Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 10:39

L’autoconsommation pour les entreprises est certainement la bonne solution. Elle leur garantit un prix pour 20 ou 25 ans alors que l’on sait que celui d’EDF ou autres va fortement augmenter dans les 10 prochaines années. Et comme on approche de la parité réseau, ce principe d’autoconsommation va fortement se développer.

L’indépendance des subventions fait que les entreprises seront libres d’installer du photovoltaïque à leur guise.

Une entreprise, qui m’est chère, est également fortement convaincue par ce principe qu’elle a l’intention d’exploiter.

Photovoltaïque : l'autoconsommation à l'échelle de l'entreprise

Avec les modifications réglementaires successives, la filière solaire a perdu en rentabilité et en attractivité. A Perpignan, une zone d'activité, appuyée par le bureau d'études Tecsol, va tester un autre modèle économique : l'autoconsommation.

Energies | 25 septembre 2012 | Actu-Environnement.com

Ces dernières années, la filière photovoltaïque française a vécu au rythme de la météo réglementaire : vent en poupe après le Grenelle de l'environnement, gel après le moratoire et légère éclaircie depuis la mise en place des appels d'offres et des tarifs d'achat révisables trimestriellement.

A Perpignan, un projet de développement du photovoltaïque sur les toitures d'entreprises d'une zone d'activité, réunies au sein du Pôle économique Saint-Charles (PESC), a bien failli ne jamais voir le jour ! En 2010, 43 sociétés, représentant quelque 90.000 m2 de toitures, s'apprêtaient à déposer un dossier de demande de tarif d'achat d'électricité photovoltaïque. Mais le moratoire est passé par là, remettant en question la rentabilité du projet. Alors que le dossier aurait pu tomber aux oubliettes, il renait de ses cendres aujourd'hui, avec un nouveau modèle indépendant des variations réglementaires : l'autoconsommation.

L'idée : "Revenir aux fondamentaux du solaire, explique André Joffre, PDG du bureau d'études Tecsol. Nous devons nous défaire des subventions, d'autant que le système de tarifs d'achat pèse aujourd'hui sur la CSPE et sur les tarifs de l'électricité. Si ce schéma doit continuer à exister pour booster certaines installations, nous devons développer un autre schéma, basé sur un nouveau modèle économique".

Saint-Charles 2.0

Une trentaine d'entreprises devrait participer au projet d'autoconsommation, baptisé Saint-Charles 2.0, qui verra le jour en 2013. Au total, 4 à 5 MW de photovoltaïque devraient être installés.

Avant la pose des panneaux, la consommation de chaque bâtiment sera mesurée et les anomalies de consommation corrigées.

Ce n'est qu'après ces deux étapes qu'interviendra le dimensionnement de l'installation photovoltaïque, fixé en fonction de la consommation de base de chacun des bâtiments.

L'objectif est d'éviter toute surproduction et de satisfaire la demande supplémentaire d'électricité grâce au réseau (30 à 40% des besoins en moyenne).

"Nous suivons de près ce projet qui couple une analyse des consommations et des besoins des entreprises, l'optimisation de la consommation et la production d'énergie renouvelable. Il est unique de par son envergure et le fait que cette démarche soit collective. Les entreprises concernées représentent une consommation électrique importante, notamment pour celles qui produisent du froid", observe Jacqueline Roisil, directrice régionale adjointe de l'Ademe, qui finance en partie les études amont.

In fine, l'électricité produite sera directement injectée dans le bâtiment. Les propriétaires producteurs pourront revendre l'électricité à leurs locataires, puisque seule est interdite la revente d'électricité préalablement achetée à un opérateur (EDF…). "Ce modèle intéresse aujourd'hui les collectivités mais aussi les centre-commerciaux. Ces derniers y voient une possibilité de chiffre d'affaires supplémentaire", se réjouit André Joffre.

Le surplus de production sera envoyé sur le réseau électrique gratuitement, puisque l'installation ne bénéficie pas de tarifs d'achat. "Nous étudions actuellement la possibilité, en cas d'excédent d'électricité, de faire don de cette électricité à une association caritative, comme les Restos du cœur, qui pourraient aider les ménages en précarité énergétique. Cela demanderait néanmoins une petite adaptation législative", indique André Joffre.

Un nouveau modèle économique pour le photovoltaïque

Ce projet repose sur un nouveau modèle économique. "La recette ? C'est l'économie que l'on fait !", explique André Joffre, qui précise : Le watt crête installé devrait revenir à 1,5€, contre 6€ pour la couverture récente avec des tuiles solaires du marché Saint-Charles International. Soit quatre fois moins !

L'entreprise, grâce à son installation solaire, réduira sa facture d'électricité et deviendra, au fil du temps, moins dépendante de l'augmentation du prix de l'électricité. "En se basant sur les hypothèses de la Commission de régulation de l'énergie (+30% des prix de l'électricité en 2016) et du Sénat (+50% en 2020), nous avons estimé le temps de retour sur investissement à 10 ou 12 ans, selon le dimensionnement de l'installation", observe le PDG de Tecsol.

Sophie Fabrégat

L'autoconsommation en bref

Le terme autoconsommation recouvre plusieurs situations.

Dans le cas de Saint-Charles 2.0, il s'agit d'autoconsommation totale : l'installation est reliée au réseau mais n'a pas de compteur de production. L'électricité produite est donc directement consommée par le producteur et le surplus est envoyé gratuitement sur le réseau.

Le producteur peut également choisir de vendre son surplus, dans le cadre de tarifs d'achat. L'installation disposera alors de deux compteurs : un pour la production, un pour la consommation. L'électricité produite est directement consommée par le producteur et le surplus est revendu sur le réseau.

Pour les particuliers, l'autoconsommation n'est pas avantageuse : il est plus rentable de vendre, au tarif d'achat, la totalité de l'électricité produite à l'opérateur et de racheter l'électricité à un prix moindre.

De nombreux acteurs demandent la mise en place d'une prime à l'autoconsommation (quelques centimes d'euros par kilowatt heure autoconsommé), mais le dispositif est jugé trop coûteux par les pouvoirs publics.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche