Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 16:34

 

èLe 20 décembre 2011, le Figaro publie l’information comme quoi l’état Français devra emprunter 178 milliards d’euros en 2012.

Depuis la loi Pompidou de janvier 1973 aggravée par l’article 123 du traité de Lisbonne du 13 décembre 2007, l’état français n’a plus le droit d’emprunter auprès d’une banque centrale qu’elle soit nationale ou européenne. La seule alternative, pour l’état français, est donc d’emprunter auprès des banques privées.

èLe 21 décembre 2011, les médias annoncent que la Banque Centrale Européenne (BCE) a alloué 489  milliards à 523 banques de la zone euro lors d'une opération inédite de prêt à trois ans à 1%.

Bien entendu, l’état français ne sera pas le seul à devoir emprunter aux banques en 2012. Mais ces banques privées ont maintenant assez de munitions !

Bien entendu les banques privées vont prêter aux états avec des taux dépendant des notes accordées par les agences de notation. Ces taux pourront être de 2 %, 3 %, 7 % et même 30 % suivant la situation économique des états emprunteurs.

Conséquences :

Pour pouvoirs payer ces intérêts monstrueux, les politiques (quel que soit leur appartenance) devront mettre en place de nouveaux plans de rigueur, après avoir bien préparé l’opinion à les recevoir.

Les politiques de rigueur ont plusieurs buts :

- l’un, officiel et terre à terre : rembourser une dette impossible à rembourser

- un autre, saigner le peuple pour arrondir la panse des banksters

- et sans doute le plus important, présent en filigrane dans toutes les politiques menées depuis 30 ans : accroître la conformité aux dogmes du libéralisme, par la suppression du secteur public

Ces plans de rigueur sont distillés, au fil des mois, pour pouvoir être mieux acceptés :

- hausse de la TVA réduite, mais pas seulement sur la restauration

- gel des tranches de l’impôt sur le revenu pendant au moins 2 ans

- cotisations supplémentaires sur les mutuelles de santé

Je ne cite que quelques mesures qui touchent le plus grand nombre.

Conclusions :

Il n’est pas nouveau le fait qu’une minorité de gens puissants prélèvent une dîme, par l’intermédiaire de l’état, sur une majorité de la population.

Bien entendu il faut endormir cette dernière avec des gadgets et des divertissements peu coûteux. Ils sont nombreux autour des médias. Par exemple, les séries américaines insipides de 52 mn qui ont remplacé nos séries françaises de 1h30 qui posaient souvent des questions de société, de notre société.

Il ne faut surtout pas que la population réfléchisse et se pose trop de questions.

Pour tondre les moutons, il vaut mieux que le troupeau reste groupé, docile et sans chef.

En Europe les moutons ne font plus « bêêê » mais « AAA » ou « AA »

Citations :

Voici quelques citations, recueillies par notre ami Serge, de personnages de 1er plan et qui résument bien le sujet qui on le voit bien n’est pas nouveau.

Rothschild

Laissez-moi émettre et contrôler les ressources monétaires d’un pays et je me moque de celui qui écrit ses lois. 

David Rockefeller, Rothschild Brothers of London:

Les quelques personnes qui comprennent le système (argent et crédits) seront soit tellement intéressés par les profits qu’il engendre, soit tellement dépendantes des faveurs qu’il conçoit, qu’il n’y aura aucune opposition au sein de cette classe. D’un autre côté, les personnes incapables d’appréhender l’immense avantage retiré du système par le capital porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts

William Lyon Mackenzie King, ex-premier ministre du Canada

Jusqu’à ce que le contrôle de l’émission de devises et de crédit soit restauré au gouvernement et reconnue comme sa responsabilité la plus flagrante et la plus sacrée, tout discours sur la souveraineté du Parlement et la démocratie est vain et futile... Une fois qu’une nation abandonne le contrôle de ses crédits, il n’importe plus qui fait ses lois... L’usure, une fois aux commandes, coule n’importe quelle nation.

John Adams, père fondateur de la Constitution américaine

Toute la perplexité, la confusion, et la détresse en Amérique ne provient pas des défauts de la Constitution ou de la Confédération ni du désir d’honneur ou de vertu mais de notre ignorance profonde de la nature des devises, du crédit, et de la circulation.

Woodrow Wilson, président des Etats-Unis 1913-1921

Je suis un homme des plus malheureux. J’ai inconsciemment ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré dans le privé. La croissance de notre nation, en conséquence, ainsi que toutes nos activités, sont entre les mains de quelques hommes. Nous en sommes venus à être un des gouvernements les plus mal dirigés du monde civilisé un des plus contrôlés et dominés non pas par la conviction et le vote de la majorité mais par l’opinion et la force d’un petit groupe d’hommes dominants.

Sir Josiah Stamp, ancien directeur de la Banque d’Angleterre

Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et en un tour de mains ils créeront assez d’argent pour la racheter. Otez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.

Encyclopædia Britannica, 14ème Edition

Les banques créent du crédit. C’est une erreur de croire que le crédit des banques est créé dans toute mesure par le versement d’argent aux banques. Un prêt créé par la banque constitue un ajout significatif au volume d’argent de la communauté.

, Directeur de la Banque d’Angleterre 1928-1941 (Réputé 2e fortune d’Angleterre à cette époque) : Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au magazine Time, et aux autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque quarante ans. Il aurait été pour nous impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été exposés aux lumières de la publicité durant ces années. Mais le monde est aujourd’hui plus sophistiqué et préparé à l’entrée dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale des siècles passés. Commission Trilatérale en 1991 

Lord Acton, Lord Chief Justice of England, en 1875 :

Le problème récurrent au cours des siècles derniers et qui devra être réglé tôt ou tard est celui du conflit qui oppose le Peuple aux banques.

Sir Josiah Stamp, Governor of Bank of England, en 1920. :

Les banquiers détiennent la Terre. Si vous souhaitez rester leurs esclaves et payer le coût de votre propre esclavagisme, alors laissez-les continuer à créer de l’argent.

George H.W. Bush, en 1992

Si le Peuple avait la moindre idée de ce que nous avons fait, il nous traînerait dans la rue et nous lyncheraient.

James A. Garfield, président des Etats-Unis, assassiné

Celui qui contrôle le volume de la monnaie dans notre pays est maître absolu de toute l’industrie et tout le commerce... et quand vous réalisez que le système entier est très facilement contrôlé, d’une manière ou d’une autre, par une très petite élite de puissants, vous n’aurez pas besoin qu’on vous explique comment les périodes d’inflation et de déflation apparaissent.

Abraham Lincoln, Président des Etats-Unis assassiné

Le gouvernement devrait créer, émettre et favoriser la circulation des monnaies et des crédits nécessaires à la satisfaction du besoin de dépense du gouvernement et du besoin d’achat des consommateurs. L’adoption de ces principes doit permettre aux contribuables d’économiser le paiement d’un gros volume d’intérêts. L’argent cessera de gouverner.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mangrove 03/01/2012 07:35


Je trouve cet article quelque peu exagéré, au moins passéiste, le monde a changé.


Mais cela n'empéchera pas ,malgré tous les efforts de nos politiques, le système de sauter en 2012.


Bonne année à tous ceux de ce blog !

Francois 02/01/2012 19:32


Bonsoir Bernard,


Tout est bien dit , mais le problème récurrent est comment sortir de cette impasse sans remettre tout a plat !! 6 ème république  !!!!! .


Supprimer une grande partie de l'assemblé qui est devenue obsolète , car tous autant qu'ils sont savent bien que cela va se terminer mal.


et on nous  que la sortie de l'Euro serait explosive!! de route manière ce sera explosif dans tout les cas de figure.


L'ordre Mondial est en marche depuis bien longtemps, le peuple doit bouger et vite si non !!.


Bonne soirée Bernard, et merci pour tes explications que je partage en partie bien sur .


 


Francois .


 

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche