Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 17:23

smalto logo 1

Mnémo : MLSML

Dernier cours : 0,38 €

Capitalisation boursière : 8,33 M €

Mnémo : SMLBS (10 BS + 0,2 € permettent de recevoir 1 act nouvelle, maturité : 1er juillet 2013)

Dernier cours : 0,04 €

http://www.ds-holding.fr/

 

En rhabillant les Bleus, le tailleur Smalto revient au premier plan

Par Dominique Chapuis | 07/02 | 07:00

La griffe devient le nouvel habilleur officiel de l'équipe de France de football.
Ce partenariat prestigieux va asseoir sa notoriété à l'étranger.

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/grande-consommation/actu/0202480240858-en-rhabillant-les-bleus-le-tailleur-smalto-revient-au-premier-plan-535923.php

Costume trois-pièces bleu nuit, chemise blanche à poignets mousquetaires, cravate en soie tricotée bleu nuit et souliers richelieu en agneau. C'est désormais habillé par le tailleur de luxe Smalto, à la place de Louis Feraud, que les joueurs de l'équipe de France de football descendront du bus, lors des sorties officielles. Le contrat a été signé hier entre la société et la Fédération française de football ; il court jusqu'à l'été 2016.

La prise de mesures à Clairefontaine a démarré lundi et les tailleurs de la griffe ont travaillé jusqu'à 2 heures du matin ce jour-là pour commencer à confectionner les 35 tenues des Bleus. Des costumes qu'ils porteront à leur arrivée au stade le 22 mars pour le match éliminatoire de la Coupe du monde 2014 contre la Géorgie.

Retour à l'équilibre en 2011

Avec ce partenariat prestigieux, Smalto revient au premier plan. Achetée il y a dix ans par le financier Alain Dumenil - qui contrôle 65 % du capital, le reste étant coté sur le marché libre -, la maison est repartie sur des bases solides. Thierry Le Guénic, son patron depuis 2008, a achevé la réorganisation. La société est revenue à l'équilibre en 2011, après des années de perte.

Son chiffre d'affaires s'est établi à 27 millions d'euros l'an dernier, en hausse de 35 % sur trois ans, avec un résultat d'exploitation de 0,5 million. Les licences stoppées, comme le parfum, Smalto s'est recentré sur son savoir-faire d'origine : la grande mesure, c'est à dire le top de la confection personnalisée. « Notre volonté est de rester une marque artisanale de luxe, avec une élégance classique et intemporelle, comme l'a toujours voulu son fondateur », précise Thierry Le Guénic.

Lancée en 1962 à Paris par le couturier d'origine italienne Francesco Smalto (quatre-vingt-quatre ans), la griffe dispose du plus grand atelier de grande mesure parisien, avec 28 salariés sur un total de 110. Son objectif est de « perpétuer cette tradition de tailleur » pour une riche clientèle. Le prix de départ des costumes s'élève à 5.000 euros et peut grimper, en fonction du choix du tissu et des finitions.

« Nos clients sont des grands patrons ou des politiques français mais aussi russes ou américains, relate le dirigeant. Pour certains, nous en sommes à la troisième génération, c'est le petit-fils de vingt ans qui vient nous voir. » Dans la majorité des cas, ce sont les tailleurs de la griffe qui voyagent, pour aller prendre les mesures à l'autre bout de la planète. Dernière commande de choc : celle de 60 costumes, smokings et gilets, à coudre en un mois et demi. La griffe reste très discrète sur la nationalité du client. L'atelier a dû rappeler d'anciens tailleurs à la retraite pour l'honorer en temps voulu !

Cette activité représente 25 % du chiffre d'affaires. Le reste des ventes est constitué par le prêt-à-porter (35 %) vendu dans ses boutiques, avec des costumes à partir de 1.000 euros pour la ligne la plus accessible. Mais la griffe veut monter en gamme. La fabrication se fait en Italie et en France. L'international pèse 45 % de l'activité, avec un réseau de 220 points de vente (franchises, multimarques) et seulement 4 boutiques en propre (Paris, Cannes, Bordeaux et Genève).

En Chine, où Smalto est implanté depuis 2006, les ambitions sont grandes, avec un plan d'ouvertures de 165 points de vente d'ici à 2017. Une vingtaine ont déjà été inaugurées. Nouveaux marchés visés : l'Angleterre et les Etats-Unis. « Mon objectif d'ici à trois ans est d'ouvrir 5 magasins en propre outre-Atlantique, en Russie, au Brésil et au Moyen-Orient », reprend Thierry LeGuénic. Le partenariat avec les Bleus devrait l'aider à marquer rapidement des points.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche