Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 11:47

GAUSSIN logo

Mnémo : ALGAU

Dernier cours : 3,20 €

Capitalisation boursière : 47,98  M €

Mnémo BSAR : GAUBS

Dernier cours : 1,16 €

http://www.gaussin.com/

Les capitaux propres au 31 décembre 2013 s’élevaient à 7,99 M €. Le « price to book » (ratio capitalisation boursière / capitaux propres), notion très utilisée par les professionnels de la finance, est ainsi de 6. En dessous de 1, c’est considéré comme faible. Plus de 4 c’est, en principe, le signe d’une société de croissance et en bonne santé.

Depuis février 2014, les Fonds propres sont passés à 17,2 M € et l'endettement a été divisé par 2.

 

"Nous savons que la structure de notre capital nous rend "opéables"...

Hier à 15h35

Boursier.com : Gaussin a retrouvé l'équilibre opérationnel en 2013. Le deuxième semestre semble avoir été particulièrement favorable...

C.G. : La forte amélioration du résultat opérationnel annuel, positif à 0,3 ME, est l'élément majeur de l'exercice. L'an passé, nous avions accusé une perte opérationnelle de -16,3 ME. Sur le seul deuxième semestre 2013, le résultat opérationnel a atteint 1,9 ME, après -1,6 ME au premier semestre. Cette amélioration en cours d'année s'explique par le fait que les premiers mois de 2013 ont donné lieu à des dépenses importantes de lancement de la gamme ATT, des mises au point techniques et des surcoûts liés à la mise en place de l'appareil de production.

Boursier.com : Vous avez levé plus de 9 ME en février 2014, avez-vous désormais suffisamment de visibilité ?

C.G. : Nos fonds propres sont confortés et le groupe Gaussin a désormais les moyens financiers de ses ambitions sans qu'il y ait d'autres augmentations de capital prévues à un horizon prévisible. En même temps, l'incertitude sur la continuité d'exploitation est levée et nous sommes en mesure de répondre aux lettres d'intention et appels d'offres pour un total de 555 ATT : 335 ATT en lettre d'intention et 220 en devis.

Boursier.com : Quelles sont vos perspectives en termes de chiffre d'affaires et de rentabilité ?

C.G. : Nous espérons un chiffre d'affaires de l'ordre de 14 ME sur les six premiers mois de 2014, soit plus que les 12,31 ME de l'exercice 2013 en entier et d'environ 30 ME sur l'ensemble de l'exercice. Pour ce qui est de la rentabilité, nous visons à moyen terme un niveau de marge opérationnelle proche de 30%.

Boursier.com : Votre capital est éclaté, avez-vous déjà été approchés en vue d'un rachat ?

C.G. : Nous savons que la structure de notre capital nous rend "opéables". La meilleure protection pour nous, c'est la hausse du cours de Bourse. Ce qui devrait se produire si nous continuons à délivrer de bons résultats ! Nous sommes approchés avant tout pour notre technologie et nous envisageons la possibilité d'accorder des licences pour son exploitation.

Boursier.com : Pouvez-vous revenir sur le différend qui vous a opposé à Dubaï Investment ces dernières années?

C.G. : Dubaï Investissement avait demandé 5 ME de dédommagements suite à notre retrait de la co-entreprise créée en 2008, pour un projet que nous avions par la suite estimé sans rentabilité possible. L'arbitre nommé avait cassé le contrat sachant que Dubaï Investissement avait pris une participation dans notre capital. Au final, nous avons négocié et payé 2,6 ME et les 260 000 actions GAUSSIN ont été restituées au cours de bourse. J'ajoute que cela n'a eu aucun impact commercial sur place. Nous avons obtenu à Dubaï une lettre d'intention pour la plus importante commande à travers le monde, soit 225 ATT V4 Diesel. Le litige est désormais derrière nous...

 

Propos recueillis par Arnaud Bivès — ©2014, Boursier.com

Repost 0
Published by Bernard - dans GAUSSIN
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 16:57

cogra logo

Mnémo : ALCOG

Dernier cours : 6,25 €

Capitalisation boursière : 16,54 M €

Mnémo : COGBS (attribué gratuitement)

Dernier cours : 0,11 € (5 BSAR permettent de souscrire à 1 act au prix de 6 € jusqu’au 27 oct 2014)

http://www.cogra.fr/

Les capitaux propres au 31 déc 2013 s’élevaient à 10,1 M €. Le « price to book » (ratio capitalisation boursière / capitaux propres), notion très utilisée par les professionnels de la finance, est ainsi de 1,63. En dessous de 1, c’est considéré comme faible. Plus de 4 c’est le signe d’une société de croissance et en bonne santé.

En 6 mois la rentabilité de l'entreprise s'est fortement améliorée. Cela est principalement à l'entrée en service de la nouvelle usine de Séverac le Château.

La société a réussi son changement de taille !

Attention à ceux qui ont défiscalisé avec l'AK de 2012, il faut conserver les titres jusqu'en début 2018. Par contre les BS peuvent être vendus à tout moment.

Le gain par rapport au prix de l'AK (5€) est déjà de 25% en moins de 2 ans sans compter le montant du BS distribué gratuitement et la réduction d'impôts !

Résultats du 1er semestre 2013/2014

Chiffre d’affaires : 10,7 M€ - +11%

EBITDA : 1,0 M€ - +36%

Production portée à 100 000 tonnes

Mende, le 25 mars 2014 à 07h00 –

Cogra, pionnier de l’énergie bois en France, annonce ses résultats du 1er semestre 2013/2014 (1er juillet 2013 au 31 décembre 2013) : le chiffre d’affaires est en croissance de 11 % et le résultat d’exploitation progresse de 6% tandis que Cogra a finalisé la construction de sa nouvelle usine à Séverac-le-Château et démarré la production.

Résultats consolidés audités, en K€

31-12-2013    6 mois

31-12-2012    6 mois

variation   6 mois

30-6-2013    1 an

Chiffre d'affaires net

10 744

9 658

11%

16 978

Produits d'exploitation

10 091

7 914

28%

14 696

Achat de marchandises

1 556

1 545

1%

2 656

Achat de matières premières

3 737

2 530

48%

5 828

Autres achats et charges externes

2 463

2 232

10%

4 341

Salaires et charges sociales

941

845

11%

1 683

Impôts, taxes et assimilés

138

109

26%

257

EBITDA

1 012

743

36%

523

En % du CA

9%

8%

 

3%

Amortissements et provisions

586

363

62%

756

Résultat d'exploitation

432

407

6%

-185

En % du CA

4%

4%

 

-1%

Résultat financier

-42

-37

14%

-80

Résultat exceptionnel

28

40

-29%

82

Résultat net

348

268

30%

-182

En % du CA

3%

3%

 

-1%

Les comptes semestriels sociaux ont fait l'objet d'un examen limité du Commissaire aux Comptes.

Activité et résultats du 1er semestre 2013/2014

Le chiffre d'affaires généré par Cogra au 1er semestre 2013/2014 s'élève à 10,7 M€, en croissance de 11 % par rapport à la même période de l'exercice précédent. La bonne dynamique commerciale reflète l'augmentation des volumes de vente de granulés bois et témoigne de l'intérêt grandissant du public pour cette énergie renouvelable et économique. La production annuelle est désormais de 100 000 tonnes (contre 65 000 précédemment) et la capacité de production atteint 130 000 tonnes.

Les ventes de granulés ont représenté 73 % du chiffre d'affaires et augmentent de 13 %, soutenues notamment par la croissance des ventes directes ; celles de poêles et chaudières, à 26 % du chiffre d'affaires, sont en hausse de 9 %. En terme géographique, la France a totalisé 79 % des ventes du Groupe (contre 71% au S1 2012-13) et le réseau de revendeurs compte désormais plus de 600 points de vente (contre 400 précédemment).

L'EBITDA de la période est de 1,0 M€ en croissance de 36 % en ligne avec les gisements d'améliorations anticipées par Cogra. La progression de la rentabilité a été permise par l'arrêt de l'usine de Mende et le bon calibrage tant en terme de ressources que de calendrier de la construction de l'usine de Séverac-le-Château : l'usine a été construite en 5 mois et la production a démarré progressivement et sans encombre durant l'automne. L'augmentation du coût des matières premières (+48 %) est principalement due à l'accroissement des volumes mobilisés pour l'usine de Séverac- le-Château. Les effectifs de 42 salariés sont stables.

Les amortissements 2013/2014 à 0,6 M€ sont liés au nouveau site de production tandis que ceux de 2012/2013 correspondaient au site de Craponne sur Arzon qui a été construit en 2006 et amorti en seulement 7 ans. Après intégration du résultat financier, constitué principalement des intérêts sur la dette (l'endettement financier net est de 4,1 M€ au 31/12/2013), le résultat net, en hausse de 30 %, ressort à 0,3 M€ (3 % du chiffre d'affaires).

Les solides résultats publiés par Cogra valident sa stratégie de développement fondée sur une approche qualitative et durable de son métier. L’activité de production de granulés bois, couplée à une activité de conseil et distribution de poêles et chaudières forme un ensemble cohérent et différenciant qui permet d’apporter une réponse globale aux consommateurs soucieux de leurs économies d’énergie et de la protection de l’environnement.

Au 31 décembre 2013, Cogra présente une structure financière saine avec une trésorerie de près de 2,1 M€ et des fonds propres de 10,1 M€ (7,9 M€ au 30/06/2013) renforcés par l’exercice de BSAR au cours de ce semestre (1,3 M€) et une augmentation de capital réservée (1,2 M€ en octobre 2013). L’endettement financier est maitrisé (gearing de 41 %).

Perspectives pour le 2ème semestre de l’exercice 2013/2014

Dans un contexte particulièrement favorable à l’essor des énergies renouvelables, Cogra souhaite tirer profit de son expertise dans la fabrication de granulés de bois et l’installation de poêles et chaudières pour répondre efficacement à la demande croissante pour l’énergie bois. Une tendance profonde que les températures élevées cet hiver ne remet pas en cause même si la croissance sera ralentie sur le 2nd semestre 2013/2014. Le plan d’action du second semestre donne de nouveau la priorité à la croissance et à la rentabilité en s’appuyant sur :

- L’élargissement progressif des sources d’approvisionnement dédiées à Séverac-le-Château ;

- Le reconditionnement de l’usine de Mende en centre de stockage ;

- La montée en puissance de la production ;

- La poursuite du développement des ventes directes.

A plus long terme Cogra étudiera d’éventuelles opportunités de croissances externes et/ou l’expansion en propre de ses capacités de production afin de continuer à déployer son modèle de proximité et de qualité sur des zones à fort potentiel.

Agenda financier 2014

- Résultats semestriels 2013-2014 : Mise à disposition du rapport financier le 26 mars 2014

- Chiffre d’affaires du 3ème trimestre (clos au 31 mars 2014) : le 14 avril 2014

- Chiffre d’affaires du 4ème trimestre (clos au 30 juin 2014) : le 15 juillet 2014

A propos de Cogra, pionnier de l’énergie bois ALCOG - FR0011071570

Producteur de granulés de bois depuis 30 ans, Cogra s’est imposé en France comme un acteur de référence du secteur grâce à une approche qualitative et durable de son métier.

Avec deux usines d’une capacité totale de production de 65 000 tonnes, Cogra a produit 65 000 tonnes en 2012 de granulés de première qualité qui ont été commercialisées en direct en France et à l’étranger ou via son réseau de 600 revendeurs. L’activité de production de granulés bois, couplée à une activité de conseil et distribution de poêles et chaudières forme un ensemble cohérent et différenciant qui permet d’apporter une réponse globale aux consommateurs soucieux de leurs économies d’énergie et de la protection de l’environnement.

Repost 0
Published by Bernard - dans COGRA
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 15:47

GAUSSIN logo

Mnémo : ALGAU

Dernier cours : 3,23 €

Capitalisation boursière : 48,43  M €

Mnémo BSAR : GAUBS

Dernier cours : 1,09 €

http://www.gaussin.com/

Les capitaux propres au 31 décembre 2013 s’élevaient à 7,99 M €. Le « price to book » (ratio capitalisation boursière / capitaux propres), notion très utilisée par les professionnels de la finance, est ainsi de 6,06. En dessous de 1, c’est considéré comme faible. Plus de 4 c’est, en principe, le signe d’une société de croissance et en bonne santé.

Depuis février 2014, les Fonds propres sont passés à 17,2 M € et l'endettement a été divisé par 2.

 

https://www.facebook.com/GAUSSINmanugistique/photos/a.623179051040838.1073741825.458164484208963/840412019317539/?type=1&theater

 

Lancement officiel de l'ATM® FULL ELEC au salon SITL à Paris Nord Villepinte

Héricourt, le 24 mars 2014 

GAUSSIN SA (ALTERNEXT FR0010342329) annonce le lancement officiel de l’ATM® (Automotive Trailor Mover), véhicule dédié à la manutention de semi-remorques de type « routière » au salon SITL, du 1er au 4 avril 2014, à PARIS NORD VILLEPINTE, stand N°N76.

- Le développement :

Il s’agit d’un développement assuré à 100 % par l’entreprise GAUSSIN Manugistique dans le cadre de la recherche permanente de solutions novatrices dans les domaines de la manutention et de la logistique. Avec  toujours la volonté de présenter des produits orientés vers la simplicité, la sécurité et le respect de l’environnement.

Tous ces critères ont été intégrés au cours de l’étude pour permettre à tout opérateur de prendre en main rapidement le véhicule ATM® en toute sécurité avec un produit 100% électrique.

- Un  marché mondial estimé à plus de 620 000 unités

L’ATM® a pour cible prioritaire les plateformes logistiques. Les chiffres (juillet 2012) indiquent que la surface moyenne d’un entrepôt ou d’une plateforme logistique est de 25 000 m2. On estime que pour manœuvrer les semi-remorques, il faut 10 unités. Par conséquent, les 15 500 plateformes en Europe représentent un marché potentiel de 155 000 unités. Au niveau mondial, l’estimation est de 620 000 unités.

Le potentiel utilisateur peut largement être étendu aux industries diverses ayant un flux de semi-remorques important intra-sites, aux carrossiers constructeurs, aux ateliers de maintenance (activité portuaire, intermodal, etc.) ainsi qu’aux terminaux intermodaux pour envisager le transbordement de semi-remorques vers le chemin de fer ou le maritime.

- Les utilisateurs :

L’ATM® est destiné à tous les opérateurs confrontés quotidiennement au besoin de déplacer des semi-remorques. Que ce soit chez des carrossiers, constructeurs, plateformes logistiques, industries diverses, services de maintenance,…

- Pourquoi cette innovation :

Le véhicule ATM® permet de remplacer un tracteur routier sur site, afin de libérer celui-ci pour des activités de transport sur longues distances.

De plus, l’ATM® va réduire considérablement les coûts de maintenance et d’utilisation par la simplicité de sa conception.

- Caractéristiques innovantes :

L’ ATM®  est compacte est permet de se loger dans l’encombrement de la semi-remorque, c’est-à-dire d’optimiser les espaces libres. Il est maniable pour faciliter la manutention et optimiser les zones de passage de l’ensemble, avec un rayon de braquage très faible.

Avec la possibilité d’avoir 2 ou 4 roues motrices, et 2 ou 4 roues directrices, selon les contraintes des opérateurs. L’ATM®  est équipé de roues pleines anti-crevaison.

- Avantages pour les utilisateurs :

L’ ATM®  présente un grand nombre d’avantages pour les utilisateurs :

            - Pas de mécanique complexe de type transmission, boîte à vitesses, etc…

            - Pas de permis de conduire spécifique

            - Pas de contrôle des mines

            - Encombrement réduit

            - Utilisation de roues pleines anti-crevaison

            - 100% électrique, 0 émission de CO2

            - Réduction des zones de stockage

            - Réduction des coûts de maintenance

A propos de GAUSSIN

GAUSSIN MANUGISTIQUE® est spécialisée dans l’audit des process de manutention et la réalisation de systèmes sur roues pour la mise en place et le transport de charges lourdes, volumineuses ou délicates. Avec plus de 50 000 véhicules de manutention à travers le monde, GAUSSIN Manugistique bénéficie d'une forte notoriété sur quatre marchés en pleine expansion : l'Energie, le Transport, l’Environnement et  les Matières Premières. 

 

GAUSSIN MANUGISTIQUE® est coté sur Nyse Alternext depuis le 16 juin 2010.Les actions GAUSSIN sont cotées, depuis le 20 juillet 2012, sur le groupe de cotation E2 (Offre au public), depuis l’obtention du Visa AMF n°12-360 en date du 17/07/12 sur le Prospectus, disponible sans frais sur www.gaussin.com.

Repost 0
Published by Bernard - dans GAUSSIN
commenter cet article
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 14:03

 

Ikea croit toujours au renouvelable

Guillaume Maincent | 20/03/2014 Le Moniteur.fr 

L’enseigne de mobilier a décidé de doter tous ses nouveaux magasins français de toits photovoltaïques. Une réflexion est en cours pour faire de même sur les magasins existants.

Apparemment, les turpitudes de la planète renouvelable n’affectent pas Ikea. À l’occasion d’une visite de son centre logistique de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), l’enseigne bleue et jaune a indiqué qu’elle doterait systématiquement chaque magasin nouvellement ouvert en France de toitures photovoltaïques.

Celui de Clermont-Ferrand, annoncé cet été, ouvrira le bal, premier d’une série de six d’ici à 2016. En parallèle, Ikea France réfléchit à faire de même sur les magasins existants (29 en France), à l’image de celui de Bordeaux en avril. Une traduction directe, selon lui, de sa stratégie de responsabilité sociale et environnementale, baptisée People & Planet Positive, dont l’un des volets vise 70 % d’indépendance énergétique en 2020.

Le volet bâtiment durable prévoit par exemple la récupération des eaux de pluie, comme à Saint-Quentin-Fallavier où l’eau sert pour le nettoyage. Mais également « une borne de recharge pour véhicules électriques par magasin d’ici à la fin de l’année », ajoute Carole Borzyna-Diagne, directrice du développement durable d’Ikea France. On n’oubliera pas le tri des déchets, cher à l’enseigne suédoise, ni l’éclairage à led, que le groupe veut déployer à 100 % à l’horizon 2020. Au total, les actions estampillées énergie durable mobilisent un budget global de 1,5 milliard d’euros étalé jusqu’en 2015. Les océans de bitume et les norias de camions roumains ou polonais qui caractérisent cette grandes plateformes logistiques de mass-market le valent bien !

Chaudière au bois

Mais attention : indépendance énergétique ne veut pas dire autarcie. Grâce à ses 15 351 panneaux en silicium cristallin, de marque française (Sillia) pour bénéficier du bonus « made in Europe » (aujourd’hui abrogé), le centre logistique de Saint-Quentin dit produire 125 % de son électricité.

Mais l’intégralité (4 GWh/an) est revendue à EDF, en vertu des contrats d’achat à tarif garanti sur vingt ans.

Si l’on y ajoute la chaleur au bois, présente sur trois sites, et l’investissement en son nom propre dans 26 éoliennes, Ikea détient un portefeuille de production d’énergie renouvelable représentant bien 70 % de sa propre consommation.

À Saint-Quentin-Fallavier, l’enseigne aurait pu encore grappiller quelques pourcents s’il n’y avait eu, sur les 65 000 mètres carrés de toiture des entrepôts recevant les panneaux solaires (pour une puissance de 3,99 MWc), de nombreuses trappes à dégagement de fumée qui imposent autour d’elles un périmètre vierge de tout obstacle au sol.

Selon Jean-Christophe Menuel, directeur du centre logistique isérois que nous visitons ce 18 mars, le ratio théorique de 125 % se confirme jour après jour dans la pratique : « Depuis le 15 novembre, date de raccordement des panneaux solaires, nous avons produit 652 MWh, un peu plus que les prévisions initiales, même s’il faut souligner l’ensoleillement exceptionnel du mois de mars », explique-t-il, en tablant sur un retour sur investissement de sept ans et demi pour cette installation à 6 millions d’euros signée Derbigum.

Côté chaleur, la chaudière au bois couvre 60 % des besoins, avec cette incroyable économie : une facture « divisée par deux et demie » par rapport au gaz, qui reste en appoint. À rapporter à un investissement de 1,8 million d’euros pour cette chaudière de 1,78 MW. Et c’est promis : le bois vient de la région, « dans un rayon de trente kilomètres maximum », selon le contrat triennal conclu avec ONF Énergie, valable également pour les magasins de Caen et Reims.

Gain de productivité

 

Dernière innovation aperçue à Saint-Quentin-Fallavier, destinée à rayonner sur les autres sites du groupe : les chariots élévateurs à hydrogène. « Ce serait formidable d’en faire profiter nos propres flottes de véhicules d’entreprises, le jour où la pile à combustible sera généralisée », s’enthousiasme Jean-Christophe Menuel. Ikea se dit en effet satisfait de cette solution mise en place avec Air Liquide, qui remplace les batteries acide-plomb, en faisant gagner un temps précieux à la recharge (un plein d’hydrogène prend trois minutes). « Cela procure un gain de productivité qui permet d’amortir l’investissement en sept ans », a calculé Jean-Christophe Menuel. Pour verdir la boucle, reste maintenant à œuvrer pour que l’hydrogène en question soit fabriqué à partir d’une ressource renouvelable, par exemple à l’issue d’une électrolyse de l’eau opérée avec de l’électricité décarbonée. Or le procédé industriel le plus courant est une extraction à partir de méthane fossile.

Repost 0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 10:44

AUREA home logo

Mnémo : AURE

Dernier cours : 4,90 €

Capitalisation boursière : 56,84 M €

http://www.aurea-france.com/

et maintenant le blog d’Auréa :

http://aureactive.wordpress.com/

Les capitaux propres au 30 juin 2013 étaient de 70,21 M €. Le « price to book » (ratio capitalisation boursière / capitaux propres), notion très utilisée par les professionnels de la finance, est ainsi de 0,80. En dessous de 1, c’est considéré comme faible surtout pour une société de croissance et en bonne santé.

Que vont devenir les 4 000 m3 de tubes cathodiques ? Pollution tu es partout ....

 

Reprise partielle de Mercure Boys Manufacture (MBM)

19.03.2014 11:35

http://www.lemainelibre.fr/actualite/le-mans-reprise-partielle-de-mercure-boys-manufacture-19-03-2014-80652

Le tribunal de commerce du Mans a donné mardi son feu vert à une reprise partielle de Mercure Boys Manufacture par HG industrie, une structure appartenant à 100 % au groupe Auréa(1).

Dans le même temps, le tribunal a prononcé, pour les activités non reprises, le placement en liquidation judiciaire de MBM.

Résultat, seulement six emplois ont été sauvés. Mercure Boys Manufacture est une entreprise installée à Voivres-les-Le Mans et spécialisée dans la récupération de produits nocifs comme le mercure ou encore le traitement d’autres produits comme les tubes cathodiques.

Placée en redressement judiciaire le 5 novembre dernier l’entreprise avait également été prise pour cible par les Pouvoirs Publics sur des questions environnementales.

MBM travaillait sur des produits très polluants dont les conditions de stockage doivent répondre à certains critères. En août dernier, le préfet de la Sarthe avait mis en demeure l’entreprise afin qu’elle se mette en conformité. Le différend portait surtout sur un stock d’environ 4 000 m3 de tubes cathodiques cassés et non débarrassés des poudres… situé en extérieur.

Franck Desgranges, le Pdg, assurait à l’époque que la problématique se limitait finalement à l’obtention d’un document administratif permettant la sortie de ces produits.

Finalement, ce bras de fer s’est terminé, faute d’activité, par une mise en redressement judiciaire. Depuis, l’entreprise qui comptait une quarantaine de personnes, a procédé à une réduction des effectifs. C’était au mois de décembre.

Au moment de la prise de décision par le tribunal de Commerce MBM comptait encore une dizaine de salariés. Désormais, ils ne seront plus que six à exercer pour le compte de HG industrie sur une seule activité : celle du traitement du mercure.

 

(1) Opérateur majeur dans les domaines de l’Environnement et du Développement Durable, AUREA s’est spécialisée dans le recyclage des huiles noires moteurs, de l’aluminium, du cuivre, du PVC, des plastiques complexes, du recyclage des déchets d’équipements électriques ou électroniques et du traitement des pneus usagés. Le siège est à Paris.

Repost 0
Published by Bernard - dans AUREA
commenter cet article
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 22:48

AUREA home logo

Mnémo : AURE

Dernier cours : 4,90 €

Capitalisation boursière : 56,84 M €

http://www.aurea-france.com/

et maintenant le blog d’Auréa :

http://aureactive.wordpress.com/

Les capitaux propres au 30 juin 2013 étaient de 70,21 M €. Le « price to book » (ratio capitalisation boursière / capitaux propres), notion très utilisée par les professionnels de la finance, est ainsi de 0,80. En dessous de 1, c’est considéré comme faible surtout pour une société de croissance et en bonne santé.

Nouvelle reprise d'une société à la barre du tribunal.

En lisant, dans "Ouest France",  l'historique de la mise en redressement judiciaire, on en apprends un peu plus sur la société MBM.

Implantée à VOIVRES LES LE MANS (72210), Z I, l'entreprise M.B.M. est en activité depuis 25 ans. Cette société est spécialisée dans le secteur d'activité de la récupération de déchets triés. A ce jour, le capital social de la société M.B.M. est de 89 775,00 euros.
En 2012, elle a réalisé un CA de 4,47 M € et un résultat de 73,7 K € avec un effectif de 30 personnes. Elle avait des capitaux propres de 1,4 M €

 

Pôle Métaux & Alliages

Reprise de l’activité mercure de la société MBM

AUREA annonce la reprise ce jour des actifs immobiliers et industriels de l’activité de recyclage de déchets mercuriels de la société MBM, située à Voivres-lès-Le Mans (Sarthe), par jugement du Tribunal de Commerce du Mans.

L’usine jouit d’un savoir-faire reconnu et dispose d’équipements récents destinés à extraire et raffiner du mercure à partir de piles usagées ou de terres polluées. Elle est dotée d’une machine très moderne de traitement UDT (Unité de Désorption Thermique). Elle retraite également des amalgames dentaires.

L’activité devrait être en mesure de restaurer sa rentabilité sur l’exercice 2015, après une nécessaire restructuration.

L’adjonction de cette nouvelle usine vient renforcer le pôle Métaux & Alliages d’AUREA, qui dispose désormais de 5 filiales actives dans le cuivre (M LEGO et POUDMET), l’aluminium (REGEAL), le zinc (TREZ) et, à présent, le mercure.

A propos d'AUREA

AUREA est un pôle de regroupement de PME spécialisées dans le développement durable. Le groupe est notamment n°1 en Europe de la régénération des huiles noires moteur, n°1 en Europe pour la fabrication de roues à bandages à partir de pneus usagés, leader en Europe dans le recyclage du PVC rigide. Il est également recycleur de plastiques complexes et d'emballages, recycleur et affineur d'aluminium, recycleur de cuivre et producteur d'alliages cuivreux, recycleur de zinc.

Euronext Paris Compartiment C - Code ISIN FR 0000039232 - Mnémonique AURE - Indices CAC All-Tradable® et CAC Small®

 

 

MBM (Sarthe) : un redressement judiciaire et des questions

Soupçonnée de non-respect des techniques de traitement des déchets, la société de Voivres-lès-Le Mans a annoncé, mardi, sa cessation de paiement. Une coïncidence troublante. Pas du tout, répond le PDG.

Jeudi 07 novembre 2013

Bras de fer avec les pouvoirs publics ? Réelles difficultés économiques qui ont conduit l'entreprise MBM à se mettre en cessation de paiement ?

Telles sont les questions qu'on peut se poser à l'issue de la procédure de redressement judiciaire enregistrée, mardi, par le tribunal de commerce du Mans, pour cette société de Voivres-lès-Le Mans, leader en France dans le traitement et le recyclage de tubes cathodiques et de déchets mercuriels.

Une annonce qui coïncide de manière troublante avec les récents déboires de cette entreprise, qui se trouve sous la surveillance étroite du préfet depuis cet été.

MBM, installation industrielle classée répondant à des normes précises, est en effet suspectée de ne pas avoir respecté les procédures de traitement et de dépollution de centaines de tonnes d'écrans et de tubes cathodiques de télévisions.

Déchets dangereux

Des soupçons qui ont conduit le préfet à prendre à son encontre toute une série de mesures.

Les 22 et 23 août derniers, il a mis en demeure MBM de régulariser la situation et de cesser de broyer les tubes à l'air libre ; des processus qui pourraient avoir entraîné une vaste pollution de l'environnement et d'éventuels dégâts sur la santé des employés.

La Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dréal, ex-Drire) et l'inspection du travail ont également été saisis. De nombreux prélèvements de sol et d'eau ont été effectués et des analyses sont en cours.

L'industriel a, d'autre part, été mis dans l'obligation d'effectuer des travaux et de lancer une série d'investissements pour régler le problème. Notamment la gestion d'un vaste stock de déchets qui comprend, entre autres, 4 000 m3 de tubes cathodiques cassés « non débarrassés des poudres luminophores qui sont clairement des déchets dangereux [...] stockés en vrac à l'extérieur », comme le souligne l'un des deux arrêtés préfectoraux.

C'est donc dans cette période de tension que la société vient d'être placée en redressement judiciaire avec une période d'observation de six mois. Est-ce une façon pour elle d'alerter les pouvoirs publics sur son impossibilité à faire face aux dépenses engendrées par ces demandes de mises aux normes ? Est-ce aussi un moyen de rappeler à l'État qu'une quarantaine d'emplois sont dans la balance en cas de fermeture du site ?

Rien de tout cela, répond Franck Desgranges qui assure que son entreprise « n'est absolument pas en péril. C'est un problème réglementaire lié à l'obtention d'un document administratif de sortie de statut des déchets. Je ne peux plus faire mon travail depuis deux mois. Privé de ce chiffre d'affaires, j'ai l'obligation comptable de me placer sous la surveillance du tribunal de commerce, explique le PDG qui pointe seulement une « problématique administrative » et parle de ce redressement judiciaire comme d'un simple « acte de gestion ».

 

Igor BONNET.

Repost 0
Published by Bernard - dans AUREA
commenter cet article
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:21

 

Les tarifs d'achat de l'électricité photovoltaïque restent suffisamment attractifs pour donner envie à maints particuliers de s'équiper de panneaux solaires.

D'ores et déjà, 310 000 petites installations photovoltaïques sont raccordées aux réseaux de distribution (représentant une puissance totale installée de 2 700 mégawatts crête).

Et ça n'est pas fini ! RTE et ERDF gèrent une « file d'attente » de plus de 2 450 MWc, dont une bonne part est constituée de projets domestiques.

Malfaçons, vente quasi forcée, escroquerie

Porteur, ce marché suscite des vocations, tant chez les professionnels compétents que chez les margoulins. Et ces derniers sont très actifs.

Depuis quelques années, les associations de défense des consommateurs, la « répression des fraudes » et les tribunaux croulent sous les plaintes de particuliers. La plupart du temps, ces derniers sont victimes de malfaçons, de vente quasi forcée, d'escroquerie, etc.

La difficulté principale étant que nombre de professionnels font état de partenariat conclu avec de grands énergéticiens: argument qui endort la confiance des consommateurs.

Pour s’informer, les particuliers peuvent se renseigner auprès du guichet unique mis en place par l’Etat, accessible via un numéro de téléphone, le 0 810 140 240, (numéro Azur, prix d’un appel local), le site internet

www.renovation-info-service.gouv.fr

 et les 450 "Points rénovation info service" répartis sur le territoire. Attention : le guichet unique ne peut pas recommander d'artisans mais peut en revanche examiner les devis. Les particuliers pourront également être informés des aides éventuelles (éco-PTZ, crédit d’impôt) dont ils peuvent bénéficier ou non.

Panneaux photovoltaïques : 5 conseils pour éviter les arnaques

Par Virginie Grolleau

Publié le 17-03-2014 à 17h22

http://tempsreel.nouvelobs.com/immobilier/travaux/20140317.OBS0104/panneaux-photovoltaiques-5-conseils-pour-eviter-les-arnaques.html

Suite à l’enquête de la DGCCRF, l’association Qualit’ENR rappelle les 5 conseils-clefs pour éviter les arnaques.

Une enquête de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a révélé qu’un tiers des professionnels du photovoltaïque - distributeurs, démarcheurs, sous-traitants, établissements de crédit - étaient en situation d’anomalie face à la loi. Suite à cet appel à la vigilance, Qualit’EnR, association spécialisée dans la qualification des entreprises d’installation de systèmes Energies Renouvelables (EnR), rappelle aux particuliers les bons conseils et les pièges à éviter lors d’une installation d’équipements Energies Renouvelables :

- Conseil n°1 : demandez plusieurs devis.

Surtout en cas de démarchage à domicile. "C’est en comparant et surtout en prenant le temps de réfléchir sur les propositions les plus pertinentes et les plus adaptées à vos besoins que vous prendrez la meilleure décision", souligne Qualit’EnR.

Les devis devront être précis et détaillés (marque et puissance du matériel installé par exemple), reprendre le détail des engagements de l’entreprise en particulier concernant les garanties apportées, les délais de pose (qui ne peut intervenir avant obtention de l’accord de la mairie si le projet est soumis à déclaration de travaux), détailler les conditions de paiement et indiquer, en cas de crédit, l’ensemble des informations légales prévues par la réglementation (taux d’intérêt nominal, TEG, etc.).

Enfin, les particuliers doivent se faire préciser si le devis inclut toutes les prestations ou s’il subsiste des exclusions (raccordements au compteur EDF par exemple).

- Conseil n°2 : restez vigilant face aux discours commerciaux.

"Certaines sociétés peu scrupuleuses pratiquent un démarchage agressif, soutenu par des arguments parfois exagérés ou mensongers (mandat de la mairie, éligibilité du domicile, rendement prévisionnel de l’installation, tarif de rachat de l’électricité, garantie...)", explique Qualit’EnR.

Demandez aux entreprises sollicitées de vous fournir des références de chantiers dans le domaine (photos, visites...) ainsi que la copie de leurs assurances responsabilité civile générale et décennale.

- Conseil n°3 : renseignez-vous sur la fiabilité de l’entreprise.

Le site internet de l’association Qualit’EnR vous permet de vérifier si les professionnels que vous sollicitez bénéficient bien d’une qualification (QualiPV pour le solaire photovoltaïque) gage d’une installation de qualité. Un annuaire complet et mis à jour en temps réel est à disposition du grand public à tout moment : 

http://www.qualit-enr.org/annuaire

- Conseil n°4 : faites appel à un professionnel qualifié "RGE"

(Reconnu Garant de l’Environnement). Ce sera de toute façon obligatoire à partir du 1er juillet 2014 pour bénéficier des aides publiques (éco-prêt à taux zéro, etc.). Ces professionnels sont contrôlés sur le fait de disposer des assurances obligatoires (responsabilité civile générale et décennale) et ils sont tenus de fournir des devis et factures descriptifs et détaillés.

- Conseil n°5 : en cas de doute, faites jouer votre droit à rétractation. 

Qualit’EnR rappelle que les devis signés lors d’un démarchage à domicile bénéficient d’une possibilité de rétractation de 7 jours, mais que ce délai ne s’applique pas lors d’une signature sur une foire commerciale. Les particuliers ont la possibilité de déposer une réclamation en cas de problème, pour un règlement du litige à l’amiable.

 

L’association reçoit environ 150 réclamations par an sur les milliers d’installations réalisées par les entreprises qualifiées.

Repost 0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 10:04

CBO logo 1

Mnémo : CBOT (dividende à toucher en 2014 : 0,13 €, ANR 2013 : 5,22 €)

Dernier cours : 3,46 €

Capitalisation boursière : 110,80 M €

Mnémo : CBOTA (océane, nominal 3,60 €, coupon = 0,216 € ou 6 %, échéance max 2020)

Dernier cours : 4,21 € 

http://www.cboterritoria.com/

Les capitaux propres au 31 décembre  2013 s’élevaient à 163,5 M €. Le « price to book » (ratio capitalisation boursière / capitaux propres), notion très utilisée par les professionnels de la finance, est ainsi de 0,67. En dessous de 1, c’est considéré comme faible. Plus de 4 c’est le signe d’une société de croissance et en bonne santé.

Le rendement est de 3,75%

L’endettement est de 47%

La décote sur ANR est de 33,7%

Malgré une forte baisse du CA, on constate une augmentation des résultats (principalement à cause de la charge d'impôts), des Fonds Propres, du patrimoine détenu en propre, de l'ANR et du dividende !

Cette foncière est remarquablement gérée et les dirigeants savent s'adapter rapidement aux lois changeantes de la défiscalisation.

Ce titre est une alternative très intéressante à l'assurance vie. On peut le mettre à l'intérieur d'un tel contrat.

 

Résultats 2013 : hausse du résultat net liée à une nouvelle offre

- Chiffre d'affaires : 80,8 M€, - 26 %

- Résultat net PdG : 17,7 M€, + 9 %

- ANR/action : 5,22, + 10 %

Perspectives 2014

- Innovation majeure « d'accession différée à la propriété »

- Relance de la Promotion immobilière institutionnelle

- Entrée dans une nouvelle dimension de la Foncière

« En 2013, comme attendu, CBo Territoria a fait face à une forte baisse de sa production de logements avec une loi Duflot Dom peu adaptée et un point d'inflexion dans le logement social. Cette évolution n'a pas affecté la Foncière, qui, forte de financements sécurisés, a bénéficié de nouveaux investissements stratégiques. 2014 devrait être, selon nous, une année particulièrement dynamique, avec le lancement de notre offre innovante d'accession différée à la propriété, la reprise de la production de logements sociaux, et la livraison du Centre Commercial E.Leclerc qui fait entrer notre Foncière dans une nouvelle dimension » déclare Éric Wuillai, Président-directeur général de CBo Territoria.

Comptes consolidés et audités

2013

2012

Variation

en M€, normes IFRS

Chiffre d'affaires

80,8

109,5

- 26 %

Résultat des activités

16

19,7

- 19 %

Variation juste valeur

4

6,7

- 41 %

Résultat opérationnel

21,1

27,1

- 22 %

Résultat financier

-5,4

-5,1

n/s

Résultat avant impôts

15,7

21,9

- 28 %

Impôt sur les résultats

+ 1,9

-5,4

n/s

Résultat net

17,7

16,3

+ 9 %

Résultat net Part du Groupe

17,7

16,2

 + 9 %

Cash-flow courant

11,8

15,5

- 24 %

Conformément aux attentes, recul de l'activité de Promotion immobilière et poursuite de la croissance des revenus de la Foncière

En 2013, CBo Territoria a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 80,8 M€, en baisse de 26 % compte tenu du recul de 32 % de l'activité de Promotion immobilière tandis que l'activité de Foncière, axe de développement prioritaire du Groupe, continuait sa progression (+ 7 %).

Le pôle Promotion immobilière a été notamment caractérisé par :

- une baisse de la production de logements sociaux (19,7 M€, - 50 %) dans l'attente de la relance de la production dès 2014 qui sera portée par le développement de deux nouvelles ZAC et un nouvel accord signé avec la SHLMR (800 logements d'ici fin 2017)

- un recul des ventes de logements privés (26,7 M€, - 20 %) lié à une loi Duflot Dom peu adaptée au contexte local

Le pôle Foncière enregistre une nouvelle croissance de ses revenus locatifs à 14,0 M€ (+ 7 %) soutenue par l'accroissement régulier du patrimoine du Groupe. Conformément aux orientations stratégiques de CBo Territoria, la majorité des revenus locatifs (65 %) est générée par des actifs d'immobilier d'entreprise.

Un résultat net PdG en hausse de 9 %

En 2013, le recul du chiffre d'affaires en Promotion fait mécaniquement baisser la marge (- 30 %) qui maintient néanmoins son taux autour de 15 % grâce à une contribution ponctuellement plus importante des logements privés et de l'immobilier d'entreprise.

De son côté, l'activité de Foncière a dégagé un revenu net (EBITDA) en hausse de 7 % à 12,4 M€, soit un taux de 89 % dans les standards de la profession.

Après prise en compte de ces résultats et des frais de structure nets, le résultat des activités atteint 16,0 M€ avec une contribution croissante de l'activité de Foncière (57 % contre 47 % en 2012).

La génération de nouveaux droits à construire en ZAC a soutenu la revalorisation en juste valeur des actifs de placement qui au global atteint + 4,0 M€.

Après prise en compte de charges financières maîtrisées à hauteur de - 5,4 M€ (vs - 5,0 M€ en 2012) dans un contexte de fort investissement de la Foncière, le résultat avant impôts ressort à 15,7 M€, en baisse de 28 %.

Grâce à une économie d'IS de 7,2 M€ obtenue via la loi Girardin à l'IS pour l'investissement dans 120 logements destinés au lancement d'une offre innovante d'accession différée à la propriété, le résultat net PdG de CBo Territoria progresse de 9 % à 17,7 M€ contre 16,2 M€ en 2012.

Soutenu par la contribution croissante de l'activité de Foncière et la rentabilité dégagée en Promotion immobilière, le cash-flow courant généré au titre de l'exercice 2013 atteint 11,8 M€ contre 15,5 M€ en 2012. Il se trouve investi à hauteur de 80 % dans le développement de l'activité de Foncière en complément de financements sécurisés.

Forte progression du patrimoine d'actifs de rendement en cours : + 18,7 M€

En 2013, dans le cadre du développement des actifs clés du Parc d'activités du Portail (Centre Commercial E.Leclerc et Retail Park qui seront livrés au S2 2014), CBo Territoria a réalisé des investissements significatifs qui, aux côtés de la progression de la juste valeur, ont permis d'accroître de 18,7 M€ les actifs de rendement en cours.

Parallèlement, grâce à la livraison de nouveaux biens, les actifs de rendement en service progressent de 10,5 M€.

Ainsi, au total, les actifs patrimoniaux de CBo Territoria atteignent 322,2 M€ au 31 décembre 2013 contre 293,0 M€ au 31 décembre 2012.

Le taux de rendement moyen (brut, avant inoccupation) de l'immobilier professionnel ressort à 9,2 % malgré un marché en léger recul. Il ressort à 5,1 % pour l'immobilier résidentiel.

Structure bilancielle équilibrée avec un endettement maîtrisé

Au 31 décembre 2013, les capitaux propres PdG s'élèvent à 163,5 M€ en progression de 14,7 M€, avec en contrepartie à l'actif des biens immobiliers récents et bien situés, évalués par expertise indépendante. L'endettement net (LTV) représente 47 % des actifs immobiliers totaux.

Les stocks de produits finis sont de 20 M€ (contre 27,6 M€ à fin juin 2013) et la trésorerie, qui ressort à 15,4 M€ contre 25,6 M€ fin 2012, a été mobilisée à hauteur de 10 M€ pour porter l'acquisition d'un foncier stratégique pour le Groupe.

Actif Net Réévalué (ANR) de 5,22 € par action

L'ANR, qui inclut des plus-values latentes non comptabilisées dans la juste valeur pour 4,1 M€ (vs 3,5 M€ au 31/12/2012), atteint 167,6 M€ au 31/12/2013 ; il s'établit ainsi à 5,22 € par action, en progression de 10 % par rapport à l'exercice précédent, après le versement d'un dividende de 0,10 € par action en juin 2013.

Perspectives favorables

Une innovation stratégique pour faciliter l'accession à la propriété des classes moyennes réunionnaises

S'appuyant sur l'économie d'IS liée à la loi Girardin dont il peut bénéficier et sur sa double expertise Foncière/Promotion immobilière, CBo Territoria innove et va prochainement lancer l'accession différée à la propriété pour les classes moyennes réunionnaises.

Soutenu par un financement de l'AFD à hauteur de 21 M€ sur 20 ans, ce dispositif permettra aux locataires d'un bien résidentiel détenu par CBo Territoria d'en acquérir la propriété au bout de 7 ans avec un prix d'achat inférieur d'environ 20 % à la valeur neuve du bien. Cette décote sera financée par une partie de l'économie d'IS dont CBo Territoria a bénéficié dans le cadre de la loi Girardin lors de ses investissements dans les biens résidentiels locatifs promis à la vente. CBo Territoria précise que la totalité de l'économie d'IS 2013 liée à la loi Girardin sera réinvestie dans ce nouveau produit.

Deux premières opérations portant sur 118 logements seront proposées aux futurs locataires-acquéreurs lors du lancement commercial prévu avant l'été 2014.

Grâce à cette innovation unique en France, le Groupe prévoit de créer encore environ 500 logements intermédiaires sur les 5 prochaines années sur ses quartiers durables.

L'entrée de la Foncière dans une nouvelle dimension

En 2014, les livraisons au 2nd semestre du Centre Commercial E.Leclerc (16 700 m2 SU, valeur : 43 M€) et du Retail Park (4 200 m2 SU, valeur : 14 M€) situés sur le Parc d'activités du Portail, vont faire entrer l'activité de Foncière dans une nouvelle dimension avec une progression de plus de 20 % de ses actifs de rendement.

Avec le futur Entrepôt logistique Soredip (CFAO) qui devrait être livré début 2015 sur le même site, les trois actifs devraient représenter en 2016, 1ère année pleine, 3,8 M€ de loyers supplémentaires, soit + 25 % par rapport à 2013. En attendant, en 2014, CBo Territoria annonce un objectif de croissance de ses revenus locatifs bruts de 7 % pour atteindre 15,0 M€.

Reprise de la production en Promotion immobilière

En 2014, CBo Territoria anticipe un rebond de l'activité de la Promotion immobilière, grâce à une nouvelle dynamique dans le logement social, la reprise des ventes de parcelles habitat, et des succès potentiels en immobilier d'entreprise sur 5 projets d'environ 3 000 m2 chacun. Par ailleurs, CBo Territoria va lancer en 2015 les travaux d'aménagement pour la réalisation à Mayotte d'un quartier d'affaires de 12 000 m2 signant ainsi sa première opération de Promotion immobilière hors de l'Ile de La Réunion.

Proposition d'un dividende de 0,13 €/action, soit 2,50 %/ANR

Confiant dans ses perspectives de développement, conformément à ses objectifs fixés en 2012, CBo Territoria proposera à l'Assemblée Générale du 4 juin 2014, le versement d'un dividende de 0,13 € par action, représentant 2,50 % de l'ANR, rejoignant ainsi progressivement les standards des Foncières cotées (4 à 5 %). Ainsi, 75 % du résultat net 2013 seront réinvestis dans le développement du Groupe et la totalité de l'économie d'IS sera dédiée au lancement de la nouvelle offre d'accession différée à la propriété.

Les procédures d'audit sur les comptes consolidés au 31 décembre 2013 de CBo Territoria ont été effectuées. Le rapport de certification sera émis après vérification du rapport annuel.

Prochains rendez-vous :

- Chiffre d'affaires 1er trimestre 2014 : mardi 13 mai 2014

- Assemblée Générale : 4 juin 2014, Ile de La Réunion
Publication après Bourse

A propos de CBo Territoria

Propriétaire d'un patrimoine foncier exceptionnel de 3 000 hectares, CBo Territoria est un des acteurs clés du développement immobilier de l'Ile de La Réunion, département français en fort développement soutenu par une évolution démographique dynamique.

CBo Territoria détient un positionnement de premier plan dans ses 3 métiers :
- Gestion foncière et aménagement de zones d'ensemble
- Promotion immobilière en logements et terrains à bâtir
- Développement et gestion immobilière d'actifs patrimoniaux détenus en propre

 

NYSE Euronext, FR0010193979, CBOT
www.cboterritoria.com

Repost 0
Published by Bernard - dans CBO TERRITORIA
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 19:06

Dietswell logo 1

Mnémo : ALDIE

Cours : 2,18 €

Capitalisation boursière : 11,56 M €

http://www.dietswell.com/

Les capitaux propres au 30 juin 2013 s’élevaient à 19,11 M €. Le « price to book » (ratio capitalisation boursière / capitaux propres), notion très utilisée par les professionnels de la finance, est ainsi de 0,60. En dessous de 1, c’est considéré comme faible. Plus de 4 c’est le signe d’une société de croissance et en bonne santé.

Il y a 1 an on s'attendait à un CA 2013 autour de 21 M €. Cela n'a pas été atteint surtout à cause d'un S1 morose.

Dans le tableau ci-dessous, en ce qui concerne les CA 2012,  j'ai repris les chiffres figurants dans le communiqué d'il y a 1 an et qui ne sont pas les mêmes que ceux figurant dans le communiqué du 12 mars 2014. Il y a des différences notables, cela fait désordre !!

Attendons les résultats 2013, y aura t-il une réunion "investisseurs" comme l'année précédente ?

 

Chiffre d’affaires 2013 : + 13,6% à 17,3 M€

- Troisième année de croissance

- Accélération de la croissance au cours du second semestre

dans toutes les activités de services

Paris, le 12 mars 2014

Le chiffre d’affaires pour l’exercice 2013 de DIETSWELL, spécialiste indépendant des services puits-forage, s’est élevé à 17,3 M€, en progression de 13,6% sur celui de 2012. Sur le seul second semestre, la progression a été de près de 32%, de 7,2 M€ au second semestre 2012 à 9,5 M€ au second semestre 2013. Toutes les activités hors Dietswell Contracting ont accéléré leur croissance dans la seconde partie de l’année.

CA par activité en M €

2013

2012

2011

variation 2013/2012

 

S2               2013

S2               2012

variation S2/S1

Dietswell Services (Assistance technique)

13,3

10,5

9,4

27%

 

7,1

5,3

34%

Dietswell Solutions (Engineering et Bureau d'études)

0,9

1,2

0,6

-26%

 

0,5

0,3

67%

Dietswell Contracting (Forages et Management de rigs)

0,1

1,0

0,6

ns

 

0,1

0,02

ns

Factorig (Audit et Inspection)

3

3,1

1,5

-4%

 

1,8

1,6

13%

TOTAL

17,3

15,9

12,1

9%

 

9,5

7,2

32%

- Avec un volume d’activité supérieur à 1 M€ par mois depuis mars 2013, les activités de Dietswell Services (Assistance technique) poursuivent leur progression (+27% à 13,3 M€ sur l’ensemble de l’année et +34% à 7,1 M€ sur le seul second semestre). Le renforcement de l’activité de la succursale d’Abu Dhabi et sa notoriété grandissante liée à la qualité des prestations qu’il propose sur ce segment permettent de tirer pleinement parti de la dynamique favorable du marché de l’assistance technique.

- Dietswell Solutions (Engineering Onshore & Offshore) : s’appuyant sur un positionnement technologique en phase avec les nouvelles attentes des clients, le chiffre d’affaires a poursuivi sa progression (de 0,6 M€ à 0,9 M€ d’un exercice sur l’autre) grâce à un courant continu de contrats alimenté notamment par des liens privilégiés avec Technip et, dans le courant du 4ème trimestre, le démarrage d’un nouveau projet offshore en eaux profondes.

- La contribution de Factorig (Audit et Inspection), pénalisée par un faible 1er trimestre, a ensuite progressé tout au long de l’année (1,2 M€ d’activité sur le 1er semestre, 1,8 M€ sur le second). Factorig a notamment bénéficié du contrat cadre avec Lukoil en Irak. L’élargissement de son offre de services s’est poursuivie avec le développement d’une activité de formation en « Sécurité des opérations de forage par le suivi de l'intégrité des Équipements ».

- Enfin, depuis le second semestre 2012, Dietswell Contracting (Forages et Management de rigs) n’a pas généré d’activité notable. Le Sedlar 160 est toujours basé en Tunisie. Des efforts importants continuent d’être fournis pour valoriser cet appareil.

A propos de DIETSWELL (www.dietswell.com)

Créé en 2000, DIETSWELL est un spécialiste international du forage et de la construction d’appareils de forage pour l’industrie pétrolière. Grâce à des équipes d’experts, une structure flexible et réactive, DIETSWELL propose une offre pluridisciplinaire dans les métiers du forage et de l’énergie. Avec ses équipes hautement expérimentées, DIETSWELL effectue également des audits de haut niveau ainsi que des études pour le design d’équipements de forage, y compris pour l’offshore.

Respectant les plus hauts standards de qualité et de sécurité, DIETSWELL est labellisé OSEO et certifiée ISO 9001, ISO/TS 29001 et ISO 14001 pour ses activités d’assistance technique, d’audit, d’inspection et d’engineering.

 

DIETSWELL est coté sur Alternext by Nyse Euronext - Code ISIN : FR0010377127 – Mnémo : ALDIE

Repost 0
Published by Bernard - dans DIETSWELL
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 23:19

Auplata logo

Mnémo : ALAUP

Dernier cours : 1,73 

Mnémo : AUPDS (8 DS permettent d'obtenir 1 act à 1,40 €: AK en cours)

Dernier cours : 0,04 €

Capitalisation boursière : 44,46 M €

http://www.auplata.fr/

http://www.columbusgoldcorp.com/s/StockQuote.asp

(pour suivre le cours et les nouvelles de Columbus)

Les capitaux propres au 30 juin 2013 s’élevaient à 23,7 M €. Le « price to book » (ratio capitalisation boursière / capitaux propres), notion très utilisée par les professionnels de la finance, est ainsi de 1,88.

 

Finalisation de l’accord entre Nordgold et Auplata, par l’intermédiaire de sa filiale Columbus Gold, pour le gisement minier dit de la Montage d’Or sur le site de Paul Isnard

 Remire-Montjoly, 17/03/2014

Le 18 septembre 2013, Nordgold, producteur d'or international coté à la Bourse de Londres (LSE:NORD), et Auplata, par l’intermédiaire de sa filiale canadienne Columbus Gold cotée à la Bourse de Toronto (TSX :CGT), avaient annoncé un accord par lequel Columbus Gold accordait le droit à une participation de 50,01% dans certaines licences qu’elle détenait à 100% sur le site minier de Paul Isnard, sur le gisement dit de la Montagne d’Or (lire ici le communiqué de presse sur l’accord).

Une étude de faisabilité et 30 M $US de dépenses sur 3 ans, dont 11,8 M $US déjà programmés en 2014

L’ensemble des conditions suspensives étant désormais levées, Nordgold et Columbus Gold viennent d’annoncer la signature définitive de cet accord, qui reste soumis à l’approbation du gouvernement français.

Selon les principaux termes, Nordgold s’est engagé à verser la somme de 4,2 M $US à Columbus Gold au plus tard le 21 mai 2014. Par la suite, Nordgold disposera d’un délai de 3 ans pour lever l’option d’achat, et acquérir 50,01 % du projet, en réalisant une étude de faisabilité et des dépenses d’exploration d’un montant minimum de 30 M $US. Nordgold a d’ores et déjà convenu de réaliser des dépenses de l’ordre de 11,8 M $US en 2014.

Auplata détient 30 276 266 actions de Columbus Gold, soit près de 24,9% du capital de la compagnie canadienne.

Conclure de nouveaux accords avec des partenaires internationaux au cours des prochains mois

Jean-François Fourt, président d’Auplata, déclare : « La conclusion de cet accord entre Nordgold et notre filiale canadienne est le résultat de plusieurs mois d’efforts et témoigne de la pertinence de notre stratégie long terme visant à conclure des partenariats avec les plus grands groupes miniers internationaux.

Ce premier accord contribue à mettre un peu plus en lumière le formidable potentiel minier de la Guyane française et sa forte attractivité aux yeux de ces acteurs. Nous prévoyons d’en conclure d’autres au cours des prochains mois afin de développer et valoriser notre portefeuille de titres miniers, qui est le plus vaste du département français. »

Auplata en bref

Auplata est le premier producteur d’or de Guyane française. Au total, Auplata dispose de plus de 700 km² de permis et titres miniers.

Auplata mène une stratégie industrielle et financière novatrice de mise en valeur des ressources aurifères guyanaises avec une forte implication des acteurs locaux. L'objectif de la société est ainsi de proposer une exploitation durable pour l'industrie minière guyanaise.

Depuis juin 2011, Auplata est également le premier actionnaire de la société canadienne d’exploration aurifère Columbus Gold cotée sur le marché TSX de la Bourse de Toronto (Canada).

Le capital social d’Auplata est composé de 25 700 388 actions cotées sur le marché Alternext à Paris (Euronext). ISIN :

FR0010397760 – ALAUP ; ICB : 1777 – Gold Mining. 

Repost 0
Published by Bernard - dans AUPLATA
commenter cet article

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche