérait que 35% de l’or contenu dans le minerai prélevé sur le terrain. Ce taux bondit à 92,5% grâce au procédé de la cyanuration. Utilisé par les plus grands groupes mondiaux, du Canada, aux Etats-Unis, en passant par la Suède et l’Afrique du Sud, personne n’avait encore affiché sa maîtrise en Guyane. Auplata a franchi cette étape. Elle entend désormais le généraliser.

Avec la Gold Room, Auplata passe de l’artisanat traditionnel à l’industrie du futur. « Nous avons hérité de façons de faire un peu archaïques, reconnaît Jean-François Fourt. Ce premier site de production nous a permis de démontrer notre maîtrise du processus et de dimensionner des usines de taille industrielle dans nos zones de production hors forêt. Nous sommes les seuls capables d’exploiter de l’or de façon industrielle en Guyane avec de très hauts rendements.» Il a fallu investir 2 millions d’euros dans cette unité de production. Les perspectives qu’il dessine sont au coeur des mutations d’Auplata.

Après Cayenne, les sites de Dieu Merci et Yaou, situés plus à l’intérieur des terres, seront exploités selon ce procédé. Les rendements de la cyanuration ne relèvent pas du miracle mais de la haute technologie. « Le cyanure est une molécule capable d’attirer l’or et de le détacher de ses structures minérales, notamment le quartz, éclaire Jean-François Fourt. Son efficacité est supérieure au mercure, matériau lourd et polluant utilisé illégalement par quelques opérateurs clandestins. » Un accord entre Auplata et la gendarmerie nationale en 2012 a permis d’éloigner ces illégaux en Guyane.

Pour exploiter ce potentiel, Auplata sait s’entourer. Sa stratégie ne pouvait fonctionner qu’avec l’appui des grandes marques du secteur, seules capables de l’accompagner dans les dépenses à engager pour prospecter sur les sols à haut potentiel de la Guyane. En 2014, l’entreprise a signé avec le numéro deux mondial, Newmont, un accord pour co-exploiter ses minerais sur les sites Iracoubo Sud et Bon Espoir. Armina, filiale d’Auplata, explore le potentiel de ces deux permis grâce à un investissement de 3 millions d’euros. Le résultat de ces recherches permettra de dessiner un modèle économique pour ces gisements en 2017.

En 2012, Nordgold, septième producteur mondial, avait inauguré cette stratégie d’accélération par l’alliance avec des poids lourds. Columbus Gold, cotée à Toronto, est née de ce rapprochement. Columbus, dont Auplata est actionnaire à 15%, va notamment pouvoir exploiter une mine de taille industrielle dans la zone de la Montagne d’Or. Grâce à ces accords, la production d’Auplata passera à plus d’une tonne fin 2016, puis pourra s’élever à 15 tonnes au cours des années 2020. Le potentiel annuel à terme, selon les estimations de la société, dépasse les 20 tonnes d’or par an. Ce niveau de production est la règle depuis des décennies dans le Surinam voisin.

Si l’Etat accompagne Auplata dans son cheminement, c’est que le développement économique et social de la Guyane est un enjeu direct du projet. Jean-François Fourt assume : “La Guyane compte 200 000 habitants. En 2030, elle en aura 400 000, sans compter l’immigration potentielle. Seule l’industrie peut employer les dizaines de milliers de personnes qui vont arriver sur le marché. En développant la mine industrielle et responsable, on va pourvoir beaucoup de monde.”

Notre projet est de devenir un producteur d’or profitable à grande échelle, développe Jean-François Fourt. Ce n’est que le début. Nous produisions 500 kilos par an avec des méthodes non rentables. Trois ans auront été nécessaires pour faire basculer l’entreprise vers un nouveau business model, produire plusieurs tonnes par an et attirer les meilleurs talents en géologie. Nous sommes passés d’un business de junior à un business de moyen major.” Auplata se dit désormais opérationnel pour “valoriser (ses) actifs” sans rien abandonner en route. En clair, cela signifie exploiter les sites déjà repérés et lancer de nouvelles prospections. « Auplata est devenu un partenaire de choix pour les acteurs du secteur. On veut continuer à attirer des multinationales et d’autres co-investisseurs. Nous ne serons jamais capables de valoriser les actifs seuls.» La valorisation des actifs et le développement de la mine industrielle restent strictement encadrés. Toute l’activité est menée « de manière responsable ».

Auplata accompagne un marché mondial de l’or tiré par une population de 7 milliards de personnes « où tout le monde a un peu d’or sur soi », sourit Jean-François Fourt. La demande vient à la fois des personnes privées, du secteur financier et des Etats. Le marché de la bijouterie soutient la demande, notamment en Inde. Les investisseurs privés ont conservé leur habitude de diversification avec des acquisitions de lingots. Les banques maintiennent leur stock de 3% de leur fortune en or. Même les Etats continuent de conserver de l’or dans leurs coffres.

Auplata mène d’autres activités en dehors de Guyane, sous forme de prise de participations. « Auplata est actionnaire à hauteur de 50% de la société OMCI qui possède 800 km2 de permis en Côte d’Ivoire et 400km2 de permis recherche et d’exploitation au Cameroun, indique Jean-François Fourt. Les autres 50 % du capital d’OMCI sont détenus par un partenaire important : le groupe Atlantique. Le but est de d’introduire cette filiale en bourse en 2016. » La capitalisation boursière d’Auplata s’élève à 49,1 millions d’euros pour un chiffre d’affaires annuel de 12,1 millions. Mais ces références vont très vite évoluer. Jean-François Fourt résume, avec une formule, l’équation qu’il est en train de résoudre en Guyane : « Multiplier les capacités de productions par trois et diviser d’autant les coûts de production. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard - dans AUPLATA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche