Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 11:32

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20150206trib2847cd119/le-solaire-en-france-est-deux-fois-plus-cher-qu-en-allemagne.html

Justement, quelles sont les perspectives du solaire ?
La croissance du secteur solaire s'est accélérée. Nous anticipons, pour au moins les cinq prochaines années à venir, une consommation d'énergie solaire en hausse de 12% par an. Cette croissance est même beaucoup plus forte que ce que nous avions imaginé dans nos prévisions initiales. D'ailleurs, depuis cinq ans, les chiffres du marché n'ont cessé de dépasser nos prévisions de croissance. Parallèlement, SunPower a montré une efficacité impressionnante dans la réduction de ses coûts de production rendant aujourd'hui le solaire compétitif face aux énergies conventionnelles dans une vingtaine de pays dans le monde. Aujourd'hui, le solaire y est rentable sans subvention.

Quels pays?
Ce sont tous les pays où le coût d'une centrale solaire complète est payé simplement par les économies de gaz ou de pétrole réalisées en produisant du solaire. Des pays où il y a du soleil mais où l'électricité est chère parce qu'elle est produite à partir de diesel ou de GNL importé, comme au Chili ou en Afrique du Sud... Pourquoi ? Le coût de production des centrales solaires se compare directement à ceux des centrales traditionnelles. Les gains d'économies en fioul lourd ou en gaz générés par une centrale solaire sont donc déterminants. A l'image de l'Arabie Saoudite qui brûle beaucoup de fioul.

Et pour les installations sur les toits ?
Dans le prix de l'électricité, un consommateur paie les coûts de production et de distribution pour amener l'électricité jusqu'à chez lui. Prenons l'exemple de la Californie : alors que le gaz n'est pas cher, les coûts de distribution y sont élevés. Il devient donc rentable pour un client individuel d'installer des panneaux solaires sur son toit et de produire son électricité plutôt que de faire venir de l'énergie à lui par le réseau. C'est d'ailleurs pour cette raison que le solaire se développe aussi rapidement aux Etats-Unis, alors que le prix du gaz est bas. Mettre des panneaux solaires sur les toits, c'est aujourd'hui rentable aux Etats-Unis.

Ce qui n'est pas tout à fait le cas en France ?
En France, c'est un autre problème. La France souffre de plusieurs difficultés qui viennent freiner le développement du solaire. La première est plutôt une bonne nouvelle pour les Français : la production d'électricité n'y est pas chère. En revanche, les 3 autres obstacles, pourraient être levés grâce à une action des pouvoirs publics. Avant tout, la filière solaire a besoin d'une labellisation urgente. Quand vous achetez aujourd'hui des panneaux solaires avec une durée de vie de 25 ans, vous n'avez que la parole du constructeur ou de l'installateur pour vous le garantir. Si votre panneau s'arrête de produire au bout de 10 ans, vous faites une perte considérable puisque la rentabilité de votre projet se calcule sur 25 ans. Il est donc essentiel de créer un organe indépendant qui puisse garantir la qualité des panneaux. Nous plaidons auprès des pouvoirs publics, notamment européens, pour la mise en place d'une véritable labellisation qui s'appliquerait à l'ensemble du secteur et qui aiderait les clients à savoir ce qu'ils achètent. Pour le moment, cette protection du consommateur tarde à se mettre en place, alors que le taux de défaillance lié à des panneaux de mauvaise qualité ne cesse de s'accroître. C'est un vrai handicap au développement du solaire, en France comme dans le reste de l'Europe.

Et les deux autres difficultés?
Les deux autres difficultés sont des exceptions françaises. La première tient aux délais de raccordement d'une installation solaire au réseau d'ERDF qui sont beaucoup trop longs. Ce délai s'élève souvent à plus d'un an, alors qu'en Allemagne, il n'est que de 6 ou 7 semaines. Cela entraîne des coûts importants d'immobilisation du capital engagé par les particuliers ou les professionnels. La seconde difficulté est liée à la place encore relativement marginale du solaire en France. Il n'y a pas encore de transparence sur les conditions d'installation des panneaux, ni d'efficacité dans l'organisation de cette filière. Il faut travailler sur l'amélioration de la formation des installateurs et la transparence de leurs coûts. Car tout cela n'aide pas à rendre l'industrie plus compétitive. Quand le même panneau après installation revient deux fois plus cher en France qu'en Allemagne, il faut se poser des questions...

Le solaire ne va-t-il pas tout simplement à l'encontre du business model d'ERDF?
C'est le cas en France comme dans le reste du monde. Il est clair que le développement du solaire se heurte aux "business models" des sociétés de distribution d'électricité, qui ont dû mal à rentabiliser leur réseau avec l'essor de cette nouvelle énergie. Mais le mouvement qui s'opère aux Etats-Unis est très intéressant. Aujourd'hui, les sociétés de distribution d'électricité, après avoir résisté, ont compris que cette évolution était inéluctable. Il valait donc mieux réfléchir à comment l'accompagner, en se mettant du côté des clients, plutôt que d'aller contre leurs intérêts. En Europe, EON en Allemagne a par exemple suivi ce mouvement. Les distributeurs d'électricité vont progressivement se mettre à intégrer le solaire comme une donnée inéluctable de l'évolution de leur "business model" parce que les clients le leur demandent.

Ségolène Royal a-t-elle conscience des difficultés du marché du solaire?
Je crois que la réflexion progresse en France sur le sujet. La mise en place d'une labellisation efficace serait un progrès décisif.

Y compris dans les tarifs?
Les mesures qui ont été prises récemment par le gouvernement pour faire évoluer le système des tarifs d'achat avec un dispositif de vente de l'électricité produite par les renouvelables au prix du marché, assorti d'une subvention variable, vont dans le bon sens. Elles évitent un poids trop lourd des subventions et font entrer une logique de marché dans le solaire. Nous en avons besoin, car le vrai défi du solaire tient dans sa capacité à se développer et être rentable sans mécanismes de soutien.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : FINANCES pour TOUS
  • FINANCES pour TOUS
  • : Analyses personnelles, en particulier sur les actions des petites sociétés, la fiscalité et les énergies nouvelles
  • Contact

Profil

  • Bernard
  • Je m'intéresse à l'économie, aux entreprises en particulier aux petites, à l'astronautique, aux nouvelles énergies .... En un mot je suis curieux de la vie.

Recherche