Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 16:45

Le bras de fer continue.

Nous sommes dans une situation jamais vécue, totalement irrationnelle.

La confiance a disparu et la panique s’est installée.

Je pense que l’on ne veut pas le dire mais les retraits de cash, dans les banques, ont du commencé de façon importante.

Preuve en est que l’on n’a jamais vendu autant de coffres forts !

Tant que l’on n’aura pas donné au marché ce qu’il veut, c’est à dire la confiance, il descendra !

La solution c’est sans doute :

- la prise de contrôle du système financier mondial par les états.

- le changement de tous les dirigeants qui ont prouvé leur incapacité à gérer les entreprises financières ou autres. Il faut les remplacer par des « gens de bon sens ». Quand on voit que les hauts dirigeants de AIG ou de Fortis continuer à vivre comme des princes, on se dit qu’il est vraiment urgent de changer de monde ! Le retour à la confiance ne peut passer que par « un énorme coup de balai »

- interdire la spéculation financière sur les matières premières vitales (le riz, le blé, l’eau etc….)

- émission de « cash réel » par le FMI et les banques centrales coordonnées et non pas injection massive de centaines de millions de dollars …. pour 24h ou 48h comme on le fait aujourd’hui. La conséquence en sera une perte de valeur pour tous les actifs de la planète.

Jusqu’où peut aller la baisse de la bourse ? Jusqu’à se rapprocher de la valeur du cash détenu par les entreprises ! C'est le seul point bas qui ait un sens !!

Un exemple avec Auréa qui ne baisse pratiquement plus, pourquoi ? Parce que sa capitalisation boursière n’est plus que de 85 M € face à 57 M € de cash !!

Que peut-il se passer maintenant ?

- nous sommes face à une fin de civilisation et là c’est l’inconnu !

- on donnera au marché ce qu’il demande. La confiance, des établissements financiers en premier, se rétablira et on assistera à « des hausses boursières jamais vues »

- dans tous les cas on en ressortira avec « des états beaucoup plus durs ». Ce n’est peut être pas un mal ?

Mardi, au salon de l’auto, j’ai discuté avec plusieurs personnes venue de nos provinces françaises. « Là où il y a certainement plus de bon sens qu’à Paris ».

Leur conseil : « faites vous plaisir, consommez avant que l’on vous prenne votre argent ».

On bat tous les records de visite au salon de l’auto, un signe ?

Nous changeons de monde.

Depuis des décennies le pouvoir était aux mains des financiers, demain il sera dans celles des états et des entrepreneurs. J’y vois plus de logique, non ?

Repost 0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 16:42

Pour ceux qui suivent le blog depuis 2007, vous vous souvenez sans doute que Séverine et moi avions rencontré, le 12 novembre 2007, Mr Philippe Gravier conseiller technique auprès de Mme Christine Lagarde.

Vous avez pu lire, le 13 novembre 2007, le compte rendu de cette entrevue :

http://www.blogbourse.com/roller/bourse-action-pour-tous/category/R%C3%A9glementation+-+Fiscalit%C3%A9+-+Economie?page=3

Etant donné la gravité de la situation actuelle, j’ai de nouveau pris ma plume le 1er octobre 2008 pour solliciter une nouvelle entrevue. Comme l’an passé c’est à Mr Hervé Novelli, secrétaire d’Etat en charge des PME, que je me suis adressé.

J’ai donc demandé à Séverine de m’accompagner le 22 octobre 2008 pour une rencontre avec l’un des conseillers techniques de Mr Hervé Novelli.

La bourse baisse, nos portefeuilles baissent mais nos entreprises sont en grave danger. Et c’est cela qui est le plus grave car il y va de nos emplois.

Toutes vos questions ou vos remarques seront les biens venus en prévision de cette rencontre.

Avec votre aide nous ferons des propositions concrètes pour aider les PME / TPE et pour les rapprocher des investisseurs tout en diminuant les risques de ces derniers.

Alors faites travailler vos méninges, vous avez déjà montré dans vos commentaires que vous étiez riches en idées.

Nous sommes tous concernés et pas seulement Séverine et moi. Nous comptons sur vous …. le 22 c’est demain !

Repost 0
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 17:49

Body One logo

En attendant l’arrivée d’un partenaire, Body One liquide son stock.

Si vous désirez en profiter :

VENTE EN ENTREPÔT !!!!


UNE JOURNÉE

UNIQUE

MERCREDI 5 NOVEMBRE
DE 9H A 20H SANS INTERRUPTION
Tous les ensembles à

5

sans exception !!!
ARRIVAGE DE NOUVEAUTÉS
UN SEUL MOT FONCEZ !!!!

55/57 rue Charles Delescluze - 93170 Bagnolet

La chaîne de lingerie Body One escompte l'arrivée d'un "nouvel actionnaire"

BOBIGNY, 3 nov 2008 (AFP)

La chaîne de lingerie discount Body One, placée sous procédure de sauvegarde le 9 octobre, a annoncé lundi dans un communiqué qu'elle devrait "pouvoir compter sur le soutien d'un nouvel actionnaire", pour se réorganiser et relancer sa marque.

Body One, qui "entend notamment remettre en place des réseaux d'approvisionnement et de distribution propres à rétablir et à faire progresser ses marges, redynamiser son réseau d'affiliés et faire progresser l'image de sa marque", "devrait pouvoir compter pour ce faire sur le soutien d'un nouvel actionnaire qui ferait son entrée à l'occasion d'une augmentation de capital".

"Les actionnaires de Body One seront appelés à se prononcer sur cette opération dès que les contacts engagés par la société avec les différents investisseurs candidats auront suffisamment progressé pour qu'un projet soit finalisé", précise le communiqué.

La société attribue ses difficultés pour l'exercice clos en mars 2008 à des événements "purement conjoncturels", notamment l'échec de la prise de contrôle de Body One par la société Lingerie Diffusion.

Elle souligne que la procédure de sauvegarde qu'elle a sollicitée auprès du tribunal de commerce de Bobigny, à la suite de "difficultés avec plusieurs de ses établissements bancaires partenaires", "lui offre le délai nécessaire pour mettre en oeuvre ses projets". Le tribunal a fixé la période d'observation à six mois.

La procédure de sauvegarde, alternative à la déclaration en cessation de paiements, permet à une société de poursuivre son activité et de geler ses dettes, le temps qu'un juge mandataire tente de mettre d'accord les parties en présence.

Lors de l'exercice clos fin mars, le groupe a creusé ses pertes d'exploitation à 1,2 million d'euros, contre -80.000 euros un an plus tôt, pour un chiffre d'affaires en baisse de 17%, à 7,4 millions.
Repost 0
Published by Bernard - dans BODY ONE
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 16:47

Quelle protection pour ses titres en cas de faillite de son établissement teneur de compte ?

Par Bruno Gizard, Secrétaire général adjoint de l’AMF

En ces temps de grandes turbulences financières, il est naturel que les investisseurs s’enquièrent des conditions dans lesquelles les titres laissés en dépôt chez leur intermédiaire financier pourraient se trouver affectés par la faillite de ce dernier. En d’autres termes, y a-t-il un risque que les actions et les obligations des clients ne puissent plus leur être restitués ?

Si ce risque existe et advient, de quelle protection bénéficie l’investisseur en pareil cas ?

Sur la place de Paris comme sur les autres places, existe un fonds de garantie destiné à indemniser ceux des investisseurs qui, à l’occasion de la faillite de leur intermédiaire financier, ne pourraient récupérer leurs avoirs en espèces comme en titres.

En France, le plafond d’indemnisation par déposant est fixé à 70 000 euros pour les espèces et 70 000 euros pour les titres manquants.

S’arrêter à cette présentation peut laisser accroire qu’en cas de faillite d’un intermédiaire, tout portefeuille d’actions et des obligations pourrait être perdu au delà de 70 000 euros ! A l’évidence, il n’en est heureusement rien.

Et les précisions qui suivent apparaissent d’autant plus utiles qu’une approche superficielle du sujet peut donner à penser que la protection ne serait pas à la hauteur des risques encourus.

Il convient d’abord de rappeler que les portefeuilles des clients n’entrent jamais dans le bilan de l’établissement financier teneur de compte ; chaque client reste propriétaire de ses titres.

De ce fait, si l’établissement financier se trouve en situation de cessation de paiement, les titres des clients ne subissent aucun dommage du fait de cette faillite.

Ce principe capital étant posé, il doit être souligné que depuis maintenant une quinzaine d’années, la place de Paris s’est dotée à la fois d’un cadre législatif et réglementaire et d’outils techniques ayant précisément pour objet de sécuriser au maximum la conservation des titres des clients.

Sur le plan législatif et réglementaire, l’intermédiaire financier ne peut jamais faire usage des titres de ses clients sans leur consentement exprès et préalable.

Par ailleurs, les titres étant aujourd’hui dématérialisés, ceci signifie qu’en regard des actions et des obligations inscrites dans les livres de l’intermédiaire au nom de chacun de ses clients, cet intermédiaire doit disposer de deux comptes ouverts, titre par titre, dans les livres du dépositaire central (en France : Euroclear France), le premier comptabilisant les avoirs propres de l’intermédiaire, le second les avoirs de ses clients.

Cette stricte étanchéité participe de l’interdiction à laquelle est soumis l’intermédiaire de faire usage des titres de ses clients. Elle est aussi destinée, en cas de faillite dudit intermédiaire, à permettre le transfert sans délai des titres des clients chez un autre intermédiaire financier.

Il peut ainsi être affirmé que, sauf comportement frauduleux de la part de l’intermédiaire financier, les avoirs de ses clients ne se trouveront pas affectés par sa faillite.

Mais, au-delà du dispositif législatif et réglementaire, c’est en pratique la solidité technique du système de conservation et de règlement-livraison qui constitue la première et la meilleure des sécurités pour les investisseurs.

La place de Paris a encore en mémoire le cauchemar des innombrables suspens de livraisons générés à la fin des années quatre vingt, par des systèmes de dénouement tragiquement frappés d’obsolescence.

Il en était résulté un désordre sans nom paralysant notamment les transferts de portefeuilles rendus nécessaires par la faillite de tel ou tel intermédiaire financier.

Au prix d’un effort exceptionnel tant humain que financier, la place s’est dotée de systèmes de règlement-livraison permettant depuis lors de rendre tout à fait marginaux les suspens espèces ou titres ; désormais, la quasi-totalité des dénouements, en suite de négociations, interviennent bien à bonne date, c’est-à-dire trois jours après la date de la transaction, moment auquel interviennent le transfert de propriété et le règlement des espèces. Dans ce contexte, chaque intermédiaire peut s’assurer quotidiennement que sa comptabilité titres est bien en ordre. Il faut le rappeler : lors du dernier dépôt de bilan d’un établissement de crédit survenu en France – il s’agit de la banque Pallas Stern, en 1995- il ne manquait pas un seul titre dans les comptes des clients.

Est-ce à dire que tout risque de perte de titres a disparu ? Le risque zéro n’existe assurément pas mais on le voit, pour les titres appartenant aux clients, ce risque se limite dans la pratique, aux cas de fraude.

C’est donc à hauteur des titres qui viendraient à manquer dans le compte d’un client, du fait d’un comportement frauduleux de son intermédiaire financier, que le fonds de garantie aurait à intervenir pour reconstituer, jusqu’à 70 000 euros, la part du portefeuille qui viendrait à manquer.

Repost 0
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 16:50

Entrée en bourse « plombée »

Depuis quelques mois on s’aperçoit que la majeure partie de introductions en bourse (IPO) sur le ML et l’AK, qui va avec, sont des échecs. Pourquoi ?

Et pourtant les Business Plans (BP) sont magnifiques, alors ?

On peut accuser la crise bien entendu mais, à mon avis, elle n’explique pas tout.

Ces petites sociétés s’apparentent presque toutes à du « capital risque ».

La plupart sont très « jeunes » et pour fonctionner elles ont déjà eu besoin de lever des capitaux quelques mois avant l’arrivée en bourse.

Et c’est là l’un des problèmes !

Cette levée de fonds que l’on appelle « AK pré-IPO » a été réalisée à un prix qui peut varier de 20 à 80 % en dessous de celui choisi pour l’IPO.

Elle s’est faite au près d’investisseurs privés ou de fonds.

Si ces fonds sont des FCPI ou des FIP, on est certain qu’ils resteront placés plusieurs années au capital de la société, ils l’accompagneront.

Mais d’autres investisseurs sont plus opportunistes et ne désirent que faire un coup rapide. C’est à dire sortir dès que la société sera cotée.

Donc dès qu’un acheteur se présente sur le marché, la main vendeuse, de ceux qui sont entrés plus bas, est présente et le cours ne montera pas car le courant vendeur est trop important !

Cela a une autre conséquence ! Très souvent l’IPO s’accompagne d’une AK qui peut durer plusieurs semaines après l’introduction en bourse. Cette AK est souvent «  vitale »  pour la société ! Mais allez vous souscrire à une AK si le cours de bourse descend en dessous du prix de l’IPO ? Bien entendu non ?

C’est ce qui est arrivé cet été à The Mighty Troglodytes (TMT) :

AK pré-IPO, introduction en bourse ratée è AK ratée et mise en redressement judiciaire ! Entre parenthèses, les investisseurs de l’AK pré-IPO ont tout perdu !

Il vaut donc parfois mieux rester seul que d’être mal accompagné

Je veux dire par là qu’il faut faire attention à quels investisseurs on fait entrer à son capital lors de ces AK pré-IPO !

Quelques pistes pour éviter ces écueils :

- instaurer une clause de blocage des titres pour ceux qui entrent, préalablement, au capital avec une décote. Ce pourrait être, par exemple, 1 an de blocage par tranche de décote de 15 %. Avec un seuil, seuls les investissements de plus de 10 000 € seraient concernés

- livraison des titres de la pré-IPO plusieurs mois après l’introduction en bourse. C’est ce que fait Right People. Mais il faut que le BP soit très costaud et que la société communique abondamment.

Plusieurs sociétés qui se sont introduites depuis le mois de juin sont « plombées » ! Cela introduit aussi des doutes sur le bon fonctionnement de l’entreprise et interdit toute levée de fonds ultérieure dans un avenir moyen terme.

Alors attention, danger pour les entreprises et pour les investisseurs passés et futurs.

A l’avenir il sera important de poser les bonnes questions aux dirigeants de sociétés qui se présentent en bourse :

Avez vous déjà fait entrer des investisseurs à votre capital et dans quelles conditions ?

Repost 0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 16:25
Mobilegov logo nouveau reduit

L’authentification forte grâce à l’ADN numérique

ou comment sécuriser l’environnement matériel ?

On m’a plusieurs fois dit : « j’achèterais bien des actions Mobilegov mais je n’arrive pas à comprendre ce qu’ils font ! »

Il est vrai que c’est de la technologie et très pointue !

Alors essayons de faire du « Mobilegov pour tous ».

Quand on pense à Mobilegov, on a tout de suite les 2 mots « ADN numérique » qui viennent à l’esprit (le PdG Michel Frenkiel a d’ailleurs fait breveter l’expression).

Amusez vous à taper ces 2 mots dans le moteur de recherche de Google.

Vous verrez , entre autres, que cela signifie « identité numérique » ou « signature numérique » …. En un mot cela signifie que les systèmes numériques, équipés de solutions Mobilegov, sont capables de reconnaître un équipement parmi tous les autres grâce aux n° de série de ses composants …. énorme NON !!!!

Mais à quoi cela sert il et à qui ?

Maintenant si je vous donne 2 autres mots « authentification forte » !

Alors là vous me direz que, dans notre « société très (trop ?) ouverte qui part dans tous les sens », on a besoin de mettre de plus en plus de contrôles à postériori :

- êtes-vous bien le vrai détenteur du compte bancaire que vous souhaitez interroger ?

- êtes vous bien le vrai détenteur de la carte vitale que vous allez présenter au pharmacien ?

- êtes vous bien celui qui a commandé le PC que le livreur vient apporter chez vous ?

Je pourrais ainsi vous donner des centaines d’exemples, de cas où « l’authentification forte » (c’est aussi une expression que l’on rencontre avec STS Group !) est nécessaire. Cela nous touche tous, particuliers ou entreprises, dans nos actes quotidiens. La fraude est partout. Elle a doublé entre 2006 et 2007.

Il y a plusieurs sociétés qui proposent des solutions pour résoudre ce problème capital. La plupart utilise des « tokens » c’est à dire des boîtiers spécifiques chargés de gérer l’authentification. Je pense alors à une société que je suis sur le blog : Xiring. Le problème est que ces « tokens » ont un prix, un coût de gestion etc.

Les solutions Mobilegov sont simples, les utilisateurs n’ont besoin d’utiliser que leurs équipements familiers comme le PC ou le téléphone portable qui deviendra « l’authentificateur ».

Certains pays sont plus en avance que d’autres pour la mise en place des solutions d’authentification. L’Angleterre est plus en avance que la France par exemple. Mais « il est hautement probable que l’authentification sera imposée par la loi ». Quel marché alors !!

Le plus simple serait d’intégrer la source d’identification au cœur des équipements électroniques eux mêmes, c’est à dire dans le microprocesseur lui même. Dans les puces fabriquées par Intel, AMD, Gemalto ou ST Microelectronics !

Le projet AVF s’appuie sur la généralisation des puces TPM (Trusted Platform Module) développées par STMicroelectronics, sur l’ADN du Numérique exploité par Mobilegov et sur les smart objects de Neowave pour proposer une solution qui protège les objets numériques et les logiciels contre le vol, la reproduction illégale et le détournement. Quel marché alors !!!!

Un marché mondial

 Pour s’implanter à l’étranger, Mobilegov utilise une technique efficace et peu coûteuse. La société travaille souvent avec des « agents commerciaux externes » implantés dans les pays étrangers où n’est pas Mobilegov. Ces commerciaux ont un carnet d’adresse etc ….

Ainsi en Angleterre Mobilegov travaille avec une équipe de commerciaux qui ont, entre autres, comme clients BT( British Telecom). Lequel est l’opérateur télécom de centaines d’entreprises. On voit de suite la chaîne des possibilités commerciales !

C’est ainsi que Mobilegov a conquis, comme client, Barclays Bank qui devrait équiper tous ses postes informatiques de la solution Mobilegov « Device Authenticator ». Et voici maintenant que la Barclays Bank a racheté La fameuse banque américaine Lehman Brothers. Nous voici potentiellement de l’autre côté de l’atlantique !

Mobilegov est en cours de renforcement de ses effectifs pour pouvoir gérer 70 distributeurs dans 14 pays dont la France, le Royaume uni, l’Allemagne, le Mexique, l’Espagne et les USA.

Mobilegov est en train de mettre des pions partout. On l’a vu avec :

- NHS la sécurité sociale anglaise qui a retenu les 3 solutions de Mobilegov

- la chancellerie autrichienne et ses 70 000 agents administratifs

- ADP avec un nouveau produit qui permet d’auditer les 10 000 postes en libre service afin de mieux savoir comment ils sont utilisés au juste

- Newstin le moteur de recherche de « News » intégrant la traduction en 11 langues différentes pour 12 millions de visiteurs

- une grande banque française mais le sujet est sensible alors surveillons les communiqués …

Je ne vais pas entrer plus en avant dans ces contrats pour lesquels vous avez déjà lu les communiqués sur le blog ou le site Mobilegov.

Bien entendu tous les produits Mobilegov respectent le droit des individus comme le préconise la CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté)

Conclusion

Je vois Mobilegov comme « l’huile qui va se glisser dans tous les rouages de la sécurité informatique ».

L’enjeu est énorme et il concerne en premiers lieu Google et Yahoo, les premiers communicants mondiaux. Ces derniers n’ont pas l’habitude de travailler avec des sous traitants mais plutôt de les acheter.

Je pense que c’est ce qui arrivera à Mobilegov dans …. 2 ou 3 ans. A quel prix ? Disons 10 fois le cours actuel.

Précision

Dans mon article du 10 septembre 2008 je vous présentais le nouveau Business Plan de la société. Il est tout à fait officiel puisqu’il a été annexé à une demande de crédit d’impôt recherche. Mais il y a eu une mauvaise interprétation dans certains forums :

K €

 

2008

2009

2010

2011

2012

 

CA prévu

ancien business plan

910

3 825

8 060

14 770

 

 

nouveau business plan

949

4 810

11 008

18 966

29 659

 

RN prévu

ancien business plan

-323

324

2 739

7 053

 

 

nouveau business plan

-718

-99

3 556

9 191

12 325

 

BNA (1)

 

 

 

5,46

14,11

18,93

 

PER (1) au cours de 9,41 €

 

 

 

1,72

0,66

0,49

 

Effectif

 nouveau business plan

21

39

48

58

69

 

(1) en prenant le nb d'action actuel soit 651 068

Le RN 2009 qui passe de + 324 à – 99 K€ est dû d’une part au fort accroissement des charges commerciales (porteuses d’avenir) et à la nouvelle méthode d’amortissement des frais de R&D

Repost 0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 15:45
CBO logo 1

Une valeur injustement massacrée …. comme beaucoup d’autres !

Ceux qui se sont servi de l’AK, il y a près d’un an, pour défiscaliser attendront patiemment les 5 ans sans crainte.

Une activité soutenue et conforme aux objectifs

dans l’immobilier professionnel

«L’évolution de notre stratégie vers l’immobilier professionnel porte ses fruits : l’adéquation de notre offre à une demande professionnelle dynamique nous permet d’annoncer de nouveaux contrats de commercialisation avec des acteurs de qualité. Le département de La Réunion, dont la croissance est la plus forte en France depuis dix ans, confirme ainsi son potentiel de développement malgré un environnement économique mondial dégradé » déclare Eric Wuillai, Directeur Général de CBo Territoria.

Un très bon rythme de commercialisation des surfaces locatives destinées aux entreprises et services publics

Sur les quatre derniers mois, CBo Territoria a conclu de nouveaux contrats de location de ses locaux professionnels portant sur près de 1 500 m2, auprès de 8 entreprises dont NextiraOne et Système U. Ces commercialisations s’ajoutent aux 1 400 m2 loués à des établissements publics au troisième trimestre  2008, et concernent deux grands quartiers d’affaires développés par CBo Territoria : La Mare à Sainte-Marie près de Saint-Denis et Savanna à Saint-Paul dans l’ouest.

Fort d’un patrimoine foncier exceptionnel réparti sur les zones les plus dynamiques de l’Île, le Groupe propose des bureaux au sein des quartiers d’affaires dont les emplacements et la qualité de réalisation sont fortement recherchés et appréciés par les acteurs économiques.
Le succès des mises en location de ces quartiers d’affaires permet d’augmenter la part des loyers qui représentent pour CBo Territoria des revenus récurrents à forte visibilité.

Au 31 octobre 2008, le Groupe possède un patrimoine immobilier professionnel exploitable de 29 400 m2 dont 95 % sont loués.

Signature d’une opération de promotion immobilière professionnelle  à double enjeu

Le Groupe a été choisi par Bourbon Froid pour réaliser en VEFA (Vente en l’Etat Futur d’Achèvement) un entrepôt de 500 m2 qui sera implanté près des ateliers Les Figuiers à La Mare Sainte-Marie. Les travaux ont été lancés le 3 novembre 2008 pour une livraison prévue au deuxième trimestre 2009.
Cette opération qui doit représenter un chiffre d’affaires de 1,2  M€, permet par ailleurs de libérer des espaces aménageables au cœur du Quartier d’Affaires de La Mare.

Un potentiel de développement important en immobilier d’entreprise

Le Groupe étudie actuellement pour des clients identifiés d’autres projets d’immobiliers d’entreprise en logistique et entrepôts, à développer sur ses propres terrains pour près de 10 000 m2 à horizon 2010. Ces projets permettront d’étendre le patrimoine détenu par CBO Territoria sur ses zones d’activités économiques dont le potentiel de développement est estimé à ce jour à 80 000 m2 sur les 5 années à venir.

 

Prochaine publication : Résultats annuels 2008, le 17 mars 2009


A propos de CBo Territoria

Fort d’un patrimoine foncier exceptionnel de 3 300 hectares, CBo Territoria est un des acteurs clés du développement immobilier de l’Île de La Réunion, département français le plus dynamique avec un PIB en croissance de 4,4 % en moyenne sur les 10 dernières années, contre 2,4 % pour la France métropolitaine.

CBo Territoria détient un positionnement de premier plan dans ses 3 métiers :
-  Gestion foncière et aménagement de zones d’ensemble ;
- Développement et gestion immobilière d’un patrimoine en propre constitué majoritairement d’immobilier d’entreprise ;
-  Promotion immobilière en logements et terrains à bâtir.

Repost 0
Published by Bernard - dans CBO TERRITORIA
commenter cet article
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 16:53

La PEUR panique, c’est ce que nous vivons depuis lundi.

Je me mets à la place des petits investisseurs qui n’ont que les médias (TV et radio) pour s’informer.

Cette semaine on nous a montré des images horribles de la crise de 1929 en nous laissant entendre que l’on était peut être en train de répliquer cette crise.

Sommes nous à l’approche d’une fin de civilisation, TOUT va t-il s’écrouler ?

J’ai la chance de pouvoir vivre mon « hobby » (la bourse et ses entreprises) à temps plein. Cela signifie que chaque semaine je rencontre plusieurs entreprises et leurs dirigeants.

Je peux, souvent, vous paraître trop optimiste sur ce blog. Mais je vous confirme que le secteur des « sociétés industrielles » va bien !

Malheureusement dans les médias on ne parle que de ce qui va mal.

Comme l’a écrit mon ami Alain en commentaire de mon article de lundi 15 à propos de la « forêt des établissements financiers » : « Un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse ».

Il faut faire le ménage dans cette forêt. En fait les subprimes c’est quoi ?

Tout simplement des spéculateurs de la finance qui ont « crée des titres à partir de la dette ». Mais c’est quoi cela ? De la monnaie de singe tout simplement ! (un de mes maîtres en bourse a employé l’expression de fausse monnaie mardi soir)

Et quand l’emprunteur ne peut plus rembourser ses dettes, cette monnaie de singe vaut « 0 ».

Et ce sont des centaines de milliards qui ont été ainsi crées !

On en trouve en quantité énorme dans les coffres de tous les établissements financiers.

On a vraiment l’impression que tous ces spécialistes de la finance ont continué à jouer dans leur carrière d’adulte avec les billets du jeu de Monopoly de leur enfance ! Ne leur a t-on pas expliqué que ces billets ne valaient rien ?

Depuis quelques années des voix s’élèvent pour demander aux politiques d’intervenir et de réguler cette finance malsaine.

Mais cette finance est ou plutôt était tellement puissante que nos politiques ne pouvaient que prêcher dans le vide.

Mais aujourd’hui les choses ont changé !!!!

Ces financiers dangereux sont au tapis. Les banques imprudentes tombent les unes après les autres. Les bucherons sont à l’œuvre dans la forêt.

Et les politiques vont enfin (je l’espère) pouvoir mettre en place de nouvelles règles du jeu pour empêcher ces dérives mortelles de la finance.

Si tel est le cas, la planète finance est sauvée. Les bourses devraient alors rebondir très fortement et nous en reviendrons aux fondamentaux pour « pricer » les actions de nos entreprises.

Il ne peut pas en être autrement.

Malheureusement certains petits actionnaires, qui se sont coupés un bras au paroxysme de cette crise, ne retrouveront jamais leur capital initial.

Pour investir en bourse il faut savoir et pouvoir être très patient.

Le bon sens finira par triompher soyez en certain !

Repost 0
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 11:19
SEBDO logo

La crise financière est à son paroxysme. Les évènements s’enchaînent très vite. Tant mieux car plus les choses iront vite et moins l’économie réelle sera contaminée. Je vous ai déjà dit que les sociétés «industrielles» se portaient bien dans leur ensemble.

Malgré tout il y a des secteurs qui vont souffrir, en particulier ceux qui dépendent du pouvoir d’achat et du crédit (immobilier, consommation….).

Par contre d’autres secteurs ne souffriront pas, au contraire.

On peut citer l’énergie, l’environnement et l’immobilier « low cost » (en particulier s’il intègre les économies d’énergie).

La mode est au « low cost ». Ce n’est pas seulement une mode mais c’est aussi une nécessité pour beaucoup de personnes aujourd’hui.

Beaucoup de français aspirent à devenir propriétaires mais n’en avaient pas la possibilité.

Aujourd’hui le « low cost » arrive aussi dans l’immobilier grâce à des constructeurs comme SEBDO Enr. Et qui dit « low cost » ne dit pas bas de gamme ! On avait l’habitude d’associer ces 2 termes, il n’en est plus rien.

Les logements proposés sont non seulement « low cost » et de qualité mais ils ont aussi un budget de fonctionnement très bas et respecte l’environnement.

Voici le dernier communiqué de SEBDO Enr. Certains ont pu s’étonner de lire ce même communiqué sous la bannière STRATEGECO SOLAR ENEOVIA :

STRATEGECO SOLAR : Le groupe STRATEGECO ENEOVIA et SEBDO EnR annoncent la construction de 84 maisons bioclimatiques à 5 minutes du centre ville de Vichy

En effet on se souvient que SEBDO est une filiale à 20% de STRATEGECO. Les 2 sociétés travaillent la main dans la main et tout ce qui profite à l’une profite à l’autre et à nous les actionnaires de l’une ou/et l’autre.

STRATEGECO rajoute tout de même :« Le groupe STRATEGECO ENEOVIA prévoit pour cet écoquartier 13 ME de chiffre d’affaires pour 2009-2010 avec une marge d’environ 10%. ENEOVIA exploitera également pour son propre compte des centrales solaires intégrées sur les toitures des maisons. Les 2000 m2 de centrales solaires cumuleront une puissance de 200 kWc générant une marge brute de plus 100 000 euros/an pour le groupe STRATEGECO ».Si ce n’est pas de la synergie cela entre société mère et filiale !!

communiqué

Une nouvelle commande pour la construction

de 84 maisons bioclimatiques à Vichy

SEBDO ENR sera le constructeur des 84 maisons bioclimatiques situées à 5 minutes du centre ville de Vichy, dont le promoteur est Strategeco Promotion (Groupe Strategeco Solar).

Deux catégories de maisons seront proposées : un T3 de 80m2 (1 salon + 3 chambres) et un T4 de 100m2 (1 salon + 4 chambres) aux normes BBC basse consommation énergétique.

SEBDO ENR assurera la construction des maisons ainsi que l’installation des panneaux photovoltaïques intégrées sur les toitures des maisons. La livraison de ce programme se fera à partir du 4ème trimestre 2009. Pour mener à bien ce chantier, SEBDO ENR va implanter une nouvelle agence à Vichy et recruter 20 salariés dans les deux ans.

STRATEGECO SOLAR prendra en charge la commercialisation de ces logements par le biais de son réseau local d’agences immobilières.

Caractéristiques des maisons bioclimatiques aux normes BBC basse consommation énergétique :

- 42 maisons T3 de 80m2 (1 salon + 3 chambres) à 150 000 euros TTC + terrain,

- 42 maisons T4 de 100m2 (1 salon + 4 chambres) à 170 000 euros TTC + terrain,

- Pompe à chaleur, isolation thermique, optimisation de l’exposition, béton cellulaire et en option, des solutions de récupération d’eau de pluie,

- L’éco quartier disposera de voies douces (pistes cyclables et voies piétonnes)

Un impact positif immédiat sur le chiffre d’affaires 2009

Ce nouveau contrat devrait générer un chiffre d’affaires de l’ordre de 12 M€ pour SEBDO ENR. La Société table sur une facturation à hauteur de 75 % sur l’exercice 2009, lui permettant de dépasser son objectif de 9,8 M€ de chiffre d‘affaires sur 2009.

Précisons enfin que le carnet de commandes de SEBDO ENR s’élève à 15 M€ à ce jour.

Sébastien Horemans déclare à cette occasion : « Cette nouvelle commande démontre le succès de notre offre qui allie qualité traditionnelle et nouvelles technologies, le tout pour un budget accessible qui répond aux besoins et aux contraintes des primo accédants à revenus modestes.

Nous sommes par ailleurs en négociations avec des bailleurs sociaux, promoteurs et collectivités locales pour l’implantation d’autres lotissements bioclimatiques qui répondent à plusieurs problématiques : préserver l’environnement et offrir des habitations au coût accessible et à la consommation énergétique très faible. »

A propos de SEBDO ENR

Fondée en 2003 par son Président Sébastien HOREMANS, SEBDO ENR est l’unique constructeur français dédié à la construction et à la rénovation de lieux de vie « durables », qui intègre tous les corps de métier du bâtiment.

SEBDO ENR, positionnée sur l’immobilier bioclimatique, construit et rénove des maisons, des logements à but locatif, ainsi que des bâtiments industriels sans faire appel à la sous-traitance.

SEBDO ENR a reçu le label d’entreprise innovante décerné par l’Oseo Anvar le 21 mai 2008.

La société, qui compte actuellement 80 collaborateurs a réalisé en 2007 un chiffre d’affaires de 3 019 K€ pour un résultat d ‘exploitation de 226 K€.

ISIN: FR0010626093 www.sebdo.com

Mnémonique: MLSEB

Il est rappelé que :

- l’inscription au Marché Libre n’a pas donné lieu à un prospectus soumis au visa de l’AMF ;

- l’alinéa 3 de l’article 211-4 du Règlement Général de l’Autorité des Marchés Financiers précise que : « […] la diffusion, directe ou indirecte, dans le public des instruments financiers ainsi acquis ne peut être réalisée que dans les conditions prévues aux articles L. 411-1, L. 411-2, L. 412-1 et L. 621-8 à L. 621-8-3 du code monétaire

Repost 0
Published by Bernard - dans SEBDO EnR
commenter cet article
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 16:00
Mobilegov logo nouveau reduit

Forte révision à la hausse du business plan de Mobilegov

Qui a dit que nos petites PME / TPE subissaient la crise actuelle ?

Raison de plus pour profiter des opportunités que nous offre cette crise.

Pour un « investisseur » attendre 2 ou 3 ans le fruit de son investissement est tout à fait normal.

Voici le nouveau business plan de Mobilegov et les projections de cours que j’en déduis.

Mais d’ici 2 ou 3 ans il est à prévoir aura déjà été revu à la hausse plusieurs fois.

Vous êtes nombreux, actionnaires non IQ, à vous manifester auprès de ma boîte aux lettres pour demander à souscrire à l’AK. C’est du travail pour moi mais c’est aussi une grande satisfaction de constater que nous sommes beaucoup à croire en Mobilegov.

 

K €

 

2008

2009

2010

2011

2012

CA prévu

ancien business plan

910

3 825

8 060

14 770

 

nouveau business plan

949

4 810

11 008

18 966

29 659

RN prévu

ancien business plan

-323

324

2 739

7 053

 

nouveau business plan

-718

-99

3 556

9 191

12 325

BNA (1)

 

 

 

5,46

14,11

18,93

PER (1) au cours de 8,60 €

 

 

 

1,57

0,60

0,45

Effectif

 nouveau business plan

21

39

48

58

69

(1) en prenant le nb d'action actuel soit 651 068

             

Avec l’AK, « l’ABSAR en cours », il pourra être crée 225 000 actions supplémentaires.

On peut envisager un cours de 48 € dans 3 ans et 127 € dans 4 ans si l’on considère que le nombre d’actions serait alors de 876 068.

Soit une multiplication du cours par 5 dans 3 ans et par 13 dans 4 ans.

Les actions résultants de l'exercice des BSAR ne devraient être crées que fin 2012.

J’ai toujours été persuadé que les années 2010 et 2011 seraient exceptionnelles pour nos petites valeurs.

Repost 0

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche