Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 11:42

Rentabiliweb logo 1

Dernier cours : 4,78 €

Mnémo : BIL

Capitalisation boursière : 82,07 €

http://www.rentabiliweb.org/

Les capitaux propres au 30 juin 2012 sont à 70 M €. Le « price to book »(ratio capitalisation boursière / capitaux propres), notion très utilisée par les professionnels de la finance, est ainsi de 1,17.

En dessous de 1, c’est considéré comme faible. Plus de 4 c’est le signe d’une société de croissance et en bonne santé. Ainsi celui de Rémy Cointreau est de 4,68.

Le résultat 2012 estimé se situe autour de 4 M € contre 11 M € en 2011.

Le pari des paiements en ligne

02/01/13

Le conseil

Achat spéculatif / Objectif : 6 €

Le titre est tombé à son niveau de début 2007. Nous tablons sur un rebond du bénéfice net en 2013, vers 7,5 millions d’euros. La capitalisation ne dépasse pas 11,2 fois cette estimation. Un pari réservé aux investisseurs avertis. Objectif : 6 euros.

Le cours au moment du conseil : 4.7 €

L'analyse (Investir)

L’exercice 2012 a été décevant. Alors que les systèmes de micropaiement (via les opérateurs télécoms) sont en déclin, la nouvelle offre de paiement par carte bancaire (Be2bill) n’a été lancée que fin avril, avec quatre mois de retard. Du coup, à fin septembre, le chiffre d’affaires du pôle Monétisation pour compte de tiers (B2B) a chuté de 32 %, à 18,6 millions d’euros. L’activité Monétisation pour compte propre (B2C) a mieux résisté (– 8 %, à 33,9 millions) et devrait retrouver le chemin de la croissance dès que la montée en puissance des sites de voyance aura compensé la concurrence accrue dans la rencontre (Facebook, notamment).

Les bénéfices de B2C permettent de financer sans endettement le développement de Be2bill. Un système prometteur car les commissions prélevées aux sites marchands sont raisonnables (de 0,7 à 1 %, dont un tiers pour la banque de l’internaute). Cette année, les coûts, en partie exceptionnels, ont atteint entre 5 et 6 millions d’euros. Le point mort est visé « avant fin 2013, avec un volume traité de 750 millions à 1 milliard d’euros », assure Jean-Baptiste Descroix-Vernier. La plate-forme d’encaissement par carte a déjà été adoptée par quelque 200 e-commerçants (Pêcheur.com, racheté par le groupe Mulliez Auchan en 2011, Winamax, Kenzo, etc.). Le partenariat annoncé mi-septembre avec la société Payvision permet désormais aux clients de gérer les encaissements en devises. De grandes enseignes qui n’ont pas pris le risque de changer de prestataire pendant les fêtes pourraient bientôt confier à Be2bill une fraction de leur trafic.

Jean-Luc Champetier

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard - dans RENTABILIWEB
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche