Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 15:32

On sent bien que ceux qui touchent à la bourse ne savent plus à quel saint se vouer.

Ce matin « Le figaro.fr » titrait :

« Que faire des titres qui plombent votre portefeuille ? »

http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/que-faire-des-titres-qui-plombent-votre-portefeuille-218356

en conseillant de vendre tous les penny stocks comme les valeurs de secteurs en difficultés.

Eric Lewin sur son site « Smal Caps confidentiel » dresse un bilan économique très sombre de la planète et préconise un arrêt des achats

http://smallcapsconfidentiel.com/2012/06/04/la-macro-economique-brouille-les-cartes/

On pourrait penser que nous sommes dans un cycle bas et qu’en attendant on pourra revoir le soleil !

Cela aurait été 10/15 ans en arrière c’est ce que j’aurais pensé mais aujourd’hui :

- la crise lamine les secteurs économiques et les entreprises les uns après les autres. Ne serions nous pas, comme je l’avais écrit après 2008, dans une phase de décadence de la civilisation occidentale ?

- la bourse a bien changé.

Il y a 10/15 ans on avait encore une bourse d’investisseurs réagissant avec « une logique fondamentale et humaine ».

Aujourd’hui on a une bourse de joueurs de casino où bien souvent les grands joueurs sont remplacés par des machines qui réagissent au millième de seconde à partir de programmes mathématiques.

Ce sont les hommes qui ont crée cette machine infernale, il n’y a qu’eux qui pourraient la casser et revenir en arrière. Le feront-ils ? C’est peu probable. L’homme orgueilleux préfère souvent mourir de ses erreurs plutôt que de reconnaître ses torts !

C’est ce thème que développe JDH (Jean David Haddad) dans sa « Chronique du lundi matin » :

La dérive actuelle va bien au delà de la spéculation. Elle touche à l'évolution même de la condition humaine : l'Homme délègue à la machine, et celle-ci ne peut comprendre que ce qui relève des courbes, de l'algorithme, et pas de l'humain.
Je ne sais pas ce que notre nouveau président sous-entendait quand il disait "mon ennemie c'est la finance". Mais, moi, économiste et fier de l'être, investisseur en bourse et fier de l'être, entrepreneur et fier de l'être, je le dis très clairement : la finance est ma pire ennemie. La finance est l'ennemie de la bourse. C'est ça la réalité. La finance est l'ennemie de vos économies. La finance, créée par les banques, est un monstre qui va dévorer leur créateur.
La finance, c'est les ventes à découvert, les CFD, la libre spéculation, la totale dérégulation, délégation aux machines, la libre installation des hedge funds dans les paradis fiscaux, la froideur d'un modèle mathématique face à la chaleur d'une entreprise... Voilà ce qu'est la finance.
Je ne vais pas lancer la pierre aux traders comme je l'ai fait dans le passé, ni même aux banques voyez-vous... Non, je jette la pierre à tous ceux qui ont créé ce monstre informe et inodore qui nous dévore petit à petit.
Alors, face à cela, ce n'est ni la droite ni la gauche qui peut réussir. Seule pourrait réussir la volonté humaine de défaire ce qui a été fait. Comment? C'est un autre débat dans lequel je n'entrerai pas ce matin, mais probablement dans de futurs écrits, conférences ou dans un futur blog.

Plusieurs de mes amis intervenants en bourse ont tout vendu et fermé leurs comptes titres, peur ou sagesse ?

Il est parfois nécessaire de se couper une jambe pour éviter la gangrène généralisée.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jacques 13/06/2012 16:13


Merci Bernard pour tous ces conseils. Mlaheureusement pour moi, j'ai cru en l'investissement boursier , particulièrment en les petites valeurs "écologiques". J'ai beaucoup perdu , à mon avis, à
cause des mesures gourvementales mais aussi , comme le dit JMD que je salue, à cause des dirigeants peu scrupuleux.

Jean-Michel 05/06/2012 06:38


Bonjour Bernard. Depusi trois ans je perds beaucoup en bourse du fait des chutes faramineuses des cours et des dépôts de bilan. Aujourd'hui, je solde petit à petit tous mes
portefeuilles. J'aurais perdu en 3 ans environ 25% de mon investissement.


Ce que je regrette le plus c'est la spéculation infernale et le peu de considérations que portent de plus en plus les dirigeants des petites sociétés cotées envers les petits porteurs. Ils avient
besoin de ces PP pour leur entrée en bourse, maintenant ces dirigeants les laissent sur le bord de la route. Désolant.

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche