Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 14:13

 

L’article de Capital, dont je vous faisais mention dans un de mes écrits daté du 3 février, est maintenant disponible à la lecture gratuite sur le site capital.fr. Le voici donc dans son intégralité : édifiant …. Notre monde a besoin d'un peu plus de moralité.

Le 24/02/2011 à 08:00 - Mis à jour le 24/02/2011 à 08:00

Energie solaire : ça chauffe pour deux pontes d’EDF

http://www.capital.fr/enquetes/hommes-et-affaires/energie-solaire-ca-chauffe-pour-deux-pontes-d-edf-578694?xtor=EPR-226

Des dirigeants d’EDF, ayant des intérêts à titre personnel dans le solaire, ont anticipé la décision du gouvernement de baisser les prix dans la filière. Manœuvres d’initiés ?

Voilà un homme prévoyant. En août 2010, Pâris Mouratoglou, le P-DG d’EDF Energies nouvelles, a demandé en toute urgence l’autorisation d’augmenter ses capacités de production photovoltaïques. Et pas qu’un peu. Son dossier portait sur près de 1000 mégawatts, l’équivalent d’un gros réacteur nucléaire. On croyait la filière solaire en surchauffe. Miracle : les dossiers de ce polytechnicien avisé ont été largement validés. Un vrai pactole en perspective: la filiale «écolo» d’EDF pourrait ainsi encaisser 400 millions d’euros de chiffre d’affaires par an pendant vingt ans. Quant à Mouratoglou, qui détient à titre personnel 25% du capital de cette société cotée, il pourra arrondir son patrimoine professionnel, à ce jour de 600 millions d’euros.

Coup de génie ou manœuvres d’initié? Dans le petit milieu des panneaux solaires comme à Bercy, où cette histoire commence à s’ébruiter, tout le monde se pose la question. L’affaire est en effet troublante à plus d’un titre. Car si EDF Energies nouvelles (EDF EN) a mis les bouchées doubles en août 2010, ce n’est pas tout à fait par hasard. Quelques semaines plus tôt, Christine Lagarde et Jean-Louis Borloo avaient commandé un audit à l’inspection générale des Finances sur la filière photovoltaïque. Le rapport, remis au gouvernement fin juillet mais rendu public le 3 septembre, préconisait, pour calmer la spéculation, une baisse de 12% des très généreux tarifs de rachat de l’électricité solaire depuis 2000, EDF a en effet l’obligation d’acquérir cette énergie au prix fort. Et le gouvernement a suivi les experts: la baisse est devenue effective le 1er septembre. Mouratoglou était-il au courant ?

La procédure suivie par EDF EN surprend aussi. Jusqu’alors, la profession croyait que le guichet pour déposer ses projets de panneaux solaires était ERDF, la filiale d’EDF chargée des réseaux moyenne et basse tension. Et ce guichet était très engorgé. Surprise, l’équipe de Pâris Mouratoglou a déposé les siens à RTE, une autre filiale d’EDF chargée des lignes à haute tension dont personne ne savait qu’elle était aussi habilitée à traiter les dossiers. Une porte dérobée, en quelque sorte, où il n’y avait pas de file d’attente à subir.

Tout ça est un gros fantasme, rétorque en substance David Corchia, le bras droit de Mouratoglou et directeur général d’EDF EN, pour qui la baisse des tarifs était un secret de Polichinelle. «Notre ­métier, c’est de prévoir, d’anticiper. Nous avons effectivement déposé des demandes pour 1000 mégawatts. Seuls 600 ont été acceptés dans les délais impartis», assure-t-il. Quant au choix du guichet RTE, il s’expliquerait par la taille des projets. «D’autres y ont déposé des demandes; nous n’étions donc pas les seuls à connaître cette procédure.» A entendre Corchia, il ferait même œuvre de salut public : soucieux de voir émerger une filière de production industrielle en France, EDF EN s’est engagé à racheter la totalité des panneaux que l’américain First Solar espère produire en 2012 à Blanquefort, près de Bordeaux (le projet a été récemment mis en suspens). Or il faut bien leur trouver des débouchés.

Il y en a un, en tout cas, que cette valse de mégawatts ne surprendra pas, c’est André Merlin. Début 2010, cet autre polytechnicien et grand spécialiste du transport d’électricité a été sorti de sa retraite par le P-DG d’EDF, Henri Proglio, pour prendre la double présidence d’ERDF et de RTE, les deux guichets évoqués plus haut. Mais, comme Capital l’a découvert, ce ponte a omis de signaler un petit conflit d’intérêts. Peu avant sa nomination, André Merlin avait en effet participé à la création de BlueWatt, une société qui donne elle aussi dans le photovoltaïque. «Je n’avais que 5% du capital et je les ai cédés au printemps 2010, nous indique-t-il. Je n’ai retiré aucun bénéfice de cette affaire.» Laurent Samama, le président de BlueWatt, indique de son côté que son entreprise n’a fait aucun chiffre d’affaires en 2010. Certes, mais elle en a pour des dizaines de millions dans les tuyaux. C’est toujours compliqué de parler chiffres avec les X.

Leslie Varenne.

© Capital

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche