Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 12:38

 

Le Groupement Français des Professionnels du Photovoltaïques, appartenant au SOLER, vient de publier son « Etat des lieux du parc photovoltaïque français au 30 septembre 2011 ».

http://www.enerzine.com/UserFiles/File/2012151824_13ParcPVsept2011SOLER.pdf

Ce document est à lire pour tous ceux qui s’intéressent aux énergies renouvelables et plus particulièrement au photovoltaïque.

On se rend compte que 2011 aura été une année record en terme de raccordements avec un T3 supérieur aux T1 et T2 réunis !

Cet article comporte beaucoup de courbes et de tableaux instructifs.

Voici les idées clefs :

èParc raccordé au réseau ERDF et EDF-SEI au 30 septembre 2011

2 233 MW dont 1 949 MW en métropole et 284 MW en outremer et Corse ;

Progression en puissance du parc raccordé entre fin juin 2011 et fin septembre 2011 : 33 % ;

Production sur une année : 2 302 GWh ;

Consommation électrique équivalente : 1 044 000 habitants ;

En France métropolitaine, 91 % des systèmes photovoltaïques en service sont des installations de moins de 3 kW. Ces systèmes représentent 27 % de la puissance installée.

èRépartition du parc raccordé au réseau ERDF en métropole

Les zones Ouest, Méditerranée, Rhône-Alpes et Sud-Ouest totalisent 72 % du nombre d’installations raccordées au réseau en métropole et 77 % de la puissance raccordée.

èRépartition du parc raccordé métropolitain ERDF en fonction de la puissance des installations

Au 30 septembre 2011, 226 centrales de puissance supérieure à 500 kW étaient raccordées au réseau en France métropolitaine contre 137 au second trimestre 2011.

Au troisième trimestre 2011, le nombre d’installations de petite puissance (inférieure à 3 kW) nouvellement raccordées a crû de 8 % (contre 13 % au second trimestre 2011). Sur une année glissante, ce segment a progressé de 106 %.

èEvolution des demandes de raccordement ERDF en France métropolitaine

La puissance raccordée au réseau de distribution est plus importante sur le troisième trimestre que sur le premier et le second trimestre, passant de 339 MW au second trimestre 2011 à 476 MW au troisième trimestre 2011.

Sur une année glissante, les raccordements d’ERDF ont été multipliés par plus de 3.

èEvolution des files d’attentes ERDF en France métropolitaine

Fin septembre, 30 055 dossiers représentant 1 680 MW étaient en file d’attente. Sur ces 1 680 MW, environ 223,9 MW étaient composés d’installations de puissance inférieure ou égale à 36 kW, 653,6 MW d’installation de puissance comprise entre 36 kW et 250 kW, et 899,6 MW d’installations de puissance supérieure à 250 kW. La file d’attente présente une baisse de 156 MW au cours du troisième trimestre 2011, les demandes de raccordement étant en légère augmentation (+ 5 %) par rapport au trimestre précédent.

Celles-ci s’élèvent à 258,7 MW au troisième trimestre dont 40,6 MW pour les installations de puissance inférieure à 36 kVA, et 218,1 MW pour les installations de puissance supérieure à 36 kVA.

Conclusion :

A la lecture de ces chiffres on pourrait se dire que tout va pour le mieux pour les entreprises travaillant dans le secteur du photovoltaïque.

Mais ce serait oublier le moratoire de fin 2010 / début 2011 qui a eu 2 conséquences :

- Pendant près de 6 mois les installations photovoltaïques ont été arrêtées faute de visibilité sur l’avenir des tarifs de rachat. Les petites entreprises ont très mal vécu cette période avec « des effectifs sans travail ». Bon nombre de ces TPE / PME n’ont pas survécu, mais n’était-ce pas l’un des buts de faire de l’écrémage ?

- La 2ème conséquence a été de faire courir le bruit dans les médias que la filière photovoltaïque était condamnée car absolument plus rentable. Et pourtant les installations d’aujourd’hui sont au moins aussi rentables qu’il y a 2 ans grâce à une nouvelle forte baisse des composants photovoltaïques.

C’est d’ailleurs là que la compétition est la plus rude. Beaucoup de producteurs de silicium et de panneaux ont disparu. En Allemagne il n’en reste plus qu’ 1 : Q Cells qui pourrait bien être la recovery du secteur en Europe.

Voilà ce qu’écrivait, le 2 janvier 2012, le site enerzine.com :

Réalignement stratégique en cours pour Q-Cells

Q-Cells est le seul fabricant européen à tenir le rythme des leaders mondiaux. En 2010, l'industriel allemand a franchi le cap du GWc produit avec une production de 1 014 MWc (soit 939 MWc de cellules en sili-cium cristallin et 75 MWc de modules couches minces CIGS) contre une production de 551 MWc en 2009 (soit 537 MWc de cellules en silicium cristallin et 14 MWc de modules couches minces CIGS), soit une croissance de 84 % de sa production.

La production de modules CIGS provient de sa filiale Solibro qui reste à ce jour le leader mondial dans cette technologie avec une capacité de production de 135 MWc fin 2010 (30 MWc fin 2009). La capacité de production des usines allemande et malaisienne de Q-Cells est passée de 800 MWc en 2009 à 1 100 MWc en 2010. Pour 2011, l'industriel n'a pas prévu d'augmenter significativement ses capacités de production de cellules, qui passeront d'1,1 GWc à 1,2 GWc. Il prévoit donc une production de cellules cristallines de l'ordre d'1,1 GWc en 2011 tandis que la production des modules couches minces devrait passer à 100 MWc. Il utilisera cette période pour adapter ses moyens de production à sa nouvelle technologie Gen2 qui permettra d'améliorer le rendement de ces cellules cristallines de 0,5 %.

L'objectif de l'industriel allemand n'est plus de se lancer dans une course à la production. En mars 2010, Q-Cells a annoncé un réalignement stratégique à moyen terme vers une activité de fournisseur de solutions photovoltaïques intégrées clés en main (installation en toiture de centrales de taille moyenne ou de petites centrales terrestres). Cette nouvelle activité représentait déjà 363 millions d'euros en 2010, soit 27 % de son chiffre d'affaires.

Ce secteur d'activité plus rentable offre à Q-Cells plus de perspectives d'augmentation du chiffre d'affaires et des profits.

L'autre priorité est de gagner des parts de marché à l'international. En 2010, l'entreprise a réalisé pour la première fois plus de 50 % de ses ventes hors d'Allemagne.

Cette réorganisation stratégique commence à porter ses fruits. En 2010, Q-Cells est parvenu à refaire surface malgré un environnement concurrentiel très difficile. L'entreprise allemande a pour cela augmenté son chiffre d'affaires de 790,4 millions d'euros en 2009 à 1 354,2 millions d'euros en 2010. Le résultat opérationnel redevient positif à 82,3 millions d'euros contre - 362,5 millions d'euros en 2009.

Pour 2011, Q-Cells s'attend à une augmentation plus mesurée de son chiffre d'affaires compris entre 1,3 et 1,5 milliard d'euros. Ces prévisions s'expliquent par des incertitudes plus marquées sur les marchés allemand et italien qui tirent aujourd'hui la croissance européenne. Pour 2012, les analystes tablent sur une croissance positive du marché mondial grâce à la montée en puissance des marchés américain, chinois et indien. L'ambition de Q-Cells est donc d'améliorer son positionnement sur ces trois futurs grands marchés.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche