Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 11:13
SEBDO logo

Qui est SEBDO ENR et que fait cette société ?

La société est surtout connue par sa réalisation phare : les maisons bioclimatiques à moins de 100 000 € et parce qu’elle est également une filiale à 20 % de Stratégéco Solar Enéovia depuis le mois de décembre 2007.

C’est donc un constructeur de maison avec une orientation énergie renouvelable.

L’activité de la société a démarré en 1973 dans la Somme (la Chti de l’environnement) mais réellement pris forme qu’en 2003 avec l’idée de changer l’image du bâtiment en y intégrant la notion de qualité, les énergies renouvelables (en 2012 « l’étiquette énergie » sera obligatoire pour les biens immobiliers mis à la vente ou en location) et en les rendant accessibles au plus grand nombre.

La demande de logement de la part de français reste forte et le déficit en la matière reste de 100 à 150 000 maisons avec …. un niveau de prix compatible au pouvoir d’achat de nos compatriotes (la chute de 28 % des ventes de logements neufs au T1 2008 reflète bien le trop haut niveau de prix atteint par l’immobilier dans notre pays).

De plus ces maisons seront très peu gourmandes en énergie, un atout à une époque où le pétrole atteint 135 $ le baril.

En plus l’offre de logements reste inférieure à la demande. « Si l’on sait embaucher, il n’y a pas de problème de croissance » affirme Sébastien Horemans le PdG.

Sebdo propose des maisons à 100 000 € avec une très haute qualité environnementale (THQE) en appliquant dès maintenant les normes qui seront adoptées en 2010-2012 !

Mais Sebdo c’est aussi :

=> la rénovation thermique des bâtiments existants. Rien que dans la Somme il y a 1 millions de m2 d’isolant extérieur à poser (au prix de 100 €/m2).

=> l’installation de systèmes d’énergies renouvelables …. au « prix centrale d’achat Stratégéco »

=> 1 700 « entretiens chauffage et ENR » avec un fichier de 3 000 clients.

1 client sur 10 visité est générateur d’un gros chantier

La structure de la société

Siège social à 80110 MAILLY RAINEVAL

6 agences qui seront équipées de panneaux solaires photovoltaïques pour assurer leur financement

80 personnes dont 4 chargés d’affaires. Il n’y a pas de turnover tellement on se sent bien chez Sebdo. La société reçoit de 5 à 10 CV / semaine (le bouche à oreille) !

Il y a un plan de recrutement de 140 personnes d’ici à 2010.

La société utilise environ 30 véhicules et engins TP en location crédit bail. Cela permet d’avoir toujours du matériel en bon état et d’obtenir une plus grande efficacité.

La société pratique la réinsertion de jeunes en difficultés (30% de réussite) et des sportifs en fin de carrière.

La société ne fait pas appel à la sous-traitance et à l’intérim

La société est qualifiée THPENR, Qualisol, Qualipv, Qualipac, Qualibois, Qualigaz, Qualifuel, Vivrelec, Qualibat, ISO 9001 et très bientôt ISO 14001 !!

La société n’a eu à déplorer aucun sinistre sur ses chantiers.

La société a également reçu l’agrément FCPI.

Le business plan

Au 1er janvier 2008, la société avait un carnet de commande de 6 M€.

Une AK vient d’avoir lieu auprès d’Investisseurs Qualifiés. Elle a permis de recueillir 2,23 M€ alors que le business ne prévoyait que 1,1 M€. Le nombre d’actions est maintenant de 733 700 (avant l’AK) + 297 333 (provenant de l’AK) = 1 031 033

en K€

2005

2006

2007

2008

2009

2010

CA

496 

1 100 

3 068 

5 000 

10 000 

20 000 

REX

50 

90 

227 

350 

1 000 

3 000 

RN

37 

113 

180 

284 

766 

2 004 

BNA

 

 

 

0,32 

0,87 

2,28 

PER au prix IPO de 8,20

 

 

 

25,62

9,42

3,59

             

Pour ce business plan il a été pris en compte une AK de 1,1 M€ donnant un nombre total de 880 366 actions

Le business plan sera donc revu dans le sens d’une amélioration puisque l’AK a permis de recueillir 1,1 M€ de plus que prévu.

L’objectif est d’obtenir une rentabilité nette de 10% en 2010 principalement en créant une filiale de négoce pour acheter les matériaux moins chers et augmenter les marges. La société estime son potentiel de gain de productivité à 15%.

3 ou 4 petites acquisitions devraient être réalisées dans les semaines à venir.

La société a le désir de beaucoup communiquer et pour cela elle s’est entourée de la même agence que Théolia : ACTUS du groupe NewsInvest.

Articles de presse

Revue Environnement & Stratégie

http://eneovia.eu/document/pdf/environnement_strategie_280508.pdf

Entreprendre

http://eneovia.eu/document/pdf/entreprendre_01mai08.pdf

Introduction en bourse

L’IPO aura lieu jeudi 19 juin 2008. A cette occasion 5 000 titres seront proposés au prix de 8,20 €.

Mnémo : MLSEB

Introducteur : ARKEON FINANCE

Le document de présentation est disponible à l’adresse suivante :

http://www.arkeonfinance.fr/docs/fr/pdf/T2/SebDo/Presentation-SEBDO-20080616.pdf

La cotation, pour tous, débutera, le lendemain à 15h avec une fourchette de prix 8,20 € +/- 20 %

Repost 0
Published by Bernard - dans SEBDO EnR
commenter cet article
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 12:17

Facilasol Logo

Comment gagner et faire gagner de l’argent à partir d’une énergie gratuite et inépuisable :

 Le SOLEIL

Facilasol Hernani famille

FACILASOL, « le soleil facile » un nom sous forme de clin d’œil musical donc certainement facile à retenir.

J’avoue, et je ne suis pas le seul, avoir rencontré ce mercredi 4 juin l’un de mes plus beaux dossiers depuis bien longtemps.

Tout d’abord FACILASOL Group est une société familiale multidisciplinaire.

Le chef du « clan » Serge Hernani, 58 ans, est vraiment ce que l’on appelle un « Chef d’entreprise » avec un grand « C ». Il a une expérience internationale aux EU (il y a vécu 5 ans) et surtout en Chine ce qui est très important pour ce qui nous concerne aujourd’hui « les panneaux solaires photovoltaïques »

Le fils ainé Jérôme, 37 ans, qui a acquis une expérience de la finance de 8 ans dans une banque de réseau. Il est aussi le responsable des opérations Import Export

Le fils cadet David, 34 ans, le responsable vente et marketing avec 12 ans d’expérience.

Je n’oublie pas Mme Hernani, émue en écoutant ses fils s’exprimer devant une assistance nombreuse. Elle est aussi très fière de « son clan ».

L’activité

L’activité principale (à 95%) est l’offre de centrales solaires photovoltaïques monocristallines clés en main, incluant l’optimisation fiscale, le financement, les démarches administratives, l’installation et le SAV.
Facilasol photo 1

Elle a débuté en septembre 2007. Et pourtant la société est déjà totalement en ordre de marche et bénéficiaire ! Ce n’est pas une start up pleine de promesses mais une société complètement aboutie et qui engrange les contrats.

Le groupe se compose de 3 filiales détenues à 100% :

- Solarim qui pratique l’import / export d’équipements liés aux énergies renouvelables.

Cette société est l’ancienne société « Optimag » de Serge Hernani et qui pratiquait l’importation de Chine (déjà) d’appareils multimédia et électroniques et revendus dans la grande distribution française. Elle a une expérience de 8 ans.

- Facilasol commercialise des équipements de production d’énergies renouvelables. Elle intervient depuis le devis au client jusqu’au branchement de l’installation par EDF. L’équipe comporte 8 commerciaux.

La société a également développé un produit financier « EFISOL, Energie Financière SOLaire » qui offre aux clients des mesures de défiscalisation TEPA et un revenu sécurisé dans le cadre du rachat de l’électricité à 0,57 €/KW par EDF pendant 20 ans. Cette offre s’adresse aux clients fortement fiscalisés en leur proposant des installations de 36 KW pour un prix de 200 000 €.

Facilapose, crée avec un maître couvreur Pascal Gloriant dont l’entreprise de 12 salariés travaille pour les Monuments de France, regroupe les compétences nécessaires à l’installation des équipements vendus par Facilasol.

Cette société a développé un kit d’intégration PV-FIX, faisant l’objet d’une demande de brevet, garantissant une parfaite étanchéité tout en permettant une intégration esthétique des panneaux solaires à la toiture.
Facilasol photo 2
Les panneaux photovoltaïques sont fabriqués, pour la plupart, en Chine (comme pour la filiale solaire d’EDF) avec des normes parmi les plus exigeantes. Ils sont bien entendu certifié ISO 9001 :2000. Ils sont garantis 25 ans sur la puissance de sortie.

Ils ont un rendement optimum avec la luminosité du ciel breton. Il faut savoir que le rendement diminue en cas de forte chaleur comme dans le midi de la France.

La société a un contrat de fourniture directe de silicium pour ses usines chinoises. Elle est ainsi à l’abri de ruptures de livraisons de ses panneaux photovoltaïques ou même de hausses de prix.

Les capacités de production chinoises en photovoltaïques sont énormes. Il y a 7 fabricants de lingots de silicium. Et comme pour le pétrole « on sait organiser la pénurie » pour faire monter les prix

Le marché

La croissance du groupe est portée par les directives européenne qui ont fixé l’engagement de la France à 20%, d’ici 2020, de ses énergies produites en énergies d’origine renouvelable. Cela représente 25 000 Mw dont 20% pour la part du voltaïque soit 5 000 Mw.

è 5 000 Mw voltaïques en 2020

Où en est-on aujourd’hui en France ?

è 45 Mw voltaïques en 2007 (1 100 Mw en Allemagne)

è 100 Mw voltaïques en 2007

Le chemin à parcourir est énorme !

Mais des acteurs importants (souvent les grandes compagnies productrices de pétrole ou d’électricité) se mettent en place.

Serge Hernani estime que le marché du voltaïque sera pris dans les 3 ans à venir.

Les directives qui vont venir du Grenelle de l’environnement seront d’abord incitatives fiscalement (en janvier 2008 le gouvernement a classé l’électricité produite par les agriculteurs comme « produit agricole ») puis réglementaires.

Alors il vaut mieux prendre les devants et accepter les cadeaux offerts par l’état.

Les clients

Le groupe a fixé 3 cibles privilégiées :

- les exploitations agricoles

Elles sont au nombre de 74 292 dans le grand ouest (Bretagne, Pays de Loire et Basse Normandie), là où Facilasol est pour l’instant implanté.

Les dirigeants de ces exploitations sont motivés par l’amélioration de leur image (écologie), par l’investissement financé à long terme et disposent de grandes surfaces de toitures (hangars, bâtiment d’élevage ….)

- les investisseurs ayant besoin de défiscaliser

Toujours dans le grand ouest, le groupe a recensé 41 995 clients potentiels IR et 13 169 ISF dans les villes de plus de 20 000 habitants.

- les industriels tels que les acteurs de la grande distribution possédant de grandes surfaces de terrasses ou de toitures

Les chiffres

Voici le prévisionnel de la société jusqu’en 2010 :

 

en M€

2007

2008

2008 T1

2009

2010

CA

0,96

13,31

1,29

28,24

52,16

REX

-533,00

2,43

0,056

5,97

11,48

RN

-0,45

1,57

0,02

3,85

7,44

BNA

-0,10

0,35

 

0,85

1,64

PER à 5,69 €

 

16,43

 

6,69

3,46

           

il y a actuellement 3 651 685 actions, si l'AK de 5 M€ est totalement souscrite il y aura alors 4 530 419 actions

Ce business plan tient compte d’un apport de 5 M € venant d’une AK en cours.

5 M € c’est aussi le chiffre fatidique permettant de passer sur Alternext sans doute en …. 2009.

Il est à noter qu’au 4 juin 2008 le carnet de commandes se montait déjà à 8 M € et que 42 M € de devis avaient été émis.

La prospection se fait par démarchage téléphonique et grâce à la présence de Facilasol dans de nombreux salons.

La cotation directe aura lieu le vendredi 6 juin 2008 au prix de 5,69 €.

50 000 actions seront proposées par le holding familial.

La cotation « pour tous » débutera lundi 9 juin 2008, mnémo : MLFAC

L’avenir industriel de la société me semble « ensoleillé » tout comme son avenir boursier. Je verrais bien le cours doublé d’ici 18 mois

Repost 0
Published by Bernard - dans FACILASOL
commenter cet article
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 15:54
Mobilegov logo nouveau reduit

Quelques jours avant la distributions des titres en provenance de l’AK, nous avons réalisé une interview exclusive de Mr Michel Frenkiel le pdg de Mobilegov. Ce dernier est toujours très disponible et nous le remercions sincèrement.

Vous savez comme la communication est essentielle pour réussir en bourse.

L’AK de 600 000 € est donc largement bouclée puisqu’il y avait déjà entre 1 et 1,5 M € lors de cette interview. D’autres part, après cette dernière, M. Frenkiel avait rendez vous avec plusieurs institutionnels qui pourraient apporter des fonds complémentaires.

Tout cela ne pourra qu’améliorer le business plan « extrêmement conservateur » que nous vous avons présenté le 29 février 2008.

Si nous mentionnons ce marché avec Spie Communications, qui aurait pu aboutir il y a 1 an, c’est pour vous montrer l’ordre de grandeur d’un tel marché par rapport au CA prévu. Cela changerai tout et…..cela se produira j’en suis certain.

Question : J'ai récemment vu un reportage montrant des malfaiteurs utilisant de faux lecteurs de cartes bancaires capables de récupérer les données sensibles de la carte bancaire. Et donc, à partir de ces données, de créer des doubles des cartes piratées. C'est très inquiétant ! Votre système pourrait il empêcher une telle fraude ? Je crois qu'au Royaume Uni vous êtes en négociation pour développer un terminal sécurisé ? Pourriez-vous nous en dire plus ?

Réponse : Il existe 2 dispositifs distincts de lecture d’une carte bancaire :

-       la piste magnétique

-       la puce

En France, presque tous les lecteurs sont de type EMV5 et la piste magnétique n’est plus utilisée que par quelques péages d’autoroute et autres systèmes conçus pour des montants limités.

La recopie de la piste magnétique ne peut pas être protégée par notre système. Le bidouillage de la puce pourrait l’être, mais il existe déjà un dispositif très sophistiqué pour l’interdire : j’ai besoin d’en savoir plus sur ces malfaiteurs. A mon avis, ils utilisent des cartes blanches, et des infos en provenance par exemple de call centers. Dans ce cas, sans évolution préalable du système de gestion des cartes, nous ne pouvons que protéger les call centers contre les fuites, et nous y travaillons. En revanche, notre savoir faire a impressionné NBS, le fabricant de machine d’encartage utilisées aussi pour les cartes bancaires. Ils pensent que notre ADN numérique pourrait contribuer à améliorer le système de gestion des cartes, en utilisant cette info lors de l’activation des cartes .

Question : Vous avez passé un accord avec Spie Communications en février 2007. A cette occasion votre DG, François Pierre Le Page, indiquait que le CA de 2009 pourrait atteindre 25 M € en 2009. Or votre business plan ne prévoit que 3,8 M € avec une AK de 600 000 €. C'est énorme comme différence ! Pouvez vous confirmer les prévisions de votre collaborateur et comment expliquer cette différence ?

Réponse : Spie Comm n’est pas un spécialiste de la sécurité informatique. Ils souhaitaient le devenir, et notre CA provenait de leur estimation à eux. Ils ont découvert un marché très structuré (avec Computerlinks et IPvista respectivement n°1 et 2 en France). Spie a donc décidé de rester sur son marché traditionnel, et nous avons signé avec IPvista., qui nous promet ce nouveau chiffre.

Question : Pourriez vous nous parler de votre projet, avec ST Microelectronics, de généralisation de la technologie Linker aux microcontrôleurs des processeurs ? Quels en sont les enjeux pour votre société ? Quand ce projet pourrait il aboutir ?

J’ai demandé à ST leur accord pour un communiqué de presse sur ce sujet, car il expose la stratégie de ST. J’attends leur réponse. En attendant, je préfère ne pas m’étendre sur le sujet. Ce que peux dire, mais ça reste entre nous : il ne s’agit pas des microcontrôleurs des processeurs mais plus généralement des puces (microcontrôleurs ou TPM) qui équipent ou équiperont de nombreux équipements électroniques (ordinateurs, disques durs, caméras, GPS, etc)

Question : Aux dernières nouvelles, quelle somme pensez vous obtenir grâce à votre AK ?

Réponse : Entre 1 et 1.5M €, ce qui nous convient très bien. Nous avons renoncé à des propositions d’intermédiaires qui nous proposaient leur aide rémunérée (trop cher) pour lever plus.

Question : Vous êtes membre du Pôle de compétitivité SCS. Qu’est-ce que ça vous apporte ?

Réponse : Nous préparons un projet ambitieux de sécurité, qui regroupe des partenaires prestigieux (dont STMicroelectronics, NBS Technologies, ATOS) dans le cadre du pôle, dans lequel nous avons pris des responsabilités qui nous mettent en « pole position » pour des futurs projets.

interview réalisée par Bernard

Repost 0
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 15:40
Mobilegov logo nouveau reduit


« l’ADN du numérique » pour parer au maillon faible de la sécurité : l’être humain


Mobilegov photo



Vu de notre fenêtre d’investisseurs, on a tendance à penser qu’il se passe toujours quelque chose de neuf dans l’immense marché de la sécurisation des systèmes d’information des entreprises. De fait, les techniques des cybercriminels pour pénétrer le patrimoine le plus précieux d’une entreprise, à savoir ses données, sont de plus en plus sophistiquées et contraignent les acteurs de ce marché à y répondre par un bouclier toujours plus épais d’anti-virus, anti-spywares, firewalls etc. Mais … c’est un peu comme si vous utilisiez les meilleurs systèmes anti-intrusion pour protéger votre maison, et que c’est finalement votre femme de ménage qui vous dépouille dès que vous avez le dos tourné !

Vous allez très rapidement comprendre pourquoi je suggère qu’il ne s’est pas passé grand-chose dans cet univers depuis 10 ans. J’irais même plus loin en vous disant qu’il y a un « avant » et un « après » Mobilegov.

Vous avez tous entendu parler d’espionnage industriel ou économique ? D’un employé « indélicat » qui part avec les données sensibles de son entreprise pour les revendre à son principal concurrent. De nombreuses affaires de ce type défraient la chronique, comme celle de Valeo ou de Michelin (un ancien cadre a voulu monnayer des fichiers sensibles auprès de Bridgestone … qui l’a dénoncé !) et bien d’autres.

La plupart du temps, cette information sensible ne tient pas sur quelques pages à imprimer : par exemple, il faudrait une pièce entière d’impressions pour avoir les codes sources d’un jeu vidéo (valeur 30 millions d’euros). Et l’envoi par email ? Il laisse des traces. Comment procèdent donc ces employés « indélicats » ? Tout simplement en copiant ces données sur un périphérique extérieur comme une simple clé USB (aujourd'hui capacité mémoire jusqu'à 16 GO !).

Le Gartner Group a établi que 80% des vols de données se font avec la complicité (volontaire ou non) du personnel (vol ou perte d’un ordinateur, utilisation inappropriée de supports de stockage qui voyagent etc …) et que seuls 20% se font par le piratage du réseau. Un périphérique USB peut par exemple contenir 2 GO de données, un disque portable ou un iPod peut stocker 60 GO – plus qu’assez pour emporter les informations vitales de l’entreprise ou introduire un cheval de Troie sur son réseau.

Alors que la plupart des sociétés opérant dans la sécurité informatique protègent contre les attaques externes, MOBILEGOV est l’entreprise qui empêche ces 80% de cas de se produire !

COMMENT ?

Mobilegov a mis au point et breveté une technologie qui consiste à identifier de façon certaine chaque équipement (ordinateur, clé usb, carte bluetooth etc … soit 23 types de périphériques différents) à partir de ses paramètres de fabrication, que l’on peut résumer par « l’ADN du numérique » ou Qualification Key Identifier (QKI). Chaque ordinateur ou périphérique devient unique, c’est comme pour les êtres vivants.

Cette identification peut même se réaliser à distance, via Internet.

1/ A partir de là, chaque DSI (Directeur des Systèmes Informatiques) peut définir ses règles comme :

- bloquer tout échange de données avec un périphérique non autorisé. Ainsi seuls les périphériques appartenant à l’entreprise pour une utilisation au sein de l’entreprise sont autorisés)

- envoyer une alerte si le disque dur a été subtilisé (en effet, si la composition de l’ordinateur a changé, la solution Mobilegov le signale)

- définir que les ordinateurs de tous les collaborateurs de l'entreprise ne peuvent démarrer qu'avec "une clé de contact donnée (sous forme d'une clé USB donnée par exemple)

De plus si vous connectez un périphérique sur un PC protégé par Mobilegov, on aura la trace de cette connection (type et identité du périphérique, date/heure).

2/ Si vous suivez la démonstration jusque là, vous me direz : oui, mais si le collaborateur copie les informations sensibles sur une clé USB appartenant bien à l’entreprise et les décharge sur son PC perso ?

Et bien Mobilegov a tout prévu : les clés USB Device Linker de Mobilegov embarquent la même technologie d’identification qui limite leur fonctionnement aux ordinateurs autorisés.

UN MARCHE IMMENSE

Connaissez vous l’incidence financière du vol ou de la perte de données par entreprise ? Cela peut atteindre des millions d’euros, mais en moyenne, sur 1000 entreprises consultées à ce sujet aux US en 2006, cela représente 355 552$ par entreprise et 67 milliards de dollars au global.

Les exemples concrets ne manquent pas. Mobilegov nous cite l’exemple d’une PME de 10 personnes dont le directeur commercial est parti à la concurrence avec le fichier client. Cette entreprise a perdu 30 % de son CA dans les 6 mois qui ont suivi.

La courbe de croissance de la cybercriminalité est exponentielle, juger plutôt :
Mobilegov croissance criminalité

Et les DSI (Directeurs des Systèmes Informatiques) ont du souci à se faire, car l’article 226-22 du Code Pénal précise que même la divulgation d’informations commise par imprudence ou négligence est passible de 3 ans d'emprisonnement et de 100 000 € d’amende.

Avec Mobilegov, ils ne pourront plus dire qu’ils ne savaient pas comment faire !

CA N’A PAS L’AIR SI COMPLIQUE QUE CA COMME TECHNOLOGIE, SI ?

Je suis certaine que vous m’imaginez bien, demandant sans complexes au PDG de Mobilegov (Arts et Métiers, maîtrise américaine en sciences informatique, expert en sécurité informatique auprès de la Commission Européenne, postes de haut niveau chez Thalès et IBM) : « mais, ça n’a pas l’air si compliqué que cela comme technologie, si ? ».

Heureusement, la modestie et l’indulgence de M. Frenkiel sont à la hauteur de son génie, et oui, l’informatique dite des « couches basses » requiert une expertise très pointue que M. Frenkiel a sû exploiter à bon escient. Un brevet a été déposé en Europe et aux EU … qui lui a déjà valu des propositions de rachat.

Un petit point sur la concurrence. Stricto sensu, mobilegov n'a pas de concurrents. Ces derniers au sens plus large permettent d'interdire des familles entières de périphériques ou fonctionnent uniquement sous Windows. vous savez quoi ? Les concurrents dont je vous parle ont contacté Mobilegov pour intégrer sa technologie dans leurs solutions !

Qui a dit que la France ne regorge pas de talents ? Et vous savez quoi, ils sont logés dans le même bâtiment que Golog à Sophia Antipolis … le génie serait-il contagieux à Sophia ?

UN DEPLOIEMENT TRES RAPIDE

Mobilegov  s’est déjà constitué un puissant réseau de distribution en France, au Royaume-Uni, et ailleurs dans le monde avec des acteurs de premier plan comme, le grossiste français spécialisé en sécurité IPVista, présent également en Europe du Nord et au Benelux, SPIE, NextiraOne, Prossi, Quadria-Euralliance’s (France), Logica Plc (UK), DNP Global (Inde), Nexway (Internet)…

Pour la petite histoire, le PDG d’IP Vista qui est un ancien responsable de la sécurité informatique est ravi d’avoir ce produit en catalogue (catalogue restreint de 19 fournisseurs soit dit au passage), car depuis 10 ans, il n’y avait rien de nouveau à se « mettre sous la dent » en matière de sécurité informatique !

Le déploiement peut ainsi être très rapide puisque Mobilegov n’a pas à se préoccuper de la gestion de la force de vente ni du support premier niveau des utilisateurs.

Par ailleurs, Mobilegov cible également les grands comptes (comme ce leader de l’énergie nucléaire et ce ministère d’un grand pays qui souhaitent conserver l'anonymat) et la vente de licences.

Nous ne connaîtrons que rarement le nom des sociétés protégées par la technique Mobilgov, elles tiennent à rester discrètes. On les comprend !

L’implémentation de la solution Mobilegov coûte autour de 25 euros par poste protégé, plus 15 % sur le contrat global en service de maintenance. C’est peu par rapport au risque encouru si l’on ne fait rien.

LES PROJETS ICEBERG

Les développements de produits sur lesquels travaille Mobilegov sont ce qu’on va appeler la partie immergée de l’iceberg … autrement dit, si un seul de ces projets voit le jour, ce sera « sky is the limit » !

-          projet iceberg n° 1 : la sécurité informatique, c’est aussi les transactions et accès par le net. Personne n’ignore qu’il y a des clones des sites bancaires ou que des pirates peuvent s’introduire dans les systèmes des sites marchands. D’où l’intérêt de savoir qui est qui. Imaginons que les banques puissent demain, grâce à Mobilegov, identifier à distance si l'ordinateur à partir duquel se fait telle ou telle opération bancaire est bien celui qui est autorisé à les faire, ou bien si sur cet ordinateur est branché un composant choisi par le client (en accord avec la banque) pour s’authentifier. L'intérêt, par rapport à Xiring, est que la banque n'a pas à se préoccuper de la distribution et gestion du boîtier.  

-          projet iceberg n° 2 : Mobilegov travaille avec Orange pour sécuriser les transactions par internet de ses clients en définissant un ou plusieurs mobiles autorisé(s) à effectuer cette transaction

-          projet iceberg n°3 : Biometrie et identification réseau. Les dispositifs d’identification biométriques sont des approches sophistiquées, mais une modification élémentaire comme l’ajout d’un dispositif de stockage USB ou le remplacement d’un lecteur biométrique par un autre peuvent permettre le vol de données, l’introduction de logiciels malveillants ou le franchissement d’une porte blindée. Mobilegov travaille donc avec Accenture et Gemalto pour sécuriser les systèmes d’identification biométriques.

-          Projet iceberg n°4 : Mobilegov travaille avec un célèbre éditeur de logiciel pour l'intégration de sa technologie. L'idée est de garantir qu'un composant de stockage de données (clé USB ou autre) ne puisse être utilisé que dans une configuration préalablement définie (machine ou réseau spécifique)

Mais finalement, THE ICEBERG (celui là même qui a coulé le Titanic !), c’est quand même le projet sur lequel Mobilegov travaille avec ST Micro, à savoir la généralisation de la technologie Linker aux microcontrôleurs des disques durs, de façon à proposer une solution antivol pour les principaux équipements grand public : caméras, appareils photos numériques, etc …

Dingue, non ?

LE PINGOUIN SUR L’ICEBERG : la communication

Mobilegov 2

Bon, on va changer de la traditionnelle cerise sur le gâteau : connaissez vous le pingouin sur l’iceberg de Mobilegov ?

C’est le mirage qu’on nous promet souvent mais qu’on voit rarement lorsqu’une société s’introduit au Marché Libre : la communication presse. D’habitude, on nous dit « oui oui, on fera de la communication » … et puis, le temps passe et … rien. La Tribune, L’expansion.com, Votreargent.fr, Nice Matin, Le Journal du Net, ainsi que des supports de presse britanniques, Mobilegov a compris que la communication était son meilleur ambassadeur ! Tous les articles sont sur leur site : http://www.mobilegov.com/fr/presse.html

Les dirigeants ont compris que pour réussir il fallait se faire connaître.

Allez taper Mobilegov sur le site de recherche Google et vous trouverez des dizaines  d’articles dans la presse spécialisée ou tout simplement régionale. Et ce n'est pas Mr Frenkiel qui va trouver les journalistes mais l'inverse !

Alors ça on aime, c’est un très bon signe pour l’avenir boursier de cette société.

Encore une chose, pas de « roadshow avec cocktail » mais des rencontres en « one to one » avec les dirigeants. Il semblerait que cette méthode économique et efficace ait porté ses fruits au niveau des intentions de souscription.

DES CHIFFRES

On reproche souvent aux sociétés qui s’introduisent d’avoir des prévisionnels optimistes, mais dans le cas présent, avec une telle innovation, un marché mondial et en explosion, une technologie unique au monde (ça me rappelle leur voisin à Sophia) et tous ces projets « iceberg », ils sont finalement très conservateurs ! Et regardez un peu le % de RN prévu pour 2010 / 2011 !

 

2007

2008

2009

2010

2011

 

 

 

sans AK

avec AK

sans AK

avec AK

sans AK

avec AK

CA

144 

910 

1 274 

3 825 

1 720 

8 060 

2 236 

14 770 

évolution

 

 

40,0%

200,2%

35,0%

110,7%

30,0%

83,3%

REX

-247 

-317 

-258 

324 

36 

2 739 

345 

7 053 

RN

-250 

-323 

-260 

324 

34 

2 739 

344 

7 053 

BNPA

 

 

 

0,58

0,07

4,91

0,75

12,64

PER

ns

ns

ns

10,5

81,4

1,2

8,1

0,5

 sans AK : 459 030 actions

 

         

avec AK de 600 K€ au prix de 6,07 € : 557 876 actions

Nous tenons à insister sur le fait que ce tableau a été réalisé en prenant l’hypothèse d’une AK de seulement 600 K€, ce n’est pas énorme ! Il est prévu que l’AK puisse atteindre 2 M€, nous vous laissons extrapoler les chiffres de ce tableau.

Les prévisions de CA n'ont pas été calculés par Mobilegov, elle même, mais par ses clients distributeurs.

Le cours retenu de 6.07€ résulte d’une décote de 30% et valorise la société à seulement … 2.79 M€ pre-money et 3.3 M€ post-money, ce qui doit à peine représenter la valeur du brevet (vous avez vu qu'un leader des logiciels était intéressé pour déployer la techno Mobilegov … vous pensez qu’ils rechigneraient pour 3 malheureux M€  si Mobilegov était vendeur?). Cette capitalisation boursière n’est rien par rapport à une société comme Golog qui vaut déjà 30M€ ! Alors, vous me direz que Golog a déjà réalisé en 2007 ce que Mobilegov prévoit de faire en 2009 et vous aurez raison, mais en tout cas, c’est notre objectif de capitalisation pour 2009 !

Objectif court terme : 8 € en tenant compte des effets d'annonces à venir (que nous ne manquerons pas de relayer sur le blog) et du rattrapage de la décote d'introduction.

Par son introduction en bourse, Mobilegov cherche surtout la notoriété vis à vis de ses clients. Objectif déjà atteint par le communiqué annonçant l'introduction en bourse le 29 février 2008 à 6,07 € et le lancement concomitant d'une AK de 2 M€ avec clôture le 14 mars.

Cours cible 2009 : 20 € en tenant compte des éventuelles augmentations de capital qui pourraient intervenir pour permettre à Mobilegov d'aller encore plus vite

A noter que les actionnaires, entrés au capital en décembre dernier, devront garder leurs titres pendant au moins 1 an donc pas de risque de retour de papier.

rédigé par Séverine avec Bernard

 

Repost 0
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 17:01

Pourquoi des baisses aussi violentes sur les « small et mid caps » ? 

De même que les américains ont réalisé leurs plus values en Europe l'été dernier, les français se sont mis à réaliser les leurs en France depuis le début du mois.

On estime à 30 % la demande de retrait. Et lorsqu'il s'agit de fonds « small caps » ayant peu de liquidités cela devient grave.

Le Figaro, suivi d' autres médias, cite une société de bourse Richelieu Finance qui aurait des difficultés avec l'un de ses fonds small/midcaps.

Ce dernier possède de grosses lignes sur des valeurs peu liquides (ex : TP Renault avec quelques centaines de titres par jour, Club Méditerranée).

Le fonds est donc obligé d'essayer de vendre ces lignes....à n'importe quel prix !

Conséquence : ces sociétés voient leur cours de bourse s'écrouler indépendamment de leurs qualités

 Ces sociétés sont victimes « boursièrement parlant » de la crise des liquidités.

Attention, leur capitalisation baissant énormément, elles deviennent des cibles pour celles qui ne sont pas contrôlées par leurs dirigeants.

On pourrait également imaginer Renault lancer une offre (plus probablement d'échange OPE) sur son TP.

 Aujourd'hui les sociétés qui ont du cash sont favorisées.

Il est donc important de comprendre ce qui se passe, de ne pas paniquer.

Heureux sont ceux qui n'ont pas besoin de liquidités et/ou qui en ont !

 Cette baisse des small caps durera jusqu'à ce que les VL des fonds deviennent trop basses et ne révèlent plus de plus values. Devra t-on retourner aux valorisations de début 2003 ? J'espère que non et qu'il pourra être trouvé des solutions avant. On parle d'adossement européen dans le cas de Richelieu Finance

On peut donc participer aux soldes (- 50 à - 70 %) des valeurs détenues dans ces fonds.

Attention ce fonds qui fait l'actualité n'est pas le seul dans le même cas. Cela va élargir le champ d'action des soldes.

 L'avantage que je vois là dedans est que tout devrait aller vite contrairement à une crise larvée.

Attachez vos ceintures, menaces de fortes turbulences...........

 Quelques leçons à retenir pour les fonds et nous autres particuliers :

- diversifier ses actifs, éviter les trop grosses lignes

- toujours garder des liquidités

- et surtout ne pas investir en bourse l'argent dont on peut avoir besoin rapidement : moins de 2 ans

Cette crise va très certainement inciter les grosses valeurs du ML à passer sur Alternext ou sur Eurolist pour y trouver plus de liquidité.

Repost 0
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 23:03

 

Pourquoi devenir IQ (Investisseur Qualifié) ?

Cela permet :

- de pouvoir acheter toutes les catégories d'actions et de produits financiers

ATTENTION certains intermédiaires financiers ne souhaitent pas « travailler » avec les IQ, en général lorsqu'ils ne sont pas dépositaire (voir mon article du 11octobre : Question d'intermédiaire financier et de marché !)

http://boursepourtous.daily-bourse.fr/post/Question-d-interm%C3%A9diaire-financier-et-de-march%C3%A9-%21

- de pouvoir participer aux « intros directes » et aux augmentations de capital (AK) précédent l'introduction ou accompagnant le développement d'une société déjà cotée

- de pouvoir rencontrer les dirigeants d'une société qui n'a pas encore fait appel public à l'épargne

Comment devenir IQ ?

- Tout d'abord il faut être motivé par la bourse et s'y connaître « un minimum ». Il faut vouloir s'impliquer dans ses placements financiers.

- Ensuite il faut disposer d'un patrimoine financier, je n'ai pas dit un portefeuille boursier, de 500 000 euros. Cela peut être la somme de portefeuilles boursiers, d'assurances vie, de PEL, de livrets d'épargne.......

- Puis il faut effectuer un minimum de transactions boursières soi même : 10 par trimestre d'un montant supérieur à 600 € chacune

- Et enfin remplir le formulaire adéquat :

http://www.amf-france.org/affiche_page.asp?urldoc=investisseurs_qualifies.htm

et l'envoyer à l'AMF (l'adresse figure sur le formulaire)

Vous êtes IQ

Dans les 15 jours vous recevrez une attestation, par lettre recommandée, avec votre n° d'IQ

BRAVO et bonne chance

PS : je vous conseille de ne pas tricher par rapport aux critères demandés

 

Repost 0

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche