Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 14:03

 

Ikea croit toujours au renouvelable

Guillaume Maincent | 20/03/2014 Le Moniteur.fr 

L’enseigne de mobilier a décidé de doter tous ses nouveaux magasins français de toits photovoltaïques. Une réflexion est en cours pour faire de même sur les magasins existants.

Apparemment, les turpitudes de la planète renouvelable n’affectent pas Ikea. À l’occasion d’une visite de son centre logistique de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), l’enseigne bleue et jaune a indiqué qu’elle doterait systématiquement chaque magasin nouvellement ouvert en France de toitures photovoltaïques.

Celui de Clermont-Ferrand, annoncé cet été, ouvrira le bal, premier d’une série de six d’ici à 2016. En parallèle, Ikea France réfléchit à faire de même sur les magasins existants (29 en France), à l’image de celui de Bordeaux en avril. Une traduction directe, selon lui, de sa stratégie de responsabilité sociale et environnementale, baptisée People & Planet Positive, dont l’un des volets vise 70 % d’indépendance énergétique en 2020.

Le volet bâtiment durable prévoit par exemple la récupération des eaux de pluie, comme à Saint-Quentin-Fallavier où l’eau sert pour le nettoyage. Mais également « une borne de recharge pour véhicules électriques par magasin d’ici à la fin de l’année », ajoute Carole Borzyna-Diagne, directrice du développement durable d’Ikea France. On n’oubliera pas le tri des déchets, cher à l’enseigne suédoise, ni l’éclairage à led, que le groupe veut déployer à 100 % à l’horizon 2020. Au total, les actions estampillées énergie durable mobilisent un budget global de 1,5 milliard d’euros étalé jusqu’en 2015. Les océans de bitume et les norias de camions roumains ou polonais qui caractérisent cette grandes plateformes logistiques de mass-market le valent bien !

Chaudière au bois

Mais attention : indépendance énergétique ne veut pas dire autarcie. Grâce à ses 15 351 panneaux en silicium cristallin, de marque française (Sillia) pour bénéficier du bonus « made in Europe » (aujourd’hui abrogé), le centre logistique de Saint-Quentin dit produire 125 % de son électricité.

Mais l’intégralité (4 GWh/an) est revendue à EDF, en vertu des contrats d’achat à tarif garanti sur vingt ans.

Si l’on y ajoute la chaleur au bois, présente sur trois sites, et l’investissement en son nom propre dans 26 éoliennes, Ikea détient un portefeuille de production d’énergie renouvelable représentant bien 70 % de sa propre consommation.

À Saint-Quentin-Fallavier, l’enseigne aurait pu encore grappiller quelques pourcents s’il n’y avait eu, sur les 65 000 mètres carrés de toiture des entrepôts recevant les panneaux solaires (pour une puissance de 3,99 MWc), de nombreuses trappes à dégagement de fumée qui imposent autour d’elles un périmètre vierge de tout obstacle au sol.

Selon Jean-Christophe Menuel, directeur du centre logistique isérois que nous visitons ce 18 mars, le ratio théorique de 125 % se confirme jour après jour dans la pratique : « Depuis le 15 novembre, date de raccordement des panneaux solaires, nous avons produit 652 MWh, un peu plus que les prévisions initiales, même s’il faut souligner l’ensoleillement exceptionnel du mois de mars », explique-t-il, en tablant sur un retour sur investissement de sept ans et demi pour cette installation à 6 millions d’euros signée Derbigum.

Côté chaleur, la chaudière au bois couvre 60 % des besoins, avec cette incroyable économie : une facture « divisée par deux et demie » par rapport au gaz, qui reste en appoint. À rapporter à un investissement de 1,8 million d’euros pour cette chaudière de 1,78 MW. Et c’est promis : le bois vient de la région, « dans un rayon de trente kilomètres maximum », selon le contrat triennal conclu avec ONF Énergie, valable également pour les magasins de Caen et Reims.

Gain de productivité

 

Dernière innovation aperçue à Saint-Quentin-Fallavier, destinée à rayonner sur les autres sites du groupe : les chariots élévateurs à hydrogène. « Ce serait formidable d’en faire profiter nos propres flottes de véhicules d’entreprises, le jour où la pile à combustible sera généralisée », s’enthousiasme Jean-Christophe Menuel. Ikea se dit en effet satisfait de cette solution mise en place avec Air Liquide, qui remplace les batteries acide-plomb, en faisant gagner un temps précieux à la recharge (un plein d’hydrogène prend trois minutes). « Cela procure un gain de productivité qui permet d’amortir l’investissement en sept ans », a calculé Jean-Christophe Menuel. Pour verdir la boucle, reste maintenant à œuvrer pour que l’hydrogène en question soit fabriqué à partir d’une ressource renouvelable, par exemple à l’issue d’une électrolyse de l’eau opérée avec de l’électricité décarbonée. Or le procédé industriel le plus courant est une extraction à partir de méthane fossile.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche